Aide, Ecoute et Espoir

Parler, se défouler, soulager, mais sans juger...
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
La relance de l'activité économique en Zone Espoirienne se matérialise par une effervescence sur le marché de l'espoirine, qui titre à 110 €$poirs le litre. Par ailleurs la hausse de la natalité dans la Zone Espoirienne a donné confiance dans les actionnaires des principales entreprises telles que Pizza Hutt et Honda Motors pour ne citer qu'elles, qui ont donc investi à hauteur de 150 000 milliards d'€$poirs lourds dans les projets étatiques du Royaume d'Espoir, en forte demande de crédits intéressants. A noter que le Royaume d'Espoir a vu sa note augmentée par Finch' à AA+ ce matin en raison d'un pressentiment positif sur le rebond tant attendu de la Zone Espoirienne.
"Winter is Coming" est le titre de la nouvelle campagne de promotion de l'Angélique Bar d'Espoir : au programme des festivités sont prévus des arrivages de la série du Trône de Fer en Blu-Ray ainsi que la complétion de la bibliothèque par les quinze livres de la série fétiche de Georges R.R. Martin, des averses de neige encore plus abusives, encore plus drues, limite dictatoriales, tandis que le patron Thorongil concocte chaque soir un tonnelet de vin chaud aux épices pour tous les volontaires venus se réchauffer autour du feu. Enfin, la nouvelle version du Bar d'Espoir arrive avec l'adjonction d'un sous-sol disponible depuis l'escalier et l'ascenseur principaux, où seront prochainement installés une salle avec un immense bain bouillonnant de source volcanique chaude, une salle de jeu de rôle d'apparence du plus pur style gothique, et surtout l'accès aux salles inférieures, autrefois secrètement gardées par le Patron du Bar, où chacun pourra se servir en bière, cidre et denrées non périssables à loisir grâce à l'Automne fructueux qui s'est écoulé. Car rappelez-vous : l'Hiver vient !
N'oubliez jamais ceci : "Aide, Ecoute et Espoir : Parler, se défouler, soulager...Mais sans juger."
Gloire à Améthyste pour l'exceptionnel travail de planification de la refonte structurelle d'Espoir ! Gloire à Onda pour son aide précieuse lors de la réalisation des travaux ! Gloire à elles ! Gloire à Espoir !

Partagez | 
 

 survivre à la vie c'est dur...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
kunehis




Féminin
Nombre de messages : 401
Age : 20
Date d'inscription : 02/12/2013

MessageSujet: survivre à la vie c'est dur...   Mar 02 Déc 2014, 00:28

Trouver par quoi commencer un post c’est tjrs le plus difficile… déjà je ne sais même pas pourquoi j’écris ! Je ne suis pas déclaré comme déprimé officiellement, ni officieusement !! J’ai juste besoins de poser les choses, et j’ai besoins de savoir certaines choses que je ne sais pas où chercher…

Je suis perdu ! Je ne fais pas d’étude cette année, j’ai bien un idéal d’avenir mais je ne suis pas sur de pouvoir le réaliser. Si seulement j’avais au moins envie de connaitre mon avenir. Je ne ressens même pas l’envie d’avancer et de voir de quoi demain sera fait, j’ai juste envie de tout arrêter maintenant et soit de repartir de zéro une nouvelle vie, soit de mettre fin a la mienne ! Est-ce que je suis vraiment capable de me suicider ? Je me pose souvent la question, et par moment je ne suis pas loin de la réponse positive !

C’est si du a comprendre pour ma famille que je ne me plais pas dans cette vie, que je ne me plais pas comme je suis ! Pourquoi ne peuvent-ils pas juste accepter la personne que je suis sans me juger, sans me dire sans arrêt la personne qu’il serait préférable que je sois !!! Je ne veux pas être une autre personne, je ne veux même pas être après tout !

C’est facile de dire a un(e) ami(e) « je ne suis pas bien je déprime un peu », et c’est parce que c’est facile a dire que souvent les gens minimise cette phrase !! Je ne sais pas si je déprime vraiment, cela dépend de ma personnalité je pense !!

Oh quel grand sujet que je viens de survoler… Je me rends compte de plus en plus que je suis tout à fait instable et que j’ai plusieurs personnalités qui changent régulièrement ! Seulement quelques fois j’en suis consciente et d’autres fois non !!! Quelqu’un a-t-il une idée de ce qui m’arrive ?

En fait une nouvelle vie ne serait même pas possible, vu les marques que j’ai et que j’aurais a vie sur le corps et celles a venir, il n’y a que la mort qui pourrait me faire oublier cette vie de galère ! Je parle de mort, mais la vie j’y tiens aussi… mais pas pour moi !! je refuse de mourir sachant que je pourrais faire du mal a certaines personnes, qui sont ma seule raison de vivre !!

Je ne sais même pas pourquoi je raconte tout ça, pourquoi ici, pourquoi maintenant… c’est juste qu’en ce lieu et en cet instant je survis tant bien que mal a la vie !

J'ai tellement peur de faire du mal aux gens que j'aime, a ceux que je suis attaché... même si on me repproche souvent de ne pas être attaché aux bonnes personnes!

Je la sens a chaque instant, cette douleur au fond de moi, infatigable, insupportable!! Souvent elle devient aussi extérieur, mon corps est devenu "l'oeuvre d'art" de mon mal-être... mais ce n'est jamais assez!!
Je voudrais que tout cela s'arrête, et que ce sentiment de rejet de moi même disparaisse!

L'époque où j'étais un rayon de soleil, une personne heureuse chaque jour est comme un rêve et je doute chaque jour d'avoir un jour été cette personne!

Parler, trouver quelques mots ici et maintenant me fait prendre conscience a quel point je suis inutile, tout ce que je raconte n'a tellement pas de sens! Si seulement je pouvais trouver un sens a ma vie, et pour une fois faire les bons choix...

Bref voila quoi, j'en ai juste marre de cette vie où je ne vois aucun avenir et où le présent comme le passé sont a chaque instant un peu plus douloureux
Revenir en haut Aller en bas
Thorongil



Masculin
Nombre de messages : 22620
Age : 27
Localisation : Ered Wethrin
Passion : Le PC
Surnom : Thor, Thothor, Tonton Gilles
Date d'inscription : 30/04/2006

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Mar 02 Déc 2014, 01:30

Tu n'as pas choisi cette rubrique par hasard. Si tu as choisi "Déprime, dépression" c'est parce que tu te doutes que tu déprimes sérieusement.

Je ne suis pas psy, je n'ai donc aucun droit de te diagnostiquer mais les idées noires, les scarifications, l'incapacité d'avancer et d'aimer la vie, si ça c'est pas des signes indicateurs...


Pour ce qui concerne tes "personnalités", je te rassure tout de suite, le trouble des personnalités multiples est très très rare. A mon avis tu souffres plutôt de sautes d'humeur, lesquels te donnent cet aspect de différentes personnalités là où il n'y a que des humeurs très très changeantes et caricaturales.

Pourquoi vivre en effet quand on a perdu goût à la vie ?

Il me semble que tu as trouvé une partie de la réponse : tu vis parce que mourir c'est faire souffrir les autres, ton entourage. C'est donc que tu aimes ton entourage. Donc vivre, n'est-ce pas pour aimer, selon toi ? En tout cas cela peut être une piste à exploiter.


Si te raccrocher à ton entourage t'empêche de te suicider, alors accroche-toi à ton entourage. C'est une bouée décente et qui peut s'avérer prodigieusement efficace.

Par contre là où il va falloir prendre une grande respiration et se jeter dans l'inconnu qui fait peur, c'est concernant tes idées noires.

Faut que tu en parles à quelqu'un. Aussitôt que tu auras lu ce message. N'importe qui pourvu que ce soit quelqu'un que tu connais. En qui tu as confiance. Tes parents sont à même de t'aider pour ça, sans compter qu'ils se doutent probablement de quelque chose depuis le temps qu'ils te voient faire grise mine. Sans doute que leurs minimisations sont un moyen de ne pas trop regarder la merde qui se trame sous leur nez. Mais c'est difficile de se dire ce genre de chose. Même pour des parents aimants.



Tes parents veulent le meilleur pour toi, ils ont peut-être tendance à idéaliser ce que devrait être ta vie à venir, mais ils semblent t'aimer, alors empare-toi de cet espoir qui est devant toi et déballe-leur tout : les scarifications, les idées noires, l'incapacité à avancer, TOUT.

Parce que ces pensées noires c'est comme tout : plus on laisse reposer dans un coin plus ça moisit. Et au bout d'un moment, on ne peut plus rattraper l'omission.
Et des pensées noires qui moisissent c'est potentiellement une tentative de suicide qui guette, et quoi que tu penses de toi, sache qu'il y a tout un tas de gens qui pensent beaucoup de bien de toi dans ton entourage, j'en suis sûr.

Le suicide enfin, c'est une porte de sortie pour gens pressés : la mort nous guette tous et nous emportera tous. Il ne sert à rien de se hâter dans ses bras sinon à gâcher du temps disponible pour tenter de rendre la vie plus belle... La sienne propre... Ou/et celles des autres.

Il faut que tu t'attaches à cette idée : tu vaux mieux que ce que tu crois. Des gens tiennent à toi. La vie peut valoir le coup. Même les ténèbres doivent passer.


Non ce n'est pas facile à l'heure actuelle pour toi. Oui les idées que tu as te parasitent et t'empêchent de t'épanouir. Non ce n'est pas définitif. Ca ne l'est jamais. La vie ne s'arrête pas à 18 ans.

J'en ai 25, je suis schizophrène depuis mes 16 ans, j'ai fait 6 séjours en HP, 5 tentatives de suicide, et au final j'arrive encore à avancer. Pourquoi ? Parce que parfois j'arrive à avoir un regard empli de beauté sur le monde qui m'entoure. Et j'avance encore parce que moi aussi je lutte comme toi contre ces idées noires. Je ne cède plus parce que j'ai fini par trouver moyen de résister. Mais je sais que c'est dur. Très dur. Pourtant ça fait 9 ans que c'est dur. Et j'arrive encore à voir de la beauté, de l'espoir dans la vie, dans mon avenir. Je suis même propriétaire de mon propre appartement, je suis quasiment totalement autonome dans ma vie, j'ai une petite vie à moi et même si je n'ai pas la santé psychique nécessaire pour travailler, je m'occupe et je vis mieux qu'au jour de mes 18 ans.
je te dis ça parce que tu peux croire que ton avenir est bouché, fini, terminé. Nada.

Il n'en est rien. J'ai eu longtemps cette perception de la vie. A ton âge je l'avais encore et toujours et je n'allais pas encore cesser de l'avoir.
Sept ans plus tard je suis encore là. Je sais que tu peux y arriver aussi parce que je suis passé par des passages aussi durs que toi (les scarifications je connais très bien aussi, j'ai de jolies marques également).


Aie confiance en mon témoignage au moins. Je suis arrivé jusqu'à l'âge de 25 ans avec ces casseroles au cul. Toi aussi tu peux, tu as au moins autant sinon davantage de forces que je n'en avais à l'époque. Et pourtant j'étais déjà ici en train de causer. J'étais prodigieusement immature affectivement, je me plaignais à longueur de temps ici. Tu as plus de maturité et de recul que moi au même âge.

Tu as les forces suffisantes pour dire ta souffrance à ton entourage c'est certain. C'est le pas le plus dur, le premier. Après ça va plus vite, tu pourras un peu te reposer sur ta famille.
Et il le faut, te reposer... Tu en as vraiment besoin.


Appelle quelqu'un, par téléphone, skype, mail ou à portée de voix en gueulant. Tu lis ces mots, tu ne réfléchis pas tu le fais.
Tu verras, ce sera une très grande et courageuse décision dans ta vie.

En attendant, crois en toi, crois en ta bonne étoile. Et si tu n'y arrives pas, pense aux gens qui t'aiment. Ca peut t'aider beaucoup.





Courage. :ddd:
Revenir en haut Aller en bas
kunehis




Féminin
Nombre de messages : 401
Age : 20
Date d'inscription : 02/12/2013

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Mar 02 Déc 2014, 02:53

Le problème c'est que je me sens mal dans ma famille, ils n'ont jamais acceptés mes choix! Je ne me sens bien qu'avec mes rares mais bons amis... alors vivre le plus clair de mon temps dans cette baraque qui m’empoisonne chaque minute un peu plus ne m'aide pas! Et je n'ai pas les moyens pour le moment de vivre ou faire autrement!

Je ne parle plus a mes parents de tout ce qui est important! Je n'ai plus vraiment de lien avec toute ma famille... J'en parle un peu avec une amie, mais l'envie d'en finir ne disparait jamais complètement!! Plus le temps passe et plus j'apprend toutes les facons possible a ma portée pour en finir! Je n'ai qu'a aller dans mon jardin pour ca... et etre aussi proche de qqch qui me fait envie ne m'aide pas non plus!! C'est comme résister a la scarification quand on a l'outil en main, c'est dur!!

Mes parents, ma famille ne savent rien, et je fais de mon mieux pour noyer le poisson quand ils ont un doute! Et quand ils veulent m'en parler je me referme comme une huitre... Et faut pas etre aveugle aussi, je pense que de temps en temps ca leur fait juste chier de se rendre a l'évidence que je vais pas forcement bien!! Parce que dans une famille nombreuse s'occuper que d'une personne peut etre un peu mal vue (et ma famille est tres forte pour ca)

Je ne veux pas que l'on m'aime, je ne veux pas que l'on tienne a moi... je fais tout pour, je suis pas forcement agreable avec tout me monde justement pour me faire détesté pour me détacher de ce foutu monde!

Je me dis que chacun a son heure pour mourir et que l'on ne peut pas savoir quand cette heure sera la, alors pourquoi mon heure ne serait pas demain après tout?!

C'est sur que ton parcours du combattant me donne envie de voir l'after tout ca, mais je doute tellement de cet after!! je vis au jour le jour, et mon état fait aussi que j'imagine tjrs le pire alorsca non plus ca ne m'aide pas vraiment

En septembre, j'ai ete dans une situation très délicate qui m'a obligé a dire a ma mere que je me scarifiais et me scarfie tjrs... depuis elle m'oblige a voir des gens que je veux pas voir (naissance de blocages bjr) alors que je lui ai dit que c'etait a moi de faire des démarches et j'en fais!! Et elle veut aussi forcer la communication (donc isolement de ma part encore plus fort)
Je ne peux pas, je n'arrive pas et je ne veux pas communiquer avec ma famille!

Je ne veux pas me reposer sur les gens que je connais, j'ai tellement peur de les embeter, de les déranger, et plus que tout jai peur d'etre un poids pour eux! alors je préfère etre un poids pour moi meme, meme si cela doit me couler, je préfère me couler plutot que prendre le risque de couler les autres
L'avantage ici c'est que tout le monde est neutre et totalement extérieur a la situation alors je ne risque pas tout ca

C'est fou, je suis tellement au fond du trou que même quand j'arrive a demander de l'aide a qqun que je connais et que l'on essaye de m'aider ca m'enfonce encore plus! J'ai l'impression que quoi que je fasse je tombe tjrs plus profond
Revenir en haut Aller en bas
Thorongil



Masculin
Nombre de messages : 22620
Age : 27
Localisation : Ered Wethrin
Passion : Le PC
Surnom : Thor, Thothor, Tonton Gilles
Date d'inscription : 30/04/2006

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Mar 02 Déc 2014, 03:30

Tu vois, je pense que ta famille veut vraiment te venir en aide, malgré les délicatesses que cela ferait avec les autres enfants, malgré le qu'en-dira-t-on en famille. Parce qu'ils essaient de communiquer avec toi. Ils essaient mais tu n'arrives pas encore à t'ouvrir à eux.

Tu sais, tes rares amis sont une force supplémentaire aussi. Avoir des amis c'est précieux. Tu devrais leur en parler, franchement, directement de tes idées suicidaires. Parce que c'est maintenant qu'il faut agir, pas dans six mois.

Tu as besoin d'aide, et pour ça n'importe laquelle serait bonne pour commencer.

Ta mère a appris pour tes scarifications, c'est déjà ça. Tu dis qu'elle t'a poussée à voir des gens que tu ne voulais pas voir, certes.
Mais est-ce que tu peux laisser un peu de temps et de chance à un psy ? Juste le temps de voir s'il sait entrer en communication avec toi. Un mois, deux mois. Pas plus.
Mais tu vois. Ta mère veut s'occuper de toi. Un psy ce n'est pas quelqu'un de banal. Le fait qu'elle te force à aller en voir un montre bien qu'elle est inquiète tout particulièrement à ton sujet et qu'elle souhaiterait en faire plus. Elle s'y prend mal, sans aucun doute. Néanmoins elle fait tout ce qu'elle est en mesure de faire actuellement. Car les cartes sont dans tes mains.

Oui, c'est bien d'être tentée de voir l'after comme tu dis. Car il y en a un. Il y en a toujours un, et toujours plus brillant qu'on ne l'imagine à 18 ans. A 18 piges on connait déjà un bout de la vie, mais c'est le plus dur qu'on connaît. Les échecs, les apprentissages douloureux, les maladresses...C'est entre zéro et dix-huit ans qu'on en fait le plus .
Après...Eh bien ça passe tranquillement. On devient plus sage, plus réfléchi, on a plus d'expérience chaque année et on apprend à mieux gérer le quotidien. On apprend aussi qu'en devenant indépendant on sait finalement bien se débrouiller soi-même et comme on ne dépend plus de la gouverne parentale, on gère mieux également leur existence à nos côtés et les relations parents-enfant s'équilibrent. On devient de plus en plus des égaux et de moins en moins des gamins qu'on instruit au sujet de la politesse ou de l'effort.
Alors certes après 18 ans ça n'est pas immédiatement merveilleux, mais chaque nouvelle année passée à l'âge adulte nous enseigne de nouvelles choses qui font bien plaisir à savoir et nous apprend à nous comporter en égal avec les autres adultes. C'est un changement de paradigme complet. Une révolution.
Non ce n'est pas immédiat, mais ça se met lentement et sûrement en place.

Les gens que tu connais ils n'attendent que ça ! Que tu te reposes sur eux. Les amis, la famille ça sert à ça avant tout. On mesure la solidité de son entourage dans les situations de détresse.
Non ils ne seront pas ennuyés par cette demande d'aide. Ils t'aiment, ils feront ce qu'ils pourront pour te venir en aide, bêtement parce que tu es un être cher à leurs yeux.


Effectivement ce forum est ce qu'on appelle un "neutre", un lieu sans affects pour toi, donc un lieu où tu peux plus facilement te confier sans craindre de blesser ou de peiner ceux à qui tu parles. Mais kunehis, cela c'est aussi ce que fait et ce qu'est un psy, un neutre.
TOUS les psy sont liés au secret professionnel. A vie. Tu peux parler à un psy de tout ce que tu veux, il emportera ton secret dans sa tombe, à moins bien sûr que tu prépares un attentat terroriste mais c'est peu probable. ^^
Le psy n'a aucun droit de dire à tes parents ce que tu lui dis sans ton accord. Aucun. Il ne juge pas, il ne rapporte pas. Il est là, comme un bâton sur lequel s'appuyer, un bâton solide et constant.


Si tu veux être aidée avec efficacité, tu auras besoin d'un psy, de tes amis et de ta famille. C'est le trio gagnant. Le psy est le plus indispensable car il saura rectifier les maladresses de ton entourage ainsi que t'aider à colmater les brèches dans ton amour-propre.

Une dernière chose à propos de la mort.
Oui, peut-être mourras-tu demain. On ne sait pas. Mais si tu te tues, tu es certaine d'une chose : tu ne sauras jamais si tu avais finalement la chance de vivre une vie heureuse et épanouie. En restant en vie tu laisses ce futur possible en gestation, tu peux donc le réaliser. Le faire naître.
Si tu meurs demain, tu es certaine d'avoir vécu une vie en étant malheureuse jusqu'à la fin. Avoue que ce n'est pas très positif...
Tu peux être heureuse avec le temps. Peut-être que tu ne réussiras pas à accomplir tout ce que tu aurais voulu, mais tu peux dans un avenir plus ou moins proche réussir à sourire à la vie et à te dire que finalement, c'est mieux ainsi, de vivre en sachant ce qu'on a traversé pour y arriver.



Je me répète mais : ce que tu vis n'est qu'un passage, même les ténèbres doivent passer. Un jour nouveau viendra et lorsque le soleil brillera, il n'en sera que plus éclatant. ^^

Et bien sûr que si tu veux qu'on t'aime, tu veux tellement qu'on t'aime que tu es prête à nier cela pourvu que ça fasse taire ton besoin d'amour. Mais la vérité est que si tu veux combler ce vide en toi, il te faut prendre la main que ton entourage te tend. C'est difficile, je sais ce que ça coûte.
Mais c'est nécessaire.

Courage à toi. :74:
Revenir en haut Aller en bas
kunehis




Féminin
Nombre de messages : 401
Age : 20
Date d'inscription : 02/12/2013

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Mar 02 Déc 2014, 04:19

Mais je ne veux pas de l'aide de ma famille!! Je veux me détacher d'eux, et ne rien leur devoir... Et je n'arrive pas certe a m'ouvrir a eux, mais je ne le veux pas non plus. Je m'applique tellement depuis bientot 8 ans a couper tous ces liens en douceur! Le décalage c'est que ma mère n'a manifesté un interet pour cette coupure que lorsque je lui ai dit pour la SC.

Je veux pas parler de tout ca directement avec mes amis parce que je ne veux pas qu'ils q'inquiètent pour moi, chacun son lot de problème et ca me pose bcp de problèmes de conscience que d'etre un soucis de plus!

Ce ne sont pas des psy que ma mère me pousse a voir, c'est bien la le problème! ce sont des gens très loin du secret médical! L'autre jour elle m'a obligé a aller a un rdv mais elle s'est bien gardé de  me dire qui c'était, et c'était une énergéticienne! Ma famille toucbe bcp a tout ca, mais pas moi et ma mère sait a quel point je ne supporte pas ce milieu quand je suis sensé y toucher! Depuis je lui en veux un peu enormement quand meme, parce qu'on en avait parler avant qu'elle prenne le rdv!

Par moi meme j'ai pris rdv avec une psy, ma mère le sais, mais une fois en face d la personne, c'est comme si javais un masque et je peux parler de tout et de rien sauf de ce qui est importent (ex : la plante a des feuilles en forme de coeur --') mais bon j'essaye et on verra bien ce que ca donne meme si j'ai en horreur les psy vu que je dois y aller pour m'occuper de moi (beurk j'aime pas m'occuper de moi devant les gens)

Je suis bien d'ac que mon futur est peut etre meme sans doute plus lumineux que mon présent... Je me demande surtout a quoi va ressembler mon avenir avec tout ce que je fais et le fais aujourd'hui!! Si j'ai qqun dans ma vie plus tard (question de l'acceptation), les sacrifices que je vais devoir faire a cause de mon corps (fini la bronzette a la plage)! C'est sur que mon moral assez bas me pousse a ne voir que le plus sombre, mais jessaye quand meme de voir un peu de lumière, comme une situation, une idée de chemin de vie, mon chez moi...

Je pense que je suis plus libre de mes mots et j'ai plus de recule par écris... ce qui fait qu'on peut avoir l'impression que j'ai bcp de recule! mais par écris jai le temps de réflechir a mes mots, en face d'un psy ma bouche va souvent plus vite que mes pensés du coup je n'arrive pas a parler sans buger sur les mots ou sans avoir des trous de mémoire sur des mots simples!
D'ailleur j'avais un petit doute, est ce que si je parle de mes idées noir a un psy il est tjrs tenu par le secret pro sachant qu'il y a un risque meme minim' pour ma vie?

Merci Thor en tout cas, meme si je garde mes idées en tout genre, ce que tu me dis me fait quand meme recfechir, tu apporte une nouvelle piste a explorer!

Mmmh j'aimerais tellement être invisible! Dans mon présent je suis tellement encré dans mon idée de déchement de chaque personne que je connais que je dis et je pense que je ne veux pas que l'on m'aime, je ne veux pas que l'on me voit, je ne veux pas que l'on s'occupe de moi... après je ne dis pas que tu as tord mais de me dire et etre convaincu que je veux que l'on m'aime et m'aide n'est pas envisageable pour moi pour le moment!!

merci bcp en tout cas, meme si j'ai pas le moral qui change bcp, j'ai au moins de quoi refléchir avant d'agir...
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Mar 02 Déc 2014, 09:03

Hello...

J'ai lu tout ton sujet et j'aurais quelques questions à te poser si tu veux bien...

Tout d'abord, tu exprimes ton mal-être en disant que tu veux "changer de vie ou arrêter celle-ci" (je ne remonte pas tout le sujet pour retrouver ton expression mais je crois que c'était à peu près ça). J'ai peut-être un peu oublié ce dont tu nous parlais dans les autres sujets, mais tu peux expliquer, résumer rapidement pourquoi? Qu'est-ce qui fait que cette vie telle qu'elle est n'a aucune valeur maintenant? Pour quelle raison concrète? Qu'est-ce qui l'a rendue si viciée?

Ensuite tu dis qu'il y a en toi plusieurs personnes qui changent régulièrement. Thor a rétorqué que le trouble de personnalités multiples était très rare donc que tu l'avais sûrement pas... Mais ça ne veut pas dire qu'il n'existe pas, et il est peut-être sous-diagnostiqué, aussi... ?
Je te demande : est-ce que tu peux nous donner des précisions?
Est-ce que tu as l'impression qu'il y a plusieurs personnes bien distinctes en toi, que tu pourrais nommer, bien séparer?
Ou bien est-ce que c'est plutôt que tu es toujours clairement toi-même, mais avec des états d'esprit totalement différents (mais ces états d'esprit, tu les identifies toujours comme étant toi)?

Ensuite tu dis que l'on te reproche souvent de ne pas être attachée aux bonnes personnes... Qui sont ces personnes "pas bonnes" pour toi? Pourquoi on te dit ça d'elles? Tu le penses aussi, qu'elles ne sont pas bonnes? Pourquoi tu t'attaches à elle, comment est-ce que ça arrive?

Ensuite tu regrettes l'époque où tu étais jeunes et sans cesse heureuse et où tu étais, dis-tu "un rayon de soleil". D'expérience je sais qu'il est dur de faire le deuil de son état d'esprit d'enfance, surtout si on a eu une enfance où tout semblait simple, souriant, où rien ne semblait pouvoir nous atteindre. Quand cet état d'esprit nous quitte pour laisser place à une déprime très profonde, voire à la dépression, on va souvent le regretter amèrement, et espérer qu'il revienne à l'identique, attendre qu'il revienne à l'identique.
Je pense personnellement qu'il faut savoir faire le deuil de son enfance. Tu n'auras certainement plus jamais le même genre de joie spontanée, tu n'auras sans doute plus la même attitude face à l'existence... Ce qui ne veut pas dire que tu ne seras plus jamais heureuse! Il y a beaucoup de façons de trouver sa propre attitude, ses propres réponses, celles qu'on se forge, qui sont le résultat de sa propre vie, de son originalité propre. Ça peut mettre du temps, beaucoup de temps d'en arriver là. C'est le fruit d'un long chemin. Mais le résultat, c'est totalement toi, c'est ton chemin, ta vie.
Pour le moment tout ça peut sembler très flou. Je sais juste de mon expérience que ça peut être une perte de temps de vouloir revenir forcément au type de joie qu'on avait dans son enfance, en pensant qu'être éloigné de cet état d'esprit est forcément un échec. Je ne crois pas que ça le soit, je pense qu'on peut quitter cette ancienne façon de penser, parfois dans la douleur, dans le noir, pour en trouver une autre, s'en forger une parmi les obligations, les nécessités, et tout ce qu'on y apprend. Et ensuite, après avoir appris par soi-même, on peut trouver une forme de joie, de confiance en l'existence, qui est nouvelle et n'a rien à voir avec celle de l'enfance, mais dans laquelle tu te sentiras bien.

Thor t'enjoint énormément à parler absolument à ta famille. Si je puis me permettre, et malgré tout le respect et l'affection que j'ai en ton interlocuteur (lui-même il sait) dans ce cas-là il est pas mal biaisé par sa propre expérience. Sa famille représente un vrai pilier pour lui. Mais personnellement je pense que ça n'est pas forcément le cas pour tout le monde.
Et peut-être que ça ne peut pas être le cas pour toi.
Ou pas encore, pas pour le moment.
En tout cas je ne veux pas te l'affirmer ni t'y forcer.

Faut-il absolument que tu parles à ton entourage? Tu peux y penser, ça pourra t'être utile. Mais si des expériences, des appréhensions, ce que tu sais aussi de ta famille te porte à penser de façon à peu près certaine que ça sera pire, je pense que tu peux te faire confiance. Tu n'es pas obligée de le faire, et on ne passe pas forcément par là pour aller mieux. Si ça te met clairement dans un trop grand inconfort, s'il t'apparaît de façon évidente que ce n'est pas la solution, et bien ça ne l'est peut-être pas, en effet. Mais il y aura d'autres soutiens, d'autres solutions. Ce forum en est un.
Le psy aussi peut-être. Tu parles d'aller le revoir. Ce serait à quelle fréquence? Tu as eu combien de séances avec lui?

Pour finir, je te demanderais si tu as même de très très très vagues projets d'avenir. Tu as 18 ans : tu es en quelle classe? Est-ce que tu sais ce que tu veux faire après? (même si c'est par dépit parce que tu ne vois rien d'autre pour toi, même si rien ne t'inspire... Savoir un peu dans quoi tu mets les pieds donneras des pistes pour savoir à quoi tu peux t'accrocher aussi...)
Par ailleurs, est-ce que tu peux envisager d'être autonome? J'imagine que tu vis sous le même toit que tes parents? Est-ce que tu pourrais avoir ton propre appart en location, par exemple? Ou en colocation avec un-e ami-e?
En te le faisant payer ou, si ta famille n'a pas les moyens, en demandant des aides (assistante sociale ou CROUS)...

Voilà un peu pour tout ce que je voulais te dire, je te souhaite bonne chance et bon courage pour la suite.
Tu viens poster, discuter, réfléchir de tout ça ici, tu vas au fond des choses, pour moi c'est bon signe, tu as la gnac (ou alors ça s'écrit niak ou gniaque, j'ai jamais su), tu as encore les forces et la volonté de faire quelque chose de ta vie.
Si on peut faire quoi que ce soit pour te maintenir à flot, ou du moins pour t'apporter un peu de chaleur dans le froid où tu vis, n'hésite pas à demander, ce serait avec plaisir...

Une photo d'animal mignon pour finir.

Revenir en haut Aller en bas
kunehis




Féminin
Nombre de messages : 401
Age : 20
Date d'inscription : 02/12/2013

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Mar 02 Déc 2014, 17:05

Je vais essayer de répondre a toutes les questions le plus clairement et le plus simplement possible, mais il est probable que je sois un peu brouillon!!

Pourquoi j'aimerais changer de vie? Parce que cela fait plusieurs années que je me déteste et déteste tout ma vie, et ma situation en générale! Il y a forcément quelques bons moment passés, ou quelques bonnes choses! Mais je pense bien plus a tout ce qui m'a été dur... Rien que les études jusqu'au BAC ça a été un enfer! Alors entre les études, ma famille, mon cadre de vie et mes propres problèmes j'en ai juste assez! J'ai tellement envie de crier MERDE au monde entier, et de tout reprendre a zéro, effacer l'ardoise, tous les a priori que l'on peut avoir de moi, effacer tout ce que les gens savent de moi et devenir qqun d'autre sans avoir besoins de me justifier!
Depuis toute petite il ne m'arrive que des ennuis, gros comme petits, et je n'arrive pas a m'en sortir, il y a tjrs un truc!!

Ouais, suivant la personne que je suis je peux dire plus ou moins quels sont les autres parce que a certains moments j'ai conscience de tout, et a d'autres je renie tout!! Je dirais que par moment il m'arrive d'être une personne capable de tout, a d'autres moments je ne suis qu'un légume capable de rien, aujourd'hui j'étais une boule d'énergie (avec 3h de sommeil cette nuit sleeping )! A d'autres moments je suis "normal", a d'autres moments j'ai pleins de toc (manger avec des couverts spécifiques par exemple sinon je ne peux pas manger)!! Mes sentiments changent aussi du coup... Je peux passer d'un état de stress intense a un état ou je suis complètement "stone"... mais c'est bien plus visible quand je commence a m'énerver! Quand je m'énerve je peux très vite devenir très violente, j'ai peur de cette personne que je suis et je ne la connais pas, j'ai juste pu constater quelques dégats "post-crise"! Du coup quand je commence a m'énerver, je passe volontairement a qqun d'autre, le plus souvent je deviens qqun qui prend la vie comme elle vient, et qui accepte tout! Je n'arrive pas trop a trouver les mots juste pour tout décrire, mais je sens tellement que dans ma tête il n'y a pas que "moi"! Je peux me faire des conversations tte seule avec autant de voix que d'opinions dans ma tête!!

Oui c'est c'est surtout mes soeurs qui me reprochent d'être détaché de la famille mais d'être attaché a mes amis par exemple! C'est pour ca que je dis que je ne m'accroche pas forcement aux bonnes personnes... ce n'est pas moi qui le dit mais ma famille!! Perso je pense que je fais comme j'ai envie, mais bon...
Mais aussi très souvent j'ai bien plus de facilité a m'accrocher aux personnes qui peuvent me faire du mal! Plus je m'accroche vite et plus c'est mauvais signe souvent! Mes vrais amis j'ai mis énormément de temps a les acceptés!

Je ne cherche pas spécialement a retrouver cet état de joie intense que j'ai déja vécu parce que j'aime découvrir de nouvelles choses... Mais tout me parait si sombre et sans saveur en ce moment que je crois de moins en moins en une lumière au bout du chemin!

En effet, ma famille est assez voir même très loin d'être un pilier pour moi! Pour le moment je la vois plutôt comme une ancre qui m’empêche de changer ou d'évoluer comme je le souhaiterais car je me heurterais a leurs incompréhensions et a leurs demandes d'explications!

Je ne me sens pas du tout parler avec ma famille! J'en suis incapable pour le moment, et je ne pense pas que ca change parce que je n'y tiens pas non plus!
Pour la psy, étant donné que c'est a chaque fois une epreuve qui m'enfonce avant de me remonter un peu, j'ai beaucoup de mal a y aller... La je démarre avec une nouvelle psy (que j'aime pas trop parce qu'elle laisse des blancs insupportable) et j'ai mon troisième rdv avec elle vendredi!! Pour le moment je prend un rdv toutes les deux semaines, et au fur et a mesure je réduis le temps (au début c'étais un rdv tous les 3 mois avec un autre psy qui m'a réorienté)

Ma situation : 18 ans, pas toutes mes dents, en année sabbatique! J'ai tenu 3 semaines à l'école d'infirmière, après j'ai voulu intégrer une formation en charpente mais je n'ai pas trouvé de patron donc je me retrouve sans situation! J'ai un petit boulot en tant qu'animatrice dans un centre de loisir, mais c'est que le mercredi après midi et peut etre les vacs (pas sur vu que je suis appelé en remplacement ou en complément de l'équipe)! Mais je n'ai pas encore réussi a me bouger le cul pour me trouver un boulot autre qui pourrait me sortir un peu plus et me redonner un rythme de vie!
Et pour l'année prochaine je ne sais pas si je dois continuer a chercher pour me lancer en charpente (projet qui date de ma 5ème), en menuiserie ou autre chose!! De toute facon chaque fois que j'ai un projet il y a forcement qqun pour me le détruire, donc au début je suis sur de moi et après je doute et j'essaye de trouver autre chose! C'est quand même terrible, je suis même pas capable de n'écouter que moi, je cherche avant tout a "plaire" aux autres!

Effectivement je vis chez mes parents... Je n'ai pas les moyens de me payer un logement a coté peu importe la forme du logement! Et c'est hors de question pour mes parents de m'aider a financer qqch comme ca (argument : On peut pas te payer ca et pas le payer au reste de la famille et ca fait trop de sous dépensés alors qu'on peut en économiser)!! Pour les aides je me suis un peu renseigner, mais je n'ai pas été très loin dans mes recherches... mais je ne pense pas pouvoir être 100% autonome! Surtout que c'est difficile de se lancer dans un projet comme ca quand la moindre opinion extérieur me remet en doute sans arrêt!

Ca ne me dérange pas de parler de tout ceci, mais encore une fois si un jour j'avais vraiment besoins de qqch en particulier je n'oserais pas demander! Je me connais très bien dans ces moments la

merci bcp pour tout ca...  surtout pour la petite image 05
Revenir en haut Aller en bas
tchip




Masculin
Nombre de messages : 1429
Localisation : Grenobulu
Passion : La science
Date d'inscription : 21/10/2010

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Mar 02 Déc 2014, 18:36

Est que c'est possible de savoir un peu plus quel genres de choix t'ont séparés de ta famille ?
Comment ça se passe avec le reste de ton entourage ?

Tes parents ont l'air dur mais tant qu'ils tu restes chez eux pour vivre c'est qu'à priori ils t'aiment encore.
Revenir en haut Aller en bas
kunehis




Féminin
Nombre de messages : 401
Age : 20
Date d'inscription : 02/12/2013

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Mar 02 Déc 2014, 18:53

Si je me détache tant de ma famille c'est que plus le temps passe et plus j'avais l'impression de m'effacer! J'ai beaucoup vécu et je vis encore à l'ombre de ma soeur juste au dessus de moi qui a été très mal pendant longtemps et qui a encore des problèmes! Et après moi mon unique petit frère demande beaucoup d'attention... Et quand c'est pas soit l'un soit l'autre une autre de mes soeur a un problème souvent!! Le truc c'est que a la maison, si on ne gueule pas ce qu'on a sur le coeur personne ne se doute qu'on a qqch sur le coeur! Donc j'ai tjrs eu ce sentiment de vivre un peu a l'écart et le fossé s'est creusé d'abord de lui même puis j'ai continué de le creuser parce que je me sens mieux en étant détaché! Depuis longtemps il y a beaucoup de tensions a l'intérieur de la famille, et comme personne ne fait rien (moi non plus je l'avoue) tout empire! j'ai été pendant longtemps la petite souris de la maison qui savais et entendais tout! Et c'est devenu tellement lourd de supporter tout de tout le monde que je coupe tout, que je dis stop!

A part ce cercle familiale, c'est simple je ne connais pas le reste de la famille au alentours!! Il me reste une grand mère qui ne m'aime pas bcp parce que d'après elle j'ai tord de vivre comme j'en ai envie sans d'abord penser a la famille (je fais les deux mais plus l'un que l'autre)! Sinon j'ai mes amies, 3 filles géniales du lycée... c'est peut etre mon seul contacte social normal!! 

Je ne sais pas ce que mes parents pensent de moi, si je leur dit rien ils ne me disent rien! Alors moins il y a de communication plus il y a de choses qui traînent et donc plus l'abcès est difficile a crever... c'est un cercle vicieux assez infernal
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Mer 03 Déc 2014, 00:05

Moi je pense qu'une famille qui t'accepte sous ton toit, qui t'a pas virée, n'est pas pour autant bonne pour toi. L'atmosphère a l'air hyper viciée chez toi, tu me donnes l'impression d'être en train de te noyer et de venir crier ici, ouvrir grand la bouche pour essayer de capturer de l'air...

Tu dis que tu ne peux pas être autonome car tu n'es pas prête et que ta famille te bloque en dépréciant, si j'ai bien compris, tout ce que tu suggères et entreprends personnellement... Cela souligne justement à mon avis l'importance de prendre le large par rapport à cette ambiance. Donc d'être autonome... En un mot j'envisage mal comment tu pourrais commencer à respirer et à être indépendante sans forcer ton départ. J'ai pas l'impression que ta famille ait tellement envie que tu prennes tes propres marques et que tu vives par toi-même, ni qu'elle soit prête à te voir comme une adulte.
Ce qu'on ne nous donne pas, parfois, il faut le voler.

Après, je comprends très bien que tu ne sois pas prête, que tu ne puisses absolument pas faire ça pour le moment.
Déjà en un mot je voudrais te rassurer sur le fait que tu ne te sentes pas assez mature : il est rare qu'on soit réellement prêt à tout quand on quitte le foyer familial. On peut tâtonner, faire des erreurs, avoir peur... mais faire ce premier pas et essayer par soi-même est le début du chemin pour y arriver. Et finalement à force de se confronter à des épreuves, on finit par y arriver.
Bref, je comprends que ce ne soit pas encore le moment pour toi.
Est-ce que, pour le moment, tu peux commencer par trouver des moyens de respirer un peu, plus loin de cette ambiance? Sortir souvent en journée? (en allant dans un lieu tranquille et pas trop cher, genre une bibliothèque ou une médiathèque où tu peux rester un bon moment sans rien payer) Aller voir des ami-e-s? Dormir chez eux/elles à l'occasion? Un autre environnement pourrait peut-être t'aider à reprendre confiance en toi, ce dont tu sembles cruellement manquer.

D'autre part quand tu parles de la façon dont ça se passe dans ta tête, tu évoques beaucoup des sautes d'humeur... Est-ce que tes psys t'ont déjà parlé de bipolarité? Ça n'est qu'une piste de ma part, absolument pas un diagnostic... Tu pourrais ptêt en parler à ta psy lors de ta prochaine séance, ça te permettrait de mettre des mots sur la façon dont tu te sens et commencer une discussion... ?
Sinon, si tu as vraiment l'impression que ta "toi énervée" est une autre personne, est-ce que tu penses que ça t'aiderait si tu lui donnais un autre nom que le tien, pour bien vous différencier? Ou est-ce que c'est clairement pas le problème?

Ensuite tu parles de t'être liée à des amis qui t'ont "fait du mal". Est-ce que tu veux en parler? Comment c'est arrivé, comment ils t'ont fait du mal?

Tu dis aussi que dès que tu as un projet il y a toujours "quelqu'un pour le détruire". Est-ce que tu veux parler de ça aussi?

Enfin tu sembles également énormément te déprécier, parce que tu n'arrives pas à te reposer sur toi mais que tu dépends du regard des autres, que tu cherches, dis-tu, à trop leur plaire. Je pense qu'il ne faut pas que tu te culpabilises trop : rien n'est plus normal je crois. Beaucoup de personnes ne sont pas très honnêtes là-dessus et prétendent qu'elles ne suivent que leurs idées et leurs pensées, mais le fait est que l'animal social que nous sommes dépend beaucoup de la communication et de la validation de ses semblables. On est tous, ou presque tous, beaucoup trop attachés à plaire aux autres, de toute façon. Tu es lucide là-dessus pour toi-même, mais je pense que beaucoup de personnes pourraient en dire autant.
Déjà, si pour le moment "les autres" (surtout incarnés dans ta famille) pouvaient aussi arrêter de te foutre une pression monstrueuse et de donner des coups de pieds dans ton ego, ptêt que tu y arriverais un peu mieux, à te passer de leur validation... Just sayin'.

Courage.
Revenir en haut Aller en bas
kunehis




Féminin
Nombre de messages : 401
Age : 20
Date d'inscription : 02/12/2013

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Mer 03 Déc 2014, 03:43

Ton analyse est juste! L'autre jour quand j'ai un peu parlé famille avec la psy elle a fait la même analyse!

J'aimerais être autonome, avoir au moins un chez moi! Dans ma situation actuelle je n'ai même pas ma propre chambre parce que mes parents la louent de temps à autre en tant que chambre d'hôte! Je rêve d'un endroit rien qu'a moi... Mais effectivement ce n'est pas au gout de tout le monde et loin de la! En même temps ma soeur juste au dessus qui a 22 ans dit elle même qu'elle en a 8 tellement elle ne veut pas grandir! Et moi j'arrive derrière et je veux la pousser parce que si elle veut pas évoluer autant qu'elle me laisse passer devant! Mais non, c'est comme si je devais attendre mon tour! Et ca c'est très enervant comme sentiment

Pour expliquer simplement, j'ai deux états d'esprit!
D'un côté j'aime sortir en journée, aller passer du temps avec mes ami-e-s parce que ca me donne une bouffé d'air frais avant de replonger! Quand je ne suis pas a la maison en journée mes parents m'en veulent parce que je ne suis pas en train d'aider et qu'il y a tellement de choses a faire... pour reprendre l'expression de mes parents : "Je ne vis pas a l'hotel, j'ai l'obligation d'aider"!! Dans ce cas de figure je m'en fou, j'aide ce que je peux  et après je sors quand j'ai envie!
D'un autre coté, c'est vrai qu'il y a tellement a faire, mes parents commencent a ne plus être tout jeune, et ma mère en bave tellement que j'ai pitié! Du coup quelques fois  je m'interdis de sortir ou de prendre du temps pour moi justement parce que je l'interdis de laisser tout ce boulot a ma mère surtout! Faut dire qu'elle ne s'arrete jamais, et quand elle n'est pas a faire les taches ménagères ou a bosser un peu en extérieur, mon père réclme sa présente quasi constante et se repose entièrement sur elle! Avec tout ca ma mère n'a pas une minute a elle alors je me dis que je suis obligé de faire tout mon possible pour enlever du poids de ses épaules!

Je n'ai encore jamais parlé a la psy de mon pb de changement brutal de comportement et d'état d'esprit... affaire a suivre, mais en face a face j'ai du mal a en parler de peur d'avoir une question du genre "et la qui tu penses être" ou "tu peux détailler" sachant que j'ai du mal moi même a avoir les idées nettes sur ce sujet!
C'est sur quand quand je suis énervé, ou profondément triste je serais incapable de me reconnaitre! je ne pense pas que donner un autre nom pour différencier ces autres personnes soit un solution! Mais comme je n'ai pas de solution autre a proposer, je pense que je vais essayer de réfléchir a des prénoms qui ont une signification particulière pour moi!

Ouais j'ai le chic pour m'attacher très vite a des gens qui se foutent royalement de moi! En soit ils ne me font pas du mal physiquement, mais plus mentalement! C'est sur que quand vous arrivez a dire a qqun que vous aimez bcp que vous vous scarifiez (confiance quand même importante en la personne du coup) et que cette meme personne vous dit dans la doulée : "tu arrete de te faire du mal immédiatement sinon ca ne sert a rien de continuer de me parler parce que je ne te parlerais plus" ca fou le cafard! Il y a des choses comme ca que je n'arrive pas a oublier, même si certaines choses remontent a longtemps... 

Pour ce qui est de mes projets, je n'ai pas grand chose a dire! Mais c'est juste tellement frustrant et chiant d'etre tjrs déstabilisé par un rien! Mais je n'arrive pas a éviter ce phénomène! Je suis comme une éponge qui absorbe tout 

Un exemple, je me suis fait faire un piercing a l'hélix! Ma mère n'était pas d'ac et ne l'ai tjrs pas! Quand elle a vu que je venais de me le faire faire (elle était prevenu) elle m'a fait la gueule jusqu'au lendemain! Alors je pense que pour le bon de tous maintenant je ferais mieux de m'écraser avec mes idées anti-conformiste

Enfin voila, j'espère avoir fait le tour de plus ou moins toutes les question,je vais aller me faire un petit somme, mon esprit n'arrive plus a tout très bien suivre
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Mer 03 Déc 2014, 07:17

Citation :
Dans ma situation actuelle je n'ai même pas ma propre chambre parce que mes parents la louent de temps à autre en tant que chambre d'hôte!

Ah. Ouais. Purée j'hallucine.
Ça c'est vraiment pas cool à mon avis, ça veut dire que tu disposes pas vraiment d'un espace à toi qui te ressemble, et où tu peux être seule et te retrouver avec toi-même. Symboliquement ça serait important d'avoir ça. On te coupe de ton intimité, de ton droit à être toi-même dans le secret, en tout cas je le vois comme ça.
Une chambre perso, ça a cette importance.
Bref je suis assez étonnée. Je lis la suite...

Ça me semble assez symptomatique qu'à 22 ans ta sœur veuille pas grandir. J'imagine que tu te rends compte. 22 ans PURÉE. Je jette pas du tout le blâme sur ta sœur, je veux juste dire que ça confirme bien à mon avis que vos parents vous maintiennent, à coups d'obligation, de culpabilisation peut-être, dans un état de dépendance et de minorité. Et s'ils lâchent pas leur fille de 22 ans, je pense que tu sais déjà que tu peux pas compter qu'ils le fassent spontanément pour toi.
Pour le moment t'as des sursauts de vie et d'indépendance, je pense qu'il faut en profiter. Peut-être que c'était pareil pour ta sœur, mais qu'elle a pas osé mettre en application parce que ça semble horriblement difficile, et qu'elle a laissé mourir le feu.
Tu as peut-être l'avantage de ne vraiment pas vouloir laisser mourir le feu. Il va falloir trouver tes stratégies, tes adaptations, pour garder ton envie de te battre, de grandir, sans pour autant créer un clash que tu peux pas gérer, mais ça me semble important.

Ta mère semble utiliser l'idée d'une obligation envers elle pour te maintenir dans sa dépendance et ça paraît assez efficace. Il se peut qu'elle soit débordée de boulot, mais qu'est-ce qui est le mieux? Que la maison soit un peu imparfaite, pas très très bien tenue, ou que ses enfants soient dépendants, accrochés à ses bottes, jamais autonomes et malheureux? À un moment il faut faire un choix et définir ses priorités.
Tu fais déjà ta part à ce que tu dis. Tu n'as pas à t'en mettre trop sur les épaules, la limite c'est celle que tu laisses à ta propre personnalité pour s'exprimer. Si tu laisses tes obligations pour ta mère empiéter sur le temps nécessaire à ton existence, à l'élaboration de toi-même, alors c'est que ça prend critiquement sur du temps vital.

Tu as dit plusieurs fois que ta famille, de plusieurs endroits, te faisait sentir que tu ne laissais pas assez de temps pour elle et que tu allais trop voir tes amis.
J'ai l'impression que tu es dans un famille très centrée sur cette valeur, la valeur de la famille, très nucléaire. Où on devrait avoir plus d'attention pour ceux de "son clan" que pour l'extérieur.
Et paradoxalement cette famille-là paraît assez dysfonctionnelle. Les enfants n'arrivent pas à grandir, ils vont mal, les parents sont débordés, il n'y a pas de confiance, d'écoute réelle...
Ta sœur de 22 ans qui n'arrive pas à grandir, est-ce que c'est celle qui a eu des épisodes dépressifs?
Par ailleurs, tu dis ta mère débordée de tâches ménagères, est-ce que quelqu'un l'aide en-dehors de toi? Ton père? Ça me fait penser : est-ce qu'il y a une différence claire de traitement entre les filles et les garçons dans ta famille, est-ce qu'on attend autant des garçons au niveau de l'entretien de la maison, par exemple?

Et je veux aussi dire que cette valeur, celle de consacrer plus d'attention et de temps à sa famille et moins à ses amis, elle n'est pas universelle. Ce n'est pas parce que ta famille te met le blâme là-dessus que tu es une mauvaise personne. Tu as parfaitement le droit d'exister en-dehors d'eux, et de préférer d'autres personnes à eux. Et tu n'as pas à te justifier là-dessus.
On devrait être attachés à vie à certaines personnes parce que le hasard a voulu qu'on naisse dans leur milieu? Même si on n'aime viscéralement pas ces personnes? On aurait pas le droit de se créer son propre milieu, de se trouver les personnes avec qui on se sent le mieux, pour sa propre vie? Je trouve ça super dur...

AÏE pour la scarification purée. Je veux dire AÏE concernant la réaction des amis dont tu parles.
C'est une situation à laquelle j'ai jamais été confrontée, mais j'ai lu que ça pouvait pas mal arriver, surtout dans les âges des collèges et lycées ou parfois les personnes sont encore un peu cruelles et immatures. C'est dommage, tu méritais vraiment une meilleure attention et une meilleure écoute. Mais parfois c'est très très dur de trouver les personnes qui sont prêtes à accepter cette part de toi.
Et je trouve ça nul concernant notre société. On devrait être capables de s'épauler, de s'écouter, de s'adapter à la forme de la détresse de l'autre, même si on la comprend pas tout à fait, parce qu'on la vit pas.
On devrait pouvoir tous le faire, surtout que tu fais de mal à personne. C'est juste ta façon d'exprimer ton mal-être, et tu es loin d'être la seule.
Tout mon soutien, toute mon affection pour toi, vraiment, et j'espère que tu trouveras des personnes ouvertes, affectueuses, qui ne te jugeront pas là-dessus. Elles existent.

Ah oui. Je voulais dire aussi, à propos de mettre des noms sur tes divers états d'esprit, c'était une simple question de ma part mais pas forcément une solution.
Si jamais ça marche pas trop c'est pas important, ce qui compte c'est de trouver ce qui te convient.
Revenir en haut Aller en bas
kunehis




Féminin
Nombre de messages : 401
Age : 20
Date d'inscription : 02/12/2013

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Ven 05 Déc 2014, 00:05

Depuis pas mal de temps déja je n'avais pas ma propre chambre! Puis mes parents m'ont offert une chambre que j'ai un peu partagé avec l'une de mes soeur avant qu'elle parte... je suis resté peut etre 4 ans dedans, ca a été le pied total!! Mais mon frère qui a 14 ans et n'avait pas non plus de chambre vu que la mienne est la seule de la maison qui ne peut pas etre loué! Donc début d'année je lui est donné ma chambre!! Je veux prendre soins de mon petit frère comme ma grande soeur n'a jamais su prendre soins de moi...

Tu n'as pas tord!! Ma soeur est un poids très lourd a la maison et est souvent sujet de dispute... et ma mère nous dit qu'elle essaye de faire qqch mais elle continue de la couver et de la protéger!!
Purée je trouve pas les mot tellement j'ai envie et besoins de cette bouffé d'air frais que pourrais me procurer MON ENDROIT A MOI!! C'est fou j'en ai les larmes aux yeux... Je le sais et je l'ai dit a mes parents, si je ne m'en vais pas très vite je risque de mourir avant eux! Mais je pense qu'ils n'ont pas pris ca aussi serieusement que moi!! C'est la en le disant que je m'en rend vraiment compte, mais ma famille me prend rarement au serieux en fait quand c'est serieux pour moi!!

Oui je culpabilise très souvent et très facilement a cause de chez moi et surtout de ma mère! Je ne supporte pas la situation a la maison, et je sais qu'elle aussi rame énormement en ce moment... et je me dis que du coup elle est sensé passer avant moi! Que je dois l'aider avant tout... Mais j'ai beau faire ce que je peux quand je peux, ca me détruit quand meme parce qu'elle ne respecte pas quand je lui dis que je sors pour juste m'amuser parce que au lieu de sortir je pourrais continuer de l'aider!! bref sujet relativement difficile pour moi a aborder parce que ca fait remonter bcp de sentiments qui font très mal!

Oui, tout le monde voudrait que la famille soit comme une équipe super soudé! On me reproche de de pas aller dans ce sens mais c'est pas dans mon fonctionnement a moi d'etre comme ca!!!
Pour ma soeur, oui c'est celle qui a eu des episodes dépressifs! La en ce moment elle n'a pas grandi mais plne complètement et se berce de douce illusions...
Non personne n'aide vraiment ma mère en dehors de nous (les enfants)... mon paternel est très loin de l'aider! C'est plus le big boss, le gérant qui s'occuper des travaux et des demandes de réservation!! Il fait un petit effort quand il voit ma mère plus qu'a bout de force mais c'est rare!
Bah étant 5 filles et un garcon (moi 5ème, mon frère le petit dernier)... je ne peux pas vraiment répondre a la question sur la différence d'éducation! Il est certain que quelques fois j'analyse quand même des choses, et que plus on avance et plus l'éducation est laxiste sur de plus en plus de choses, mais dans l'ensemble on a tous la même base plus ou moins!

Ma famille me reproche tellement d'être plus attaché a mes amis qu'a eux que perso ca me fou super mal! Je suis un peu tiré par tous les cotés!! Certaines de mes soeurs m'en veulent même et me font souvent la gueule quand je rentre après une sortie... Non franchement je le vis super mal, ca m'énerve je sais pas comment leur faire comprendre que je suis différente, que j'ai besoins d'autre chose pour vivre/survivre! La mort j'y pense aussi bcp dans le but aussi de les faire réagir, et qu'ils se reveille un beau matin en ayant compris ce que je pouvais ressentir! Je me sens tellement étrangère partout ou je vais! Rien n'est stable autour comme en moi! J'en ai marre de tout ce, je suis fatigué de cette vie qui ne me plais que si peu! Je suis épuiser de chercher sans arret des solutions pour essayer de prendre ou je peux des bouffés d'air frais dans ma noyade quasi constante... La je suis clairement et simplement au bout du rouleau et a ramasser a la petite cuillère! 

Les gens qui m’acceptent étant très rare je me prend souvent des foutu claques! Et chaque fois j'en veux au conformisme de la société avant d'en vouloir aux personnes elles meme de suivre cette foutu société... mais j'ai beau rationaliser les choses, ca fait quand même mal a chaque fois!

Non mais ca ne me coute rien d'essayer pour les prénoms... le seul truc qui me dérange c'est que j'ai peur de les utiliser! Qui pourrait comprendre sans me prendre pour une tarée? Qui pourrait jouer juste pour essayer au même jeu que moi? mais je vais essayer... ca ne coute rien, et si par ce simple geste je peux au moins trouver une solution a qqch je prend ce qui vient!
J'aimerais dans ce cas prendre Gwenaëlle pour moi moi hors de moi énervé, et Nathanaël pour mon moi état second dans les moments ou je ne suis qu'un bout de viande artistique!
Ces prénoms sont a deux personnes que j'ai connu qui avaient énormément d'importance pour moi... et que je regrette chaque jour un peu plus parce que l'on m'a arracher ces personnes!
Revenir en haut Aller en bas
kunehis




Féminin
Nombre de messages : 401
Age : 20
Date d'inscription : 02/12/2013

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Ven 05 Déc 2014, 00:10

Je voulais rajouter... Vraiment un grand merci a tout le monde! Même si souvent c'est dur pour moi de parler de tout ca, et assez confu quand j'y pense, vous essayez quand même de comprendre et vous essayer de m'aider!
En fait c'est tellement (j'ai pas le mot) de sentir que quelque part il y a des gens comme ca! Purée c'est fou merci!!
Une énorme merci aussi a mes amies qui sont un pilier énorme...

Et petite analyse de dernière minute : le sujet vire énormément sur ma famille, c'est arrivé tout seul mais tellement rapidement et naturellement... Et c'est tellement un des coeur de problème! 

J'espère quand même ne pas trop est incompréhensible quand j'essaye d'expliquer tout ca.
Revenir en haut Aller en bas
tchip




Masculin
Nombre de messages : 1429
Localisation : Grenobulu
Passion : La science
Date d'inscription : 21/10/2010

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Ven 05 Déc 2014, 00:29

En effet ça a vraiment pas l'air facile.

Dans ma famille on était 3 enfants assez peu actifs dans la maison, j'ai toujours partagé ma chambre avec mon frère et mon père plutôt absent mais jamais la tension n'a monté comme ça sur des questions de nécessité.

Mais si j'ai bien compris tu ne bosses pas à plein temps donc à part si tu sors à longueur de journée et laisser tomber toute perspective de travail/étude, je ne crois pas que ta vie sociale soit incompatible avec ta vie familiale.

Surtout que tu entres dans une période où tu dois acquérir plus de responsabilités mais aussi ou tu demande légitimement plus d'indépendance. C'est presque normal de voir naître des tensions, même en dehors du contexte de la famille.

Revenir en haut Aller en bas
Thorongil



Masculin
Nombre de messages : 22620
Age : 27
Localisation : Ered Wethrin
Passion : Le PC
Surnom : Thor, Thothor, Tonton Gilles
Date d'inscription : 30/04/2006

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Ven 05 Déc 2014, 00:40

J'abonde dans ton sens Tchipounet.

Dans une situation similaire (pas de travail ni d'études et période où j'aspirais à de l'indépendance) j'ai commencé à devenir irritable face à ma mère pour des raisons bêtes de tupperwares placés au-dessus des assiettes dans les placards de la cuisine. Parce que c'était moi qui la rangeais et donc moi qui ne supportais pas quand on me perturbait dans ma logique cuisinière.

Donc oui voir apparaître des tensions c'est normal, avec le temps.
Pour autant, ta situation est assez difficile, et jamais on ne m'a mis dans de pareilles situations pour avoir une chambre à louer.
Revenir en haut Aller en bas
kunehis




Féminin
Nombre de messages : 401
Age : 20
Date d'inscription : 02/12/2013

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Ven 05 Déc 2014, 01:24

Ouais c'est certain que c'est très prise de tête comme situation... et même si c'est sur que ma situation présente n'arrange rien, ca a tjrs été la merde chez moi aussi loin que je me souvienne!

Ca devient très pesant et étouffant!

Je ne suis pas souvent absente vu que a chaque fois on me le reproche amèrement...  et je bosse ce que je peux chez moi! Et même avec tout ca on continue de me reprocher de prendre un peu de temps pour moi!! Mais en même temps si je veux comme il se doit trouver ma voie le mieux possible faut aussi que j'en prenne un peu du temps pour moi quoi...

Je deviens très irritable aussi sur certaines choses ^^' mais je ne dis jamais rien, je m'énerve en silence et modifie autant de fois qu'il faut tout en restant calme extérieurement seulement que qui me dérange
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Ven 05 Déc 2014, 14:33

Ta famille a l'air de penser qu'elle est un clan très soudé, qu'il faut que tout le monde rentre là-dedans, etc. Elle a l'air de le penser, mais j'ai pas l'impression que ce soit le cas.

À te lire, ta mère est débordée, ta sœur est surprotégée, dépendante et dépressive, et toi personne ne t'écoute. Et encore là tu n'as parlé que des sujets qui te concernent directement.
J'ai bien l'impression que ta famille se berce d'illusions sur son idyllisme.

Et par ailleurs tu as parfaitement le droit de faire ta vie en-dehors d'eux.
Tu dis que tes sœurs font la gueule quand tu sors. Ce serait parce que tu les abandonnes? Elles ont tellement besoin de toi?
Ou parce qu'elles sont jalouses? Si elles aussi, ça leur ferait pas de mal de quitter la maison, en fait?
Ou alors simplement parce qu'elle conçoivent même pas qu'on puisse avoir une "deuxième vie" à l'extérieur? Est-ce que tes sœurs ont beaucoup d'amis?

Moi, vu ce que tu dis, je pense que tu peux penser à chercher une porte de sortie. Te renseigner sur les démarches pour avoir un logement, ptêt les aides possibles. Il doit y avoir un centre d'aide à la jeunesse quelque part dans ta ville, ou sinon tu cherches sur internet.
Chercher une formation, ptêt un job que tu pourrais avoir rapidement pour être indépendante, même si c'est un salaire de misère pour commencer.

Ptêt que si tu établis un petit plan comme ça pour vivre seule et que tu le présentes tout fait à tes parents, ils seront moins à même de te mettre des bâtons dans les roues.
Et au pire, même s'ils veulent pas, à 18 ans tu es majeure, tu n'as pas besoin de leur accord.

Si ça te dit, tu pourrais peut-être en parler aux quelques amies sûres que tu mentionnais. Ça te permet d'avoir des conseils et un soutien dans le monde réel.
J'ai vraiment pas l'impression que ça puisse s'arranger ni que t'aies quelque chose à gagner à rester chez toi. Tant que t'as un peu de force, de révolte, d'envie de bouger, autant en profiter. Je pense.

Et ne t'en fais pas pour le fait que tu te sentes pas "capable" de vivre seule. Face à la nécessité on trouve les solutions. Et si t'as des gros soucis tu peux demander ici : un certain nombre d'entre nous vit seul et a fait plus ou moins récemment l'expérience de la transition entre la famille et l'appart personnel...

Moi c'est le plan à long terme que je verrais bien pour toi, en tout cas.
Pas d'obligation bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
kunehis




Féminin
Nombre de messages : 401
Age : 20
Date d'inscription : 02/12/2013

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Ven 05 Déc 2014, 21:41

Aujourd'hui RDV avec ma psy... je pense vraiment qu'elle ne me convient pas du tout! Je me sens vraiment pas bien avec elle, et je ne peux pas m'empecher de me dire que ca ne m'avance a rien de la voir! Mais j'ose pas demander a voir un-e autre psy!! Timidité envahissante bjr.

J'ai parfaitement le droit de vivre comme je le sens! Mais je suis une véritable éponge, et je ne peux pas passer sur ce que l'on me reproche alors j'ai mauvaise conscience et hop c'est reparti pour un cercle vicieux!

Je pense qu'il y a une part de jalousie chez mes soeurs parce qu'elles savent que je partage plus avec mes amies qu'avec ma famille et ca elles ne l'accèptent pas! Aucun-e de nous n'a jamais vraiment eu bcp d'ami-e-s donc étant pareilles elle ne m'en veulent pas pour ca! 

Mes amies me proposent d'aller squatter un peu chez elles juste histoire de respirer un peu quand je leur en parle, mais je refuse parce que je ne veux pas etre un poids pour elles!

Je pense resté le coeur du problème et que tout ce que je raconte la découle forcément de moi! Je peux pas m'empecher de pense que tout est de ma faute! que ce soit dans la famille, que dans toutes les autres situations que je peux rencontrer!! Je suis un être purement et simplement néfaste pour ce monde maussade!
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Sam 06 Déc 2014, 00:07

En effet tu as l'air d'être un peu trop "une éponge", et bien que tu aies conscience que tu as le droit d'être comme tu veux et que par conséquent c'est ta famille qui es néfaste pour toi, tu ne peux pas t'empêcher d'internaliser les reproches qu'on te fait.
C'est pour ça que je pense que ça peut vraiment être bien que tu prennes tes distances.

En toute honnêteté, je pense que si tes amies te proposent de passer chez elles, c'est que ça ne les dérange pas. Tant que tu ne le demandes pas, toi, trop souvent, je pense que tu ne devrais pas te poser de questions et saisir l'occasion.
Ça sert aussi à ça, les relations hors-famille : pouvoir poser un autre cadre, d'autres idées, d'autres présupposés que ceux du milieux où tu es née. Ça te permet d'avoir accès à plusieurs points de vues et habitudes et de faire ton choix.
Si tu étais un poids pour elles, elles finiraient par te le dire. Je pense qu'une nuit comme ça, pour commencer, ça peut être bien. Est-ce que tes amies vivent seules?

Tu dis que tes sœurs-frères n'ont pas non plus beaucoup d'ami-e-s, je me demande s'il ne faut pas également y voir un effet néfaste de ta famille, trop étouffante, qui ne laisse pas de place à une vie extérieure...
Revenir en haut Aller en bas
kunehis




Féminin
Nombre de messages : 401
Age : 20
Date d'inscription : 02/12/2013

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Sam 06 Déc 2014, 13:55

Faut que je me décharge, faut que je me calme, faut que frappe qqch, faut que je me viande pour pas perdre les pédales, faut que je fasse couler le sang pour faire sortir de mes veines cette haine, faut que je me tape la tête contre les murs pour revenir a moi, faut que je quitte cet endroit pour ne pas exploser!!

Ce midi, situation toute con!! Ma mère demande a mon frère d'arreter son ordi le temps de manger... mon frère traine un peu, alors mon père se met hors de lui!
Entendre de la bouche de mon père "Je vais te casser la gueule" a mon frère c'est dur! Voir mon père attraper mon frère par le col et lui balancer ces mots c'est encore plus dur!

Sur le moment ma droite m'a démangé! Je suis super protectrice avec mon frère, je veux le protéger de mon paternel, de tout ca!! Mais comme une incapable je me suis juste éclipsé a l'autre bout de la maison pour exploser dans mon coin!

Et après mes parents pensent que c'est moi qui ai un problème? Merde c'est quoi cet asile de fou ou je suis!!! Je ne me pose même plus la question pour savoir d'ou vient ce coté si violent en moi que je n'ose même pas montrer!!!

Enfin voila!! Je voulais juste décharger un peu mes nerfs, parce que la je suis pas loin du max que je peux supporter!!!
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Sam 06 Déc 2014, 13:56

Mince... Ton père a souvent ce genre de réaction?
Revenir en haut Aller en bas
kunehis




Féminin
Nombre de messages : 401
Age : 20
Date d'inscription : 02/12/2013

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Sam 06 Déc 2014, 21:05

Oui il a très souvent ce genre de réaction violente! si ce n'est pas dans ses gestes, c'est dans sa facon d'être, son regard ou sa tenue!
J'en ai fais des cauchemars de toutes ces fois ou il m'a regardé avec un regard plus noir que les ténèbres, les épaules relevés, la tête en avant, et les dents du bas qui ressortent tellement il est plein de haine sur un moment!

Chaque fois qu'il est comme ca j'ai un peu plus peur de lui... des fois il en vient a faire ou dire des choses que je ne pensais pas capable d'un vrai père comme aujourd'hui!

Non mais quel père est capable de faire et dire ca a son fils?
Quel père est capable d'être aussi violent envers ses enfants?
Et quel personne comme moi est incapable de réagir merde! J'aurais du réagir, crier, claquer la porte, exploser, ou protéger mon frère!
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Sam 06 Déc 2014, 21:56

Aïe... C'est dur de lire qu'un père puisse haïr ses enfants je trouve.

Tu n'as pas réagi? Peut-être mais vous n'étiez pas que trois dans la maison non? Les autres non plus n'ont pas réagi?

Ça n'est pas anormal, c'est même tristement explicable... La violence (physique ou psychologique) paralyse souvent ses victimes, elle établit un lien de domination et de soumission entre celui qui la perpètre et sa victime. D'autant qu'il y a déjà un lien hiérarchique entre ton père et toi, culturellement il est attendu que les enfants se soumettent à leurs parents.
Beaucoup de choses peuvent expliquer que tu sois coupée, incapable d'agir. Ce n'est pas ta faute. Surtout, c'est ce qu'il faut te dire. Ce n'est pas toi la responsable, il n'y a qu'un responsable et c'est la personne violente.

Courage à toi, c'est vraiment moche. :/
Revenir en haut Aller en bas
kunehis




Féminin
Nombre de messages : 401
Age : 20
Date d'inscription : 02/12/2013

MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Sam 06 Déc 2014, 22:24

Je n'y peux rien je me sens coupable quand même! J'avais envie de réagir mais je n'ai pas eu le cran!! Non il y avait aussi ma mère qui a baissé les yeux et ma soeur qui n'a même pas frémi!

C'est désespérant! J'ai juste envie de m'isoler dans un coin et couper tout contact avec le monde entier pour que plus rien ne puisse m'atteindre!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: survivre à la vie c'est dur...   Aujourd'hui à 13:31

Revenir en haut Aller en bas
 
survivre à la vie c'est dur...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Survivre à la crise : La simplicité retrouvée, Guide pratique
» Survivre à la routine dans un couple
» survivre 3 semaines
» Comment survivre a une crise cardiaque ,quand on est seul.
» trucs pour survivre?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aide, Ecoute et Espoir :: Aide, Ecoute et Espoir :: Déprime, Dépression, Suicide :: Déprime, Dépression-
Sauter vers: