Aide, Ecoute et Espoir

Parler, se défouler, soulager, mais sans juger...
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
La relance de l'activité économique en Zone Espoirienne se matérialise par une effervescence sur le marché de l'espoirine, qui titre à 110 €$poirs le litre. Par ailleurs la hausse de la natalité dans la Zone Espoirienne a donné confiance dans les actionnaires des principales entreprises telles que Pizza Hutt et Honda Motors pour ne citer qu'elles, qui ont donc investi à hauteur de 150 000 milliards d'€$poirs lourds dans les projets étatiques du Royaume d'Espoir, en forte demande de crédits intéressants. A noter que le Royaume d'Espoir a vu sa note augmentée par Finch' à AA+ ce matin en raison d'un pressentiment positif sur le rebond tant attendu de la Zone Espoirienne.
"Winter is Coming" est le titre de la nouvelle campagne de promotion de l'Angélique Bar d'Espoir : au programme des festivités sont prévus des arrivages de la série du Trône de Fer en Blu-Ray ainsi que la complétion de la bibliothèque par les quinze livres de la série fétiche de Georges R.R. Martin, des averses de neige encore plus abusives, encore plus drues, limite dictatoriales, tandis que le patron Thorongil concocte chaque soir un tonnelet de vin chaud aux épices pour tous les volontaires venus se réchauffer autour du feu. Enfin, la nouvelle version du Bar d'Espoir arrive avec l'adjonction d'un sous-sol disponible depuis l'escalier et l'ascenseur principaux, où seront prochainement installés une salle avec un immense bain bouillonnant de source volcanique chaude, une salle de jeu de rôle d'apparence du plus pur style gothique, et surtout l'accès aux salles inférieures, autrefois secrètement gardées par le Patron du Bar, où chacun pourra se servir en bière, cidre et denrées non périssables à loisir grâce à l'Automne fructueux qui s'est écoulé. Car rappelez-vous : l'Hiver vient !
N'oubliez jamais ceci : "Aide, Ecoute et Espoir : Parler, se défouler, soulager...Mais sans juger."
Gloire à Améthyste pour l'exceptionnel travail de planification de la refonte structurelle d'Espoir ! Gloire à Onda pour son aide précieuse lors de la réalisation des travaux ! Gloire à elles ! Gloire à Espoir !

Partagez | 
 

 Info-anoréxie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Flö




Masculin
Nombre de messages : 3702
Age : 29
Date d'inscription : 22/10/2005

MessageSujet: Info-anoréxie   Ven 03 Mar 2006, 17:05

L'ANOREXIE





1 Tableau clinique de l'anorexie mentale



Pour l'anorexie, les critères diagnostiques (DSM-IV) sont les suivants (et sont tous présents chez la personne considérée) :
° Refus de maintenir un poids égal ou supérieur au poids minimal compte tenu de l'âge et de la taille (poids 15% ou plus en dessous du poids minimal).
° Peur intense de prendre du poids ou de devenir gros, même avec un poids anormalement bas.
° Trouble dans la manière dont le poids ou la forme du corps sont perçus; influence indéniable de la forme du corps ou du poids sur l'estime de soi, ou déni de la gravité de l'état de maigreur.
° Chez les jeunes filles post-pubères, aménorrhée, c'est-à-dire absence d'au moins trois cycles menstruels consécutifs (une femme est considérée comme aménorrhéique si ses règles n'apparaissent que sous l'administration d'un traitement hormonal).

2 Considérations générales


Si l'étymologie du mot anorexie fait référence à la perte d'appétit, l'origine du problème ne réside cependant pas dans l'absence de la sensation de faim. En effet, loin d'avoir perdu l'appétit, la personne anorexique lutte d'une manière très active contre la sensation de faim, du moins au début, dans le but de ne pas prendre de poids et d'aspirer de plus en plus à un idéal de minceur. Après une certaine période de restrictions alimentaires, le corps s'adapte à cet état de famine et la sensation de faim s'apaise. Par la suite, les mécanismes biologiques de la faim et/ou de la satiété sont totalement déréglés.

En termes de définition, l'anorexie mentale fait référence au refus d'une personne de s'alimenter - à l'exception parfois de petites quantités d'aliments particuliers - avec comme résultat une chute de poids qui peut être tellement importante qu'elle devient dangereuse pour la vie de la personne. Bien que la diminution de poids soit le signe le plus flagrand en matière d'anorexie, il ne s'agit pas du centre du problème. En effet, de nombreux individus sont, à l'heure actuelle, soucieux de perdre du poids pour des raisons esthétiques ou de santé ; d'autres maigrissent en lien avec une cause médicale (ex. cancer) ou psychologique (ex. dépression) relativement précise, sans qu'un diagnostic d'anorexie soit envisagé.

En fait, de manière très spécifique, l'anorexie s'accompagne d'une peur intense "d'être gros(se)" et d'une poursuite incessante de maigreur. Ce trouble apparaît le plus souvent chez l'adolescente qui est et/ou se trouve trop grosse; elle commence, souvent approuvée par l'entourage, un régime qui, se révélant "efficace" au départ, se transforme en une préoccupation obsédante d'être sans cesse plus mince. Un exercice quotidien et intensif complète généralement le tableau des conduites alimentaires restrictives. Les préoccupations et les conduites alimentaires obsédantes liées à une volonté déterminée de maigrir encore et toujours plus, sont constamment présentes et n'abandonnent jamais l'anorexique, qui persévère dans son attitude, enivrée par la réussite de son programme et surtout par la capacité de contrôle qu'elle arrive à avoir sur son propre corps.

Entre la boulimie et l'anorexie, toutes deux caractérisées par une peur ou une souffrance liée au poids et à une angoisse de perdre le contrôle en mangeant, il semble que la différence essentielle se situe au niveau de "l'efficacité", chez les anorexiques, des comportements alimentaires et/ou compensatoires pour diminuer et contrôler le poids.

En effet, à la différence d'une majorité de boulimiques (et une partie des anorexiques-boulimiques) qui souvent maintiennent un poids relativement normal (ou excessif dans certains cas), toutes les anorexiques - au sens strict du terme - témoignent d'une maigreur sévère qui met leur vie en danger. En moyenne, au moment où les anorexiques s'engagent dans un premier traitement, elles se situent déjà de 25 à 30 % en dessous d'un poids normal, cette perte de poids pouvant atteindre 50% du poids initial ou considéré comme normal.

En réalité, l'anorexique n'est jamais satisfaite de sa perte de poids. Rester au même poids d'un jour à l'autre, ou pire, prendre quelques grammes, engendre chez elle une intense panique, accompagnée d'angoisse et de sentiments dépressifs.

On note également une perturbation très marquée de l'image du corps. Ainsi par exemple, lorsqu'une anorexique se regarde dans un miroir, elle se trouve - ou trouve certaines parties de son corps - toujours trop grosse, alors que son extrême maigreur est flagrante. C'est une des raisons qui font que peu d'anorexiques s'engagent spontanément dans un traitement, leur première démarche répondant souvent davantage à une pression de l'entourage.

L'aménorrhée est toujours présente. Certains auteurs la considèrent essentiellement comme une conséquence physique de la perte de poids; cependant, chez un tiers des anorexiques, on remarque un arrêt des règles quelques temps avant la perte de poids. Une consultation gynécologique étant parfois la première démarche à caractère médical, on envisage toutefois rarement la possibilité d'une anorexie mentale à partir d'un trouble hormonal.

3 Caractéristiques associées


Une fois engagée dans une thérapie, l'anorexique peut, par la suite, présenter un discours à l'apparence positif : elle reconnaît qu'elle est trop maigre et qu'elle devrait reprendre un peu de poids... mais en "grattant" un peu ce discours de surface, on s'aperçoit souvent qu'il est à l'opposé de ce que la patiente ressent réellement.

Pour une anorexique l'idéal reste, pendant longtemps, d'avoir un corps sans graisse, sans substance, sans formes. Le corps est souvent source de dégoût, de honte. Les attributs de la féminité sont en général refusés, ainsi que la sexualité d'une manière globale. L'arrêt des règles est d'ailleurs généralement accepté avec indifférence ou soulagement. L'anorexique aspire souvent à un idéal de pureté, d'immatérialité. Une fois la faim maîtrisée, un état d'euphorie et de détachement s'installe, accompagné d'une impression de plus grande lucidité. L'anorexique s'intéresse davantage aux activités spirituelles et intellectuelles, qu'à celles concernant le corps, exception faite bien sûr des exercices physiques épuisants qu'elle pratique dans le but de perdre du poids. De plus, l'anorexique fait au début souvent preuve d'une activité physique ou intellectuelle extrême, voire d'hyperactivité au sens propre du terme.

Le mode alimentaire des anorexiques apparaît souvent comme très bizarre. Outre les restrictions alimentaires excessives, tout ce qui est en rapport avec le repas ou la nourriture est complètement transfiguré : l'anorexique manie souvent ses couverts sans apporter de nourriture à sa bouche, recrache en cachette des aliments dans sa serviette, boit d'énormes quantités d'eau ou s'alourdit de poids divers pour faire croire à l'entourage qu'elle reprend du poids.

Certains anorexiques développent de manière paradoxale des activités centrées sur la nourriture : elles préparent de bons petits plats pour toute la famille, étudient l'art culinaire ou la diététique, travaillent dans un restaurant ou un magasin d'alimentation, ou encore gardent de la nourriture dans leur chambre en la regardant de temps à autres mais sans jamais la manger. Cette attention importante portée à la nourriture semble bizarre à priori, mais peut sans doute être interprétée comme un ensemble de situations dans lesquelles l'anorexique "se met à l'épreuve", en lien avec la préoccupation constante de pouvoir contrôler l'acte de manger (ou de ne pas manger); elle tente, à travers ces activités, de gérer l'angoisse d'un éventuel manque de contrôle à ce niveau.

4 Les différents types d'anorexie


Le DSM-IV distingue deux sous-types distincts au diagnostic d'anorexie mentale : le type "restrictif" et le type "compensatoire". La première catégorie concerne les anorexiques qui perdent du poids exclusivement à travers des restrictions et/ou caloriques sévères - voire à travers une non-alimentation quasi totale -, éventuellement accompagnées de moments d'exercice intensif. En ce qui concerne le second type - et c'est ce qui marque la différence avec l' "anorexie-boulimie" - des comportements compensatoires (vomissements provoqués, laxatifs ou exercice physique abusif) répondent à l'ingestion de petites quantités de nourriture. Selon certaines études, la moitié des personnes anorexiques s'engagent à un moment donné dans ce type de fonctionnement "compensatoire".

En comparaison avec les anorexiques "restrictives", les anorexiques qui mangent/compensent présentent souvent davantage de comportements "impulsifs" tels que voler, boire de l'alcool, se droguer, s'automutiler, et on note également une certaine variabilité d'humeur. On constate aussi souvent chez ces mêmes personnes (ayant connu ou non une phase d'anorexie "restrictive") une obésité au cours de l'enfance et/ou une "histoire" familiale d'obésité.

D'autres auteurs qui distinguent également divers types d'anorexie, se centrent davantage sur des critères différentiels sur le plan de l'étiologie (causes) psychologique, plutôt que sur des symptômes extérieurs objectivement différents (tels les critères diagnostiques du DSM-IV par exemple). Certains parlent ainsi d'anorexie "profonde" ou "réactionnelle" - ou encore "primaire" ou "secondaire" - la première étant la résultante d'un dysfonctionnement familial et/ou personnel ancien, la seconde apparaissant plutôt liez à un événement traumatique relativement ponctuel (ex divorce des parents, décès, viol, ...). Cette différenciation à partir du vécu psychologique de la personne semble également pouvoir être un indice de pronostic favorable (anorexie "réactionnelle) ou plus incertain (anorexie "profonde"), indépendamment du degré de gravité physique du trouble. La plupart des auteurs affirment néanmoins que l'une comme l'autre nécessitent une intervention thérapeutique, celle-ci se révélant plus ou moins importante en fonction du type d'anorexie.

Enfin, certains auteurs parlent également d'anorexie "chronique" qui, outre un caractère répétitif éventuel (rémission/rechute), fait surtout référence à une anorexie installée depuis de nombreuses années pour laquelle la prise en charge thérapeutique s'avère généralement assez longue. On peut cependant noter un large consensus de tous les auteurs au niveau d'un pronostic d'autant plus favorable que la démarche thérapeutique est précoce.

5 Les conséquences physiques


En ce qui concerne les complications médicales de l'anorexie, la plus courante est l'aménorrhée (arrêt des règles). Il s'agit d'ailleurs d'un des indices de diagnostic et de gravité du trouble. Il faut cependant noter - comme dit plus haut - que l'accord quant à l'interprétation de ce symptôme n'est pas très net : certains auteurs le conçoivent comme une conséquence physiologique de la perte de poids, alors que d'autres lui voient une origine psychologique marquant le refus de la féminité. Cet arrêt des règles peut provoquer, à long terme, des problèmes de croissances osseuses ainsi qu'une ostéoporose précoce.

Les carences nutritionnelles, évanouissements, pertes d'équilibre et hypoglycémie sont courants. D'autres conséquences physiques peuvent également être présentes : déshydratation de la peau, cheveux et ongles fragiles et cassants, une sensibilité - voire une intolérance - aux températures ambiantes relativement froides, une pilosité excessive se développant sur les membres et/ou le visage. Dans les anorexies de type compensatoire, des conséquences similaires à celles que l'on retrouve dans l'anorexie-boulimie sont aussi possibles. La fonte des muscles engendre aussi un rétrécissement de tous les organes constitués par du tissus musculaire (matrice, coeur,...). Certaines anorexiques présentent dès lors une bradycardie (ralentissement des battements du coeur) et/ou une arythmie cardiaque après l'effort physique, symptôme qui peuvent, plus rarement, causer un arrêt cardiaque éventuellement fatal.

Source: Les troubles alimentaires
Revenir en haut Aller en bas
shadowtheory
Sans rang fixe


Nombre de messages : 5
Surnom : Cam
Date d'inscription : 28/09/2006

MessageSujet: :)   Mer 18 Oct 2006, 02:30

Merci d'avoir posté ceci ça m'aide à mieux comprendre ce que c'est.
Revenir en haut Aller en bas
 
Info-anoréxie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» info sur peg perego
» 14 JUILLET 2010 INFO TV
» REP info Janvier 2010
» Info, Britax=Romer !
» Info RSG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aide, Ecoute et Espoir :: Aide, Ecoute et Espoir :: Troubles du comportement alimentaire et Complexes :: Troubles du comportement alimentaire-
Sauter vers: