Aide, Ecoute et Espoir

Parler, se défouler, soulager, mais sans juger...
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
La relance de l'activité économique en Zone Espoirienne se matérialise par une effervescence sur le marché de l'espoirine, qui titre à 110 €$poirs le litre. Par ailleurs la hausse de la natalité dans la Zone Espoirienne a donné confiance dans les actionnaires des principales entreprises telles que Pizza Hutt et Honda Motors pour ne citer qu'elles, qui ont donc investi à hauteur de 150 000 milliards d'€$poirs lourds dans les projets étatiques du Royaume d'Espoir, en forte demande de crédits intéressants. A noter que le Royaume d'Espoir a vu sa note augmentée par Finch' à AA+ ce matin en raison d'un pressentiment positif sur le rebond tant attendu de la Zone Espoirienne.
"Winter is Coming" est le titre de la nouvelle campagne de promotion de l'Angélique Bar d'Espoir : au programme des festivités sont prévus des arrivages de la série du Trône de Fer en Blu-Ray ainsi que la complétion de la bibliothèque par les quinze livres de la série fétiche de Georges R.R. Martin, des averses de neige encore plus abusives, encore plus drues, limite dictatoriales, tandis que le patron Thorongil concocte chaque soir un tonnelet de vin chaud aux épices pour tous les volontaires venus se réchauffer autour du feu. Enfin, la nouvelle version du Bar d'Espoir arrive avec l'adjonction d'un sous-sol disponible depuis l'escalier et l'ascenseur principaux, où seront prochainement installés une salle avec un immense bain bouillonnant de source volcanique chaude, une salle de jeu de rôle d'apparence du plus pur style gothique, et surtout l'accès aux salles inférieures, autrefois secrètement gardées par le Patron du Bar, où chacun pourra se servir en bière, cidre et denrées non périssables à loisir grâce à l'Automne fructueux qui s'est écoulé. Car rappelez-vous : l'Hiver vient !
N'oubliez jamais ceci : "Aide, Ecoute et Espoir : Parler, se défouler, soulager...Mais sans juger."
Gloire à Améthyste pour l'exceptionnel travail de planification de la refonte structurelle d'Espoir ! Gloire à Onda pour son aide précieuse lors de la réalisation des travaux ! Gloire à elles ! Gloire à Espoir !

Partagez | 
 

 je suis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
vpc




Féminin
Nombre de messages : 3209
Date d'inscription : 21/09/2008

MessageSujet: je suis    Mer 04 Déc 2013, 22:16

Une fille de 24 ans, j'ai deux soeurs, des amis fidèles malgré tout, un trou profond incomblé.
J'ai le cerveau qui tourne un peu trop vite à mon goût au point que je n'arrive pas toujours à me suivre. J'ai besoin de peu de choses dans la vie techniquement. C'est marrant de dire dans la vie, alors que je ne vis pas, je survis. Depuis des années, peut être depuis toujours.

J'ai été dressé par ma mère et son mari. J'ai, paraît il, été maltraité pendant mon enfance, physiquement et psychologiquement. De simple humiliation en passant par les coups de chaussures et les courses poursuite avec un couteau. J'ai pensé un jour me rebeller, je me demande à présent ce que ça aurait donné, est ce que ça aurait mal tournée, est ce que je serais encore en vie,  est ce que je serais enfermé. Au final la réponse m'importe peu.
Mes parents n'ont jamais été démonstratifs niveau affection. Alors toute jeune j'ai cherché l'affection ailleurs et je l'ai trouvé dans les bras de cette homme de quoi, 40 ou 50 ans. Je ne saurais le dire. Par contre son visage reste gravé dans mes souvenirs. En surpoids, les cheveux blond blanc, les yeux clairs. Pas de barbe ni de moustache, pas de lunette. Je crois qu'il m'a réellement aimé, même si cet amour n'aurait sans doute jamais du voir le jour. Je ne saurais plus dire combien de fois j'ai été intime avec lui. Je sais que ça a duré pas mal de temps. C'était un ami de la famille à ma meilleure amie de l'époque. Je crois qu'ils ont découvert ce qui se passait. Il a disparu du jour au lendemain. Sans un aurevoir, sans un adieu. Étrange quand j'écris tout ça j'ai l'impression de pas avoir fait le deuil de cette relation. Voila quelque chose que je pourrais peut être dire à mon psy.
Puis il y a eu lui. Un autre, un garçon de 4 ou 5 ans mon aîné. Il était trash. Ca s'est mal passé avec lui, c'était douloureux et c'est allé bien trop loin. Se retrouver avec 3 mecs, dans la salle de bain, ça laisse des traces. Se retrouver attaché, enfant,  c'est traumatisant. Mais c'était toujours plus affectueux que ce que mes parents ont pu me donner. Je crois qu'un jour j'ai été trop grande pour lui. Ca s'est arrêté du jour au lendemain. Mais j'ai continué de le croiser dans la rue. Je sais pas si c'est tout ça qui l'a brisé en 4 morceaux.
Je doute, vu que j'ai des souvenirs d'avant les abus. Nous sommes quatre, nous ne sommes pas des personnalité, nous sommes des personnes. Chacune à ses gout propre, sa résistance à l'alcool, son écriture. Quatre personnes différentes, mais partageant le même corps. J'étais bonne élève à l'école, à la base. J'ai jamais eu besoin de bosser, j'avais des bonnes notes, ça énervé certains de mes profs qui me disaient que je pouvais faire mieux. L'année de mon brevet, j'avais eu des rendez vous avec l'AS de mon collège pour parler maltraitance, je sais que j'en avais parlé à une fille de ma classe avec qui je m'entendais bien parce que je ne gérais plus. Cette fille avait parlé à l'AS. Me voila dans son bureau, à raconté des choses et d'autres. Même pas le plus trash, même pas le plus violent. Juste que ça se passait mal. Elle s'est dit de mon côté, mais quand elle a convoqué mes parents, j'étais seule. Face à ma mère en larme, face au regard noir de mon beau père, face à ses menaces qu'il faisait devant l'AS. Alors j'ai pris les choses en main, j'ai dis que tout venais de moi, que c'était moi l'ados qui posait des soucis. J'ai été envoyé chez un psy. Un con qui parlait trop doucement et qui voulait juste faire en sorte que je sois une gentille fille. J'ai eu quatre rendez vous avec lui, ou trois. Et le soucis de l'ado été réglé. J'ai quand même apprit des trucs là bas, vu que ma mère à eu un entretient avec lui, devant moi.
L'année de mon bac, j'étais à l'internat, le dernier mois ou les deux derniers mois. Je me suis retrouvé la bas parce que ma dernière année à été un calvaire. Je crois que mes parents n'ont jamais été aussi violent. J'avais parlé à des gens que je croyais être mes amis, qui se sont détournée de moi finalement. J'ai eu un rendez vous avec un de mes profs, qui l'a ensuite dis au CPE de mon lycée, puis à l'AS. J'ai passé pas mal de temps dans son bureau cette année là. Elle était bien. Vraiment. Elle a menacé mes parents de contacter la justice s'ils continuaient. J'ai pas eu assez de courage et j'ai pas su lui dire à chaque fois que l'on me tapait dessus, parce qu'elle avait dit quelque chose qu'elle n'aurait pas du. Ils allaient vérifier si mes soeurs étaient en danger, et elle risqué d'être séparé de mes parents, séparé tout court. J'ai pas eu le courage, alors j'ai tenu. Avec cette envie de crever pour que tout s'arrête, pour ne plus avoir à faire de choix. Des choix qui m'échappaient. Je passais mes week end chez mes parents, sortant le soir pour boire et me défoncer aux médics juste pour ne plus sentir. Autant la douleur physique que psychique. J'ai du passer mon bac au rattrapage. Et je voulais pas, je voulais pas ce bac, parce que si je devais refaire une année je serais de nouveau à l'internat. Je dis pas que j'étais bien à l'internat, loin de là. Puisque je ne gérais pas d'être enfermé la bas, d'avoir les pionnes qui me surveillaient, sur demande de l'AS parce quelle avait besoin de savoir comment j'allais. Elle était vraiment investi. Mais.
Mais j'ai eu mon bas. Je voyais toujours l'AS. Elle m'a assuré qu'elle allait passer mon dossier à l'AS de mon village qui me contacterais. Je ne serais pas seule pour ses vacances d'été. Mais c'est faux. J'ai été seule. Trop déprimé et mal pour chercher un boulot. Les coups ont repris,  j'avais qu'à aller faire amis amis avec une AS si ça me plaisais pas.
Les portes de la FAC s'ouvraient à moi. Direction la sociologie, mais je me suis rapidement ennuyé, et les grèves ne m'ont pas permis d'avoir mon année. Mais j'ai fais une excellente chose, j'ai pris contact avec l'AS de la FAC. Elle était vraiment simpa, m'a aidé a avoir une bourse et à avoir le contrat jeune majeur. J'ai pu avoir une chambre U, mais j'y étais peu. Et les fois ou j'y été j'étais pour la plupart du temps défoncé. J'ai eu droit à éducateur,  qui était relativement simpa. Qui m'a aidé pour le contrat jeune majeur, quand il a vu mon état il a pas cherché a voir mes parents. Il m'a proposé une psy. Vu mon dernier psy j'étais pas chaude. Du tout.  Mais j'y suis allé. Puis j'ai fais un  voyage, direction la Suisse. Ou je l'ai rencontré. Ou je suis resté plus longtemps que prévu. Puis a deux on a écrit une lettre que j'ai envoyé a ma psy et à mon doc. Lettre dans laquelle j'expliquais que ça allait vraiment vraiment pas, que j'avais du mal a manger et que je vomissais un repas sur deux que j'avalais. J'ai revu la psy a mon retour, elle m'a dit l'avoir reçu, et m'a complimenté sur ma perte de poids. Ca été trop, après discussion avec la Suisse je me suis rendu compte que je devais arrêté ça. Je suis allé voir mon doc, j'ai parlé cash avec lui. Il m'a proposé l'HP. Je me souviens de ce taxi que j'ai appelé, il faisait froid, j'avais la trouille. Ils m'ont défoncé aux médics, j'y suis resté un mois , alors que j'avais demandé à sortir bien avant. Je suis tombé sur psychiatre Suisse. Je lui ai parlé de mon projet de partir vivre en Suisse, il m'a encouragé. Mon éduc était d'accord tant que j'étais en hp, à ma sortie il m'a dit que c'était de la connerie.
J'ai fais des sacrés rencontre. Des amis, qui sont trop loin de moi à mon goût, ma femme avec qui je dois me marier depuis des lustres. et puis Elle, la vrai affection que j'ai pu découvrir grâce à elle.
Je suis sorti d'hp, et je suis parti en Suisse. Au bout de peu de temps, j'ai trouvé du boulot. J'ai pris un grand tapis, en tassant bien ce qu'il y avait en dessous, et j'ai construit par dessus. Mon boulot m'a plus, c'était une vrai découverte. Je me suis sentit moi pour la première fois. J'ai appris à être selon mes valeurs. J'ai gardé le meme boulot pendant un an et demi a peu près. Puis j'ai cherché une place ailleurs, tout en faisant les démarches pour entrer à l'école et me former. J'ai trouvé un nouveau boulot,comme stagiaire. Puis mon boulot a visiblement été apprécié puisqu'on m'a proposé de devenir remplaçante, ce que j'ai accepté. Il a fallut du temps pour pouvoir terminé mon entrée à l'école. On m'a refusé que je continue mon boulot, parce que j'étais pas encore à l'école. Quand ce fut bon, j'ai retrouvé mon boulot, on m'avait gardé la place. J'ai pu retourner au taf, remplacer une collègue. Quelques jours plus tard, trauma crânien au boulot. Un mois d'arrêt. Souvenirs assez confus, je sais qu'une amie m'a fait des tests puis m'a envoyé à l'hosto. Deux jours de suites. Bande d'incapable le premier soir, Scanner le second soir.
J'ai pu commencer l'école. Avec un certain plaisir, même si trop de monde à mon goût.
Puis il y eu elle. Son suicide. Ce gouffre, ce trou. Ce manque. Je vais pas m'étaler dessus, parce que j'ai pas les mots pour en parler, simplement. J'ai arrêté le boulot, un peu. J'ai arrêté l'école. J'ai pété mon plomb à nouvel an. Vraiment,  surement le plus gros que je n'ai jamais eu. A nouveau en arrête de travail. De avril à juin. Avec passage en HP, après le suicide de J. parce qu'impossible de gérer, impossible de tenir, voir les trains comme des solutions, imaginer la chair répandu sur les rails, se rapprocher du bord du quais pour sentir ce qui lui ai passé par la tête. J'y suis resté 5 jours. Avoir envie de crever,  avoir ces voix en tête, ces hallus, ce mal de crâne parce que les idées vont trop vite. Le groupe de parole, les urgences psy en Janvier. Mon psy en février. dépression sévère avec syndrome post traumatique. Un rendez vous toutes les semaines, minimum.
Reprise du boulot en Juin. Depuis c'est la merde. Mon chef est sur mon dos, me traite d'absentéiste, dis qu'on ne peut me faire confiance,  que je fais mal mon boulot. Et il met ça par écrit. Et moi je signe. Comme une conne.  Toujours cette envie de me foutre en l'air, toujours ces voix. J'en peux plus.
Vendredi je retourne chez mes parents, seule, avec tout ces souvenirs avec le risque de croiser le second. Ca va mieux avec mes parents je peux dire l'inverse ce serait mentir. Depuis que je suis partie de France en fait. Noel dernier chez mes parents, j'ai fais pas mal de conneries, avec un mec notamment. C'est allé trop loin, trop trash concrètement. Pas envie de retenter l'expérience.
Je doute d'avoir une quelconque relation avec qui que ce soit. Je ne supporte pas mon corps, presque personne ne peut m'approcher. Rencontrer quelqu'un ? Et lui parler de mes problèmes psy? des marques sur mes jambes ?
Je sais pas ce que j'attends de ce topic, les chances pour que quelqu'un le lise en entier sont faibles. J'avais besoin de sortir, comme une envie de vomir.
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: je suis    Mer 04 Déc 2013, 22:45

Mince quelle histoire... J'ai déjà envie de te dire, à te lire, un grand bravo d'avoir tenu, d'avoir su prendre ta vie en main, trouver du boulot, te former, t'en sortir seule, avec ce que tu traînes. Je ne peux même pas m'imaginer la force que tu as, parce que tout ça sera toujours trop loin de ce que je peux connaître, de mon vécu... Mais tu forces l'admiration, en tous cas.
Je sais pas si ça te sera utile ce que je viens de dire... mais bon, c'est vraiment ce que je ressens...

Je suis pas sûre d'avoir compris la fin de l'histoire, alors je vais demander un truc peut-être con : tu repars vivre en France, parce que t'as plus de boulot, j'ai bien compris?
Revenir en haut Aller en bas
Booh




Féminin
Nombre de messages : 7499
Age : 38
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: je suis    Mer 04 Déc 2013, 23:13

Omg non, elle ne retourne pas vivre en France (sinon, tu me verrais poster partout au bord de la crise de nerfs...). Elle y va une semaine en vacances, c'tout.

Et elle a encore un taf. Elle a "juste" un chef ultra con en permanance sur son dos !
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: je suis    Mer 04 Déc 2013, 23:19

Je me disais aussi qu'on t'avait pas trop vue intervenir, si jamais ça avait été le cas... u_u°

J'imagine qu'il y a pas grand-chose à faire pour le chef, vpc... Il est au courant de la raison de ton arrêt de travail, j'imagine?
Revenir en haut Aller en bas
self made mind




Masculin
Nombre de messages : 159
Age : 28
Date d'inscription : 30/11/2013

MessageSujet: Re: je suis    Jeu 05 Déc 2013, 04:23

Tu rêves si tu crois qu'il ne va y avoir personne pour lire ton histoire, même quand on la connaît globalement.

Bien que tu poses ça quelque part. Ça peut aussi te permettre d'avoir une image de toi. D'où tu viens. Et après tout ça, c'est pas un connard de chef de mes deux qui va te tuer, sérieusement.
Revenir en haut Aller en bas
WoD




Masculin
Nombre de messages : 859
Age : 27
Localisation : Belgique
Passion : Rien
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: Re: je suis    Jeu 05 Déc 2013, 07:09

Effectivement tu rêve si tu crois qu'on va pas lire en entier.

C'est vraiment triste et ça me fait vraiment chier que tu es eu à vivre tous ça. Je sais pas quoi dire d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
Onda




Féminin
Nombre de messages : 2692
Age : 20
Localisation : Sud de la France
Passion : Lecture, Ecriture, Musique, Natation, Internet...
Surnom : Onda, Less, Lestounette puis d'autres plus ridicules les uns que les autres...
Date d'inscription : 17/05/2012

MessageSujet: Re: je suis    Jeu 05 Déc 2013, 09:06

Moi aussi j'ai lu. Je lis toujours en entier ce que tu écris, parce que je pense que c'est important que tu écrives. Pour moi, la moindre des choses que l'on puisse faire, quand tu oses nous partager tout ça, c'est de te lire.

Honnêtement, je préfèrerait pouvoir débarrasser la planète de tous ces enculés que tu as eu à supporter, avoir une baquette magique, une robe bleue et n'avoir qu'à faire : "Bibidi Bobidi Bou !" pour que tu es la super vie que tu mérites ou te faire un câlin, mais de là où je suis, je ne peux pas vraiment, alors, je me contente de lire tes posts en entier.

Je d'accord avec self made mind : après tout ce que tu t'es pris dans la gueule, ce type est juste une pauvre merde inutile, tu sais comme ces petits chiens moches à leur mémères qui saute partout, grogne, aboie mais qu'on jarte à cinq mètres en shootant dedans. Te laisse pas traiter comme ça par un connard pareil, il mérite vraiment pas de réussir à te détruire.

D'ailleurs, personne ne le mérite, parce que t'es quelqu'un de géniale et qu'il y a plein de monde qui tient énormément à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Littl'Sushi




Féminin
Nombre de messages : 125
Age : 29
Date d'inscription : 30/03/2008

MessageSujet: Re: je suis    Jeu 05 Déc 2013, 11:54

J'ai lu aussi, parce que à part découvrir ton histoire que tu as eu le courage de dévoiler et te soutenir de là où je suis, je ne peux malheureusement pas faire grand chose de plus... Si ce n'est te dire de tenir bon, de ne te laisser détruire par aucun gros abrutis qui ne pense qu'à sa petite personne et n'a aucun poil de compassion ou de compréhension, et de continuer à écrire ici dès que tu en auras besoin. On est tous là.
Revenir en haut Aller en bas
mouniou




Féminin
Nombre de messages : 39
Age : 21
Localisation : 13
Passion : Equitation
Surnom : Mouniou
Date d'inscription : 21/09/2009

MessageSujet: Re: je suis    Jeu 05 Déc 2013, 22:00

Moi aussi, j'ai tout lu, je ne peux que te souhaiter d'avoir du courage pour le futur autant que tu en as eu par le passé..
Revenir en haut Aller en bas
Améthyste
Chef Anim'


Féminin
Nombre de messages : 224
Age : 23
Localisation : Bordeaux
Passion : Je sauve des gens, vazy
Date d'inscription : 22/01/2013

MessageSujet: Re: je suis    Ven 06 Déc 2013, 15:35

Citation :
ma femme avec qui je dois me marier depuis des lustres
worthy 

Je ne sais pas trop quoi répondre non plus, à vrai dire. J'ai tendance à être assez optimiste, malgré tout ce qu'on peut croire, et à penser que tout le monde peut tout surmonter. Ce que les gens qui enculent les mouches désignent sous le concept bizarre de "capacité de résilience". Mais de ce que j'en ai lu, ils pensent que cette "capacité" ne serait pas donnée à tout le monde.
Moi je pense que si, je pense sincèrement que tout est surmontable, et que tout le monde peut y arriver. Parce qu'on est humains, parce qu'on a des millions de ressources à disposition, des milliers de voies qui s'offrent à nous, parce qu'on a un cerveau, etc.

Et j'ai vraiment envie de croire que c'est possible, parce que si je commençais à me dire que peut être pas, je commencerais aussi à penser qu'il y a vraiment des chances que tu te buttes. Ou que d'autres personnes de mon entourage se buttent. Et je refuse d'y penser, je refuse que ça arrive.

J'ai envie de me dire qu'il y a toujours une solution, et qu'il y a plus de solutions que de problèmes. Et j'ai envie que les gens que j'aime le pensent aussi, parce que même si la mort fait partie de la vie, je déteste qu'elle survienne plus tôt que prévu.

Je pense que tu es quelqu'un de génial. Que même si je suis une mauvaise amie à distance, j'adore passer du temps en ta compagnie, que ce soit pour aller fumer une clope en discutant de choses et d'autres, que ce soit pour jouer à Just dance et me faire laminer par ton savoir-faire, que ce soit pour te jalouser parce que Chtulhu est ton chat, ou qu'est-ce que j'en sais.
Je pense que tu as du mérite d'être arrivée jusque ici, et que ce serait vraiment trop con, et trop triste que tu tires ta révérence maintenant. Maintenant ou plus tard finalement.

Mais malgré tout ce que je peux dire, tout ce que j'espère, au fond je ne peux pas vraiment t'aider. Mis à part sur du concret, sur des problèmes tangibles, éventuellement.
Mais ces souvenirs, le passé que tu traînes, tes sentiments, c'est ton cheminement à toi qui te permettra de les dépasser, de tourner la page. Et ce cheminement, personne ne peut te forcer à l'avoir si tu n'es pas prête. Tout ce que je souhaite, c'est que tu laisses du temps au temps, que tu te buttes pas à la sauvage alors qu'au final on a même pas encore pu te faire la blague du quart de siècle. Parce que oui, même si le début de ta vie est pas forcément digne des contes de fées, ça veut pas pour autant dire que toute ta vie sera pourrie et que tu souffriras jusqu'à ta mort.

Tout ce qui est devant toi est une feuille vierge, de toute façon. Tout est encore possible, c'est pas comme si t'avais 95 balais et une patte dans la tombe.

PS : petit bateau, petit bateau qui flotte sur l'eau...
Revenir en haut Aller en bas
http://royal-fuck-deluxe.tumblr.com
vpc




Féminin
Nombre de messages : 3209
Date d'inscription : 21/09/2008

MessageSujet: Re: je suis    Dim 08 Déc 2013, 14:22

une incapable, impossibilité de vivre comme tout le monde. Parce que maintenant j'ai l'impression qu'il me manque beaucoup de choses, comme des bases, des fondations alors tout finit par pencher, par se retrouver en équilibre, et moi je joue les funambules. J'ai cette sensation de vertige, impression de tomber, d'avoir sauté dans le vide avant d'être poussé. On est que dimanche, le temps est juste incontrôlable il débarque et file aussi vite qu'il le peut, ou il traine et se fait attendre.
J'arrive pas à me voir comme une victime, peu importe les situations. Au final je suis toujours en vie, alors pourquoi se croire victime, alors que je suis a des kilomètres de ça. Comment se plaindre de mon chef alors que j'ai laissé faire le beau père. Comment se plaindre de viol, alors que la violence sexuelle m'attire, possiblement que je pourrais dire qu'actuellement c'est la seule chose qui m'excite. C'est pas des choses à dire, à hurler sur les toits, mais des faits. Je suis.
Au final j'ai pas l'impression d'être grand chose. Je suis malade a l'idée de sortir de bouger de prendre la voiture pour faire une grande distance. Vendredi je suis censé aller manger chez ma tante et j'ai franchement pas envie, j'espère convaincre ma mère qe je suis malade vendredi, histoire de pas y aller. Parce que j'ai vraiment pas envie de retourner la bas. J'aime ma famille malgré tout. Malgré les cris des uns et des autres, les souvenirs ... je vais aller me fumer une cigarette, puis je reviendrais gérer et modifier la partie de LG, ou je continuerais peut être ce trucs je sais pas encore ce que ça va être, comme une discussion avec moi. Je suis ridicule. Hier je suis allé au truc du téléthon de mon village, ou j'ai appris que chaque année mon village était quasi 1er au niveau des récoltes de thune du département, et y avait de la danse. Quand la première a commencer, je me suis quasi effondré en larme, j'arrivais plus a me retenir, vive la salle noire qui m'a évité les questions de ma soeur ou de ma mère. je vais fumer. ou pas. J'ai finalement discuté avec ma mère. A propos d'une série. Lui il dort. L'homme qui m'a le plus détruit à une époque, et qui ce matin se marrait devant titi et grominet... Ouais des dessins animés qu'il a regardé, devant moi,
C'était bien la clope, avec ma mère comme d'hab, caché parce que fumer c'est mal même si tout les adultes de la maison fume. C'est ridicule, mais c'est comme ça qu'on t'apprends à être, cacher les choses ne pas être toi, cacher les târes principales, mais faire comme si on en avait pas. Ma soeur est en train de bosser avec ses copines pour un devoir, il en manque encore une, je joue les grandes soeurs qui vit en Suisse. L'autre fait la gueule depuis ce midi, parce que j'ai aidé a débarasser. Voila je viens de me transformer en " ma soeur est dehors, t'as qu'a te guider si tu la vois c'est que t'es au bon endroit". Elles sont 4 , deux en béquilles. Bande d'éclopé. En fait on s'en fout.
Je suis en morceau. Il me manque des bouts, des bouts de vies, des bouts qui manquent qui pendouillent. J'ai l'impression qu'on m'a arraché des bouts, a vif, y a peu de temps. Je suis angoissée ici, j'ai la trouille d'être malade a en vomir. Parce que je suis angoissée, que le moindre truc me panique. Fait longtemps que j'ai pas été comme ça, aussi longtemps. J'aimerais vivre normalement, comme d'autres. J'aimerais ne plus sortir la boule au ventre. Vendredi je veux pas aller chez ma tante, parce que j'ai vraiment pas envie d'y aller, mais je vais devoir mentir pour y échapper. Je veux rester libre, j'aimerais resterais libre, et je deviens prisonnière de mes angoisses, de ma vie morcelé. Je vivrais pas éternellement comme ça, je me buterais avant. Je veux crever et ne pas vivre avec cette chose qui me hante avec cette angoisse permanente, avec ces peurs. Je veux rentrer chez moi. Je veux être à l'appart, m'installer sur le canapé, fumer une clope avec mes colocs. Dormir pendant la journée. Je suis raide, pourtant je dors chez mes parents, mais je suis raide, fatiguée, de tout, de moi des autres.
J'en ai assez. J'ai l'impression d'être au bout du rouleau, d'arriver en fin. Pourtant j'ai pleins de choses encore a faire, des trucs prévus même des trucs futiles et pas forcément vitaux, comme cette partie de lg.
Je compte les jours avant de rentrer chez moi, même si j'aime mes soeurs et ma mère. Et papa aussi, finalement ça joue avec lui aussi, il rigole pas mal avec moi, parle un peu de tout, puis devant les trucs sur Monsieur Mandela, il a rien sortit de raciste comme il savait bien le faire à une époque. Il est plus calme.
Concrètement mon soucis actuel, c'est le boulot. J'ai des reste de soucis, des trucs pas réglé, comme viol, et même la violence de mes parents. Mais ce qui me met dans cet état c'est quoi ? Le cumul ? ou le boulot me détruis ? J'ai la trouille de retourner au taf, j'ai la trouille de devoir trouver un autre taf. Au final c'est peut être l'hp la solution sauf que ça m'aidera pas a affronter le monde. Au mieux je me buterais pas. En fait si. J'ai besoin que les choses change, que les choses marchent. Et ne pas voir mon psy cette semaine me fait chier. Et putain que je suis mal... j'ai oublié mes médics. Quelle conne. Bon les prendre. Et regarder la télé avec papa le temps que l'ordi est assez de baterie.
Revenir en haut Aller en bas
self made mind




Masculin
Nombre de messages : 159
Age : 28
Date d'inscription : 30/11/2013

MessageSujet: Re: je suis    Dim 08 Déc 2013, 14:56

C'est quoi pour toi une victime ?
Revenir en haut Aller en bas
Booh




Féminin
Nombre de messages : 7499
Age : 38
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: je suis    Dim 08 Déc 2013, 14:58

Tu peux te plaindre de ton chef JUSTEMENT parce que tu as laissé faire le beau père, et que tu sais à quel point ca t'a détruite.
Tu peux te plaindre de ton chef, parce que tu n'es PLUS une gamine terrorisée et sans appuis réel.

Sérieusement, limite ca m'énerve de te lire, là.

Ca m'énerve, parce que à te lire, puisque ce qui s'est passé dans ton enfance s'est passé, ca voudrait dire que tout est écrit. Et que tout est noir. Et que tout est inéluctable. Comme ca si n'avait servi à rien que tu ne te buttes pas quand tu étais ado. Comme si tu n'avais rien vécu entre temps qui aurait pu te renforcer et te convaincre de ta valeur.

OUI, tu as été victime et tu l'es toujours :

- Des connards qui t'ont violée.
- De ton beau père et de sa maltraitance.
- De ta mère et de sa passivité criminelle.
- Et maintenant de ton fils de pute de chef qui te fait du mobbing caractérisé.

OUI.

Et putain pourquoi tu refuses de le reconnaitre, de t'accorder ce droit de te dire, de te dire vraiment, de le ressentir, que ce que tu as vécu et vis encore N'EST PAS JUSTE, n'est pas normal, et que c'est pas toi la conne trop fragile, mais eux les enculés destructeurs ?

J'ai l'impression, plus ca va, que c'est pas une bonne chose, dans ton état d'esprit, que ca se soit arrangé avec tes parents grace à la distance. Parce que tu te donnes d'autant moins le droit de leur en vouloir pour ce qu'ils ont fait, de te distancier de ca, d'arrêter de leur chercher des excuses et de te dire que c'était toi la responsable la méchante la vilaine la pas aimable.
Ca aurait peut-être été plus simple s'ils avaient continué à être des enfoirés à ton égard, en fait. Au moins ca aurait été clair.

Après, reconnaitre pleinement que tu as été victime, ca ne veut pas dire que tu n'es QUE ca. Et ca, j'ai l'impression que tu ne l'as toujours pas compris. Que pour toi, "être victime de", ca a une connotation péjorative, genre "la petite conne qui ne sait pas se défendre".

Allo. Rien que pour revenir à ce que tu vis actuellement au travail... tu me vois comme une petite conne qui ne sait pas se défendre ? Parce que tu devrais, hein, dans ta logique, vu que j'ai aussi été victime de mobbing à mon ancien taf...
Revenir en haut Aller en bas
vpc




Féminin
Nombre de messages : 3209
Date d'inscription : 21/09/2008

MessageSujet: Re: je suis    Lun 09 Déc 2013, 14:17

pour moi être une victime c'est quand on a rien fait mais que quelque chose nous tombe sur le coin de la gueule quand même.
fin j'arrive pas à mettre les bons mots sur ce que j'en pense sauf que c'est plus ou moins ce que j'ai écris au dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Booh




Féminin
Nombre de messages : 7499
Age : 38
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: je suis    Lun 09 Déc 2013, 16:37

Oui donc... tu considères que tu as fait quelque chose qui "justifie" le fait que :

- Ton beau père te maltraite pendant des années ?
- Ta mère le laisse faire passivement ?
- Des mecs abusent de toi ?
- Ton chef abuse de son pouvoir pour te pourrir la vie suite à des problèmes de santé ?
Revenir en haut Aller en bas
vpc




Féminin
Nombre de messages : 3209
Date d'inscription : 21/09/2008

MessageSujet: Re: je suis    Lun 09 Déc 2013, 17:04

-j'étais une foutu ados j'étais pas parfaite
-j'étais une foutu ados j'étais pas parfaite
-les mecs j'y retournais.
-j'ai été en arrêt trop longtemps réaction logique
Revenir en haut Aller en bas
Booh




Féminin
Nombre de messages : 7499
Age : 38
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: je suis    Lun 09 Déc 2013, 17:12

Tu te rends compte de la masse de conneries que tu dis, ou tu as fait un effort spécial pour mettre ton cerveau sur pause ?

OK.

Admettons.

Je m'appelle "Albertinedu42", je m'inscris sur ce forum, et je raconte que pendant mon enfance, mon beau père me donnait quotidiennement des coups, m'insultait, me traitait de bonne à rien, m'enfermait dans une cave et jouait avec ma pire phobie pour me terroriser en me lançant des araignées dessus.
Que ma mère le regardait faire "au mieux" sans rien dire, au pire en en remettant des couches, et qu'elle a un jour tellement pété les plombs qu'elle m'a planté un couteau dans le bras.
Que mon beau père jouait à un jeu de "diviser pour mieux régner" entre moi et ma soeur, ce qui a fait que pendant toute mon enfance et adolescence, ma soeur s'est amusée à faire en sorte que le beau père me foute sur la gueule en provoquant des engueulades.

Que pour fuir ça, j'étais au maximum chez ma meilleure amie, et que là, un ami de sa famille a profité de la situation pour coucher avec moi, alors que j'avais moins de 10 ans. Que je n'ai pas compris tout de suite qu'un truc clochait, parce que j'avais tellement pas de repaires sur ce qu'est supposé être l'effection d'un adulte envers un enfant que j'ai pas vu venir le danger.
Qu'après cet homme, il y a eu des amis de ma meilleure amie, plus agés, ados, qui ont joué avec mon corps, à plusieurs, brutalement, en me menacant.

Que à l'heure actuelle, suite à tout ca et au suicide d'une amie, j'ai manqué le taf trois mois pour dépression, et que depuis, mon chef arrête pas de me rabaisser, de dénigrer mon travail, tout ca.

Tu lui répondrais quoi, à Alfoncine ?

Qu'elle a merdé ? qu'elle a des torts dans tous ca ?

Vraiment ?

Si c'est vraiment ce que tu lui répondrais, t'es une belle conne. Mais je sais, à 100%, que ca n'est PAS ce que tu lui répondrait, étrangement.
Revenir en haut Aller en bas
vpc




Féminin
Nombre de messages : 3209
Date d'inscription : 21/09/2008

MessageSujet: Re: je suis    Lun 09 Déc 2013, 17:20

Albertine ou Alfoncine , faudrait savoir.
Je sais ou tu veux en venir.
ca marche pas comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Onda




Féminin
Nombre de messages : 2692
Age : 20
Localisation : Sud de la France
Passion : Lecture, Ecriture, Musique, Natation, Internet...
Surnom : Onda, Less, Lestounette puis d'autres plus ridicules les uns que les autres...
Date d'inscription : 17/05/2012

MessageSujet: Re: je suis    Lun 09 Déc 2013, 17:23

Tu as remplacé Albertine par Alfoncine en cours de route parce que tu t'es rendu compte qu'Albertine étant une voiture, il était logiquement impossible qu'il lui soit arriver tout ça ou bien y a une autre raison ?

Sinon, je suis tout à fait d'accord avec toi Booh !

C'est pas de ta faute vpc, vraiment pas. Ils ont tort. Tort de te traiter comme une merde alors que tu es une personne tout bonnement géniale. Les laisse pas faire, te laisse pas détruire : ce n'était et n'est toujours pas, ta faute.
Revenir en haut Aller en bas
Ide




Féminin
Nombre de messages : 1195
Age : 23
Passion : Lire, écrire
Date d'inscription : 31/10/2009

MessageSujet: Re: je suis    Lun 09 Déc 2013, 17:30

Wow ! Je serais intéressée de savoir comment ça marche, du coup. Raconte-nous comment ça marche dans le monde où les filles qui ont été longtemps "en arrêt logique" et "pas parfaites" ont mérité de se faire abuser psychologiquement physiquement un peu toute leur vie. Parce que dans mon monde à moi, à moins d'avoir la haine contre le meurtrier de toute sa famille, peu de gens souhaitent ça à quiconque.
Revenir en haut Aller en bas
Booh




Féminin
Nombre de messages : 7499
Age : 38
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: je suis    Lun 09 Déc 2013, 19:01

Et pourquoi ca ne marche pas comme ca ?

C'est ta réponse (de merde / automatique / totalement irrationnelle) à ce sujet depuis des années, et à un moment donné, si tu veux aller mieux, il va falloir te décider à regarder les choses en face, hein.

Tu veux aller mieux ? Ouais ? Alors force toi. Force toi à accepter que PUTAIN DE BORDEL DE MERDE CA N ETAIT PAS NORMAL.

Et que ca n'est pas + normal quand c'est toi qui en est VICTIME et quand c'est quelqu'un d'autre.

Moi ce que je pense, c'est que tu refuses de le voir en face, parce que ca impliquerait de retourner ta colère contre quelqu'un d'autre que toi. Parce que oui, tes parents sont responsables de ca. OUI.

Ta relation avec eux est malsaine. A l'heure actuelle, je veux dire. (enfin, avant aussi, mais différemment). Elle est malsaine parce qu'elle est batie sur un mensonge envers toi même, sur de la colère retournée contre toi au lieu de tomber sur les vrais coupables de la situation, sur du déni.

C'est une relation qui pue.

Ca ne veut pas dire que tu ne pourras jamais avoir une relation saine avec eux. Mais ca implique, D'ABORD, d'avoir pris le temps de les voir comme ce qu'ils sont : les responsables de ton état, ou plutôt DES responsables de ton état (parce qu'ils ne sont pas les seuls. Mais ils ont ouvert la brêche en te maltraitant. S'il n'y avait pas eu ces maltraitances, tout ce qui s'est passé par la suite ne se serait pas passé, ou se serait passé différemment). D'avoir eu le droit d'être pleinement en colère contre eux. Eventuellement de le leur signifier.

Et seulement ENSUITE leur pardonner. Parce que là ce que tu fais, c'est pas du pardon, c'est du déni.

Et putain ca me fout en colère en fait. Ca me fout en colère d'avoir avec toi, ici sur Espoir, au final exactement la même conversation qu'on avait sur exactement le même sujet avant même qu'on se rencontre. Il y a plus de 5 ans.
Qu'est ce qu'il va falloir pour que tu ouvres les yeux avant de t'être buttée, 'tain ?
Revenir en haut Aller en bas
Littl'Sushi




Féminin
Nombre de messages : 125
Age : 29
Date d'inscription : 30/03/2008

MessageSujet: Re: je suis    Mar 10 Déc 2013, 12:35

Je connais pas bien toute ton histoire ni toute ta vie, juste ce que j'en ai lu et compris (et je comprends pas toujours correctement).

De ce que j'en ressens (tout à fait personnellement) de ton dernier gros message, j'ai l'impression qu'il faudrait (et que c'est aussi ce que tu voudrais, même si tu dit que tu n'en as pas le courage) que tu changes un peu d'air. Que tu retournes chez toi, dans ton appart', que tu voyages ou que tu changes de boulot, je ne sais pas de trop. Mais que tu t'éloignes de ce contexte pour prendre du recul parce que là tu as le nez dans tes problèmes et dans ton mal-être, et que tu étouffes. Sors de là, respire, vois autre chose et éloigne-toi de tout ça pour mieux y réfléchir. A mon sens (:

Malgré tout ce que tu dis, ce que tu penses, ce que tu écris, moi je te trouve forte. Tes mots laissent transparaître une force de vie et d'esprit, même si tu es fatiguée et apeurée actuellement. Ecoute ta force et écoute-toi pour te sortir de là. Et courage.
Revenir en haut Aller en bas
vpc




Féminin
Nombre de messages : 3209
Date d'inscription : 21/09/2008

MessageSujet: Re: je suis    Mer 11 Déc 2013, 10:14

Capable de me foutre en l'air dans les 5 mins. Comme si j'avais plus rien pour me retenir ou comme si plus rien ne compté. J'ai lu des messages trop tard, mais qui me donnait pas envie. J'ai même mis poney sur la touche alors que concrètement ça fait des mois que je parle quasi tout les soirs avec lui.
Au final rien n'a changé, je trouve mes soeurs toujours aussi désagréable quand elles s'y mettent. Hier j'ai passé un savon à la petite. Elle est crade. C'est même plus bordélique, c'est crade. Elle se fout de ma mère, lui pique des affaires, des objets, ma mère à la sensation de plus rien avoir à elle. C'est étrange je suis vraiment devenu la confidente de ma mère. Elle me parle de tout, même de son envie de se casser d'arrêter d'être au milieu, de papa, de mes soeurs, d'en prendre pleins la gueule toute la journée .
Hier je lui ai dis que moi j'étais pas comme mes soeurs, que j'avais jamais atteint leur niveau. Elle m'a dit que c'était différent. J'aurais aimé, je crois, qu'elle me dise que oui c'était différent, qu'ils étaient allé trop loin avec moi. Mais non. Je crois qu'il faut que ça arrête de raisonner en moi comme un appel, comme un espoir. Ca n'arrivera pas. Parce que c'était faux. J'étais pas si a plaindre quand je vois ma mère actuellement. Je crois qu'il y a deux jours j'aurais pleuré en écrivant ça. La ça me touche pas plus que ça. Voire pas du tout. C'est comme un constat, donc on connait déjà la fin.
Il faut que je parle a mes soeurs, à défaut de pouvoir parler à mon père. Il faut qu'elles se calment, qu'elles aident ma mère. Elles ont tout ce qu'elles veulent. Je dis pas qu'elles sont heureuses, mais elles pourraient l'être un peu plus ou différement si elles se comportaient différement. J'aimerais les aider. Les quatre. Mais j'ai pas les cartes en mains.
Papa rigole avec maman. Mais il pense ce qu'il dit. Et il est pas agréable avec ma mère. Son humour pourrait être simpa, quelques temps, mais pas toute la journée. Alors ok il se fait chier, soit, je lui accorde, cassé comme il l'est et en hiver, il a pas grand chose à faire. Mais pourquoi toujours être sur son dos à elle, alors que les filles foutent la merde et que ma mère doit passer derrière les autres.
Papa est aller allumer le four, la il est de retour sur l'ordi. Neuf. Qui roule nikel, sans soucis. Il se régale je crois. Mais il remerciera pas ma mère, qui est allé le chercher lundi alors qu'elle avait déjà courru toute la journée. Je sais pas si ça me tarde que ma mère rentre et que papa lui rentre dedans ou si je préfère qu'elle soit pas là, il est calme et fait mumuse avec son jeu.
Dans le concret je suis toujours à l'affut. Je les connais par coeur, je sais quand ça peut partir en sucette, je sais quand il va trop loin, je sens mes soeurs en train de monter, ma mère qui s'énerve. Comme si j'étais jamais parti. Sauf que je suis dans le salon, pièce qui m'étais interdite. Que je peux si je le veux, regarder la télé avec eux le soir, mais que j'en ai pas vraiment envie. En fait le soir j'ai envie de rien. C'est comme si y avait eu trop de chose, et que je voulais plus personne proche de moi. Comme mettre un rempart entre moi et les autres.
Tiens je vois Gaby cet aprem. Je dois lui passer le bonjour de quelques personnes. Je sais pas combien de temps on va rester.

Au final c'est pas un je suis.

J'ai envie d'alcool. De muscat. De bière. De muscat. J'ai envie d'aller faire un tour, avec mes bouteilles. Et me foutre en l'air. Au muscat c'est plus classe qu'à la bière. Avec une clope, même si je ne fume pratiquement plus. Je crois que je pourrais me foutre en l'air, la maintenant, sans regret. Comme si j'étais déconnecté de ce qui me retenais toujours.
C'est dangereux de replonger la dedans. D'avoir une place différente mais qui connait toutes les ficelles, tout les liens, tout ... Je pourrais dire, les yeux fermer juste à l'intonnation si ça va partir en sucette ou pas. Je crois que ouais au final pas grand chose à changer je suis toujours en attente du moment ou ça va se retourner contre moi. J'ai même pas peur. J'attends.
Suicidaire. je crois que je l'ai toujours été. Hum j'ai oublié mes médics.
Oublie réparé. J'ai besoin de vrai sommeil, pas d'un truc comme j'ai actuellement. Ou je dors sans dormir, sans repos.
J'ai plus cette étincelle, cet espèce d'espoir qui me fait tenir habituellement, un peu en mode, ouais mais après je vois ça ou ça. Ouais mais après, je pourrais faire ça ou ça. Dépression ? Non, jamais. J'ai les mains qui tremblent ce matin.
Je vais attendre que la matinée se finisse. Peut être en regardant un film. Ou en lisant des forums. Je vais écouter papa raler sur son jeu parce qu'il est trop fort et qu'il est obligé de faire exprès de perdre pour ensuite gagner en gagnant des points. Je vais attendre que ma mère rentre pour probablement râler, ou se faire râler dessus.
Je crois qu'une grande partie de ce que j'ai écris ne me touche même plus. Ce soir faut que je clôture les lg. Hum. Une occupation. Au pire je refilerais le relais.

Je ferais pas de olol cachets, de toute j'en ai pas assez. Ni de lol alcool. Inutile.
Vivement samedi ? ouais. Possible. Même pas en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Onda




Féminin
Nombre de messages : 2692
Age : 20
Localisation : Sud de la France
Passion : Lecture, Ecriture, Musique, Natation, Internet...
Surnom : Onda, Less, Lestounette puis d'autres plus ridicules les uns que les autres...
Date d'inscription : 17/05/2012

MessageSujet: Re: je suis    Mer 11 Déc 2013, 10:21

Je sais encore pas quoi te dire... Je vais juste te dire que je trouve ça vraiment cool le lg et que je suis vraiment contente d'y participer.
Revenir en haut Aller en bas
vpc




Féminin
Nombre de messages : 3209
Date d'inscription : 21/09/2008

MessageSujet: Re: je suis    Mar 17 Déc 2013, 12:30

sans réponse.
C'est ce qui est ressorti de mon rendez vous psy, très intéressant d'ailleurs, ou j'ai revu mon psy prendre des notes. Beaucoup de notes. On a parlé que de mes vacances chez mes parents. De l'état de ma mère. Est ce qu'elle est en dépression ? Oui, mais ça date pas d'hier, c'est depuis des années que je la vois comme ça. Avec mon beau père qui la traite comme de la merde. Et des exemples j'en ai pleins. Le matin ma mère se lève avant lui, toujours. Je sais pas si c'est parce que c'est une lève tôt, ou parce que comme ça elle dit au revoir a ma sœur
le matin ou parce qu'elle " doit" se lever avant lui. J'étais aussi debout avant lui en général, ou du moins réveillé. Et chaque fois que j'ai rejoins ma mère avant qu'il se lève j'ai vu la même chose.
Elle en train de lire le journal, lui qui se lève, elle qui replie le journal, le met à sa place à lui, se lève lui prépare son café et s'en fait un pour elle et pour moi si j'en voulais, il s'assoit, elle lui sort ses madeleine pour son petit dej et attends qu'il ai finit le journal pour le lire. Il finit, se lève et se casse en bas ( pour fumer mais chut on le sait pas), ma mère débarrasse, lave les tasses. J'en ai eu marre de voir ma mère faire le larbin, c'est m'occuper de débarrasser. Et des exemples comme ça j'en ai pleins. Ma mère qui va faire les courses, avec moi, on rentre avec 4 sacs de courses. Personne vient nous aider. Ni lui, ni mes sœurs. Ma mère qui fait monstre a bouffer pour l'anniversaire de la petite. Y a eu que moi pour l'aider, laver les plats dont elle se servait plus, nettoyer la table, mettre la nouvelle nappe, mettre la table avec les jolies assiettes, les beaux couverts et les verres assorties.
Je crois d'ailleurs que c'était la pire journée, celle ou j'ai eu envie de gueuler sur tout le monde.
Ma mère se casse le cul pour tout, la grande fout la merde. Truc tout con. On a une table carré mais avec les bouts arrondis. D'un côté, toujours lui, le chef, celui qui porte le pantalon, celui qui en branle pas une, donc en bout de table. A sa gauche, dans l'ordre et donc sur le côté de la table, ma mère, la petite sœur, et mon autre sœur. A sa droit, mon oncle, ma tante et moi, personne a l'autre bout de table. Donc apéritif, puis entrée salade, olives noires, et foie gras. Les plats disposé sur la table, poisson et viande à disposition sachant qu'elle a fait la viande au champignons et L aime pas ça. Chacun se sert ce qu'il veut. Le plat de poisson est devant la petite, donc à égale distance de ma mère, et de ma sœur. Tout le monde entrain de parler, ma sœur demande à ma mère de la servir dit a ma mère " maman sert moi". STOP.
Pourquoi ? Putain pourquoi ? Tu pouvais pas te lever pour te servir ? Et comme y avait beaucoup de discussions, ma mère a pas entendu, L commence à râler. J'ai pas pu me retenir, je l'ai reprise. D'une tu peux demander mais le s'il te plait il est pas négociable, de deux mamans est au milieu d'une discussion si elle t'a pas entendu c'est pas un drame tu peux attendre deux minutes. De trois tu peux lever ton cul et te servir. Sauf que L est déjà parti en couille, elle m'écoute pas. Elle se casse de table. Papa hurle, sur ma sœur il semblerait, mais ses insultes je les ai déjà entendu. Sur ma face, avant, et la, il continue de gueuler imbéciles, idiotes, immature. C'est pour ma mère elle en est sure, elle se casse de table. Je vais chercher ma mère, inutile d'aller voir L pour l'instant. Avec ma tante on finit par arriver à ramener ma mère a table. On finit de manger, on débarrasse pour le dessert, je vais chercher L. Elle est toujours en colère, se calme un peu quand je fais la conne avec elle puis nous rejoins. Ma tante et ma mère veulent faire une photo des trois sœurs, elles sont tellement rare. La petite se met devant,derrière son gâteau, ma sœur derrière elle et moi derriere. Ma tante demande à L de pas faire la gueule et de sourire. Et ça repart en couille.
Bref on finit sans L. Mais ça c'était le côté voyant.
Moi j'ai vu le reste, depuis ma place d'invisible, celle que je peux pas m'empêcher d'avoir. J'ai vu ma mère tenter de parler a ma tante pour lui dire des choses et d'autres de son repas, qu'elle l'a acheté la, qu'elle l'a fait cuire comme ça. Ma tante l'écoute pas. Alors ma mère se tait et attend. Le beau père, comme d'habitude, monopolise les discussions. Alors ma mère et moi on débarrasse, le temps qu'elle sorte le prochain plat, moi je lave. Et ma mère qui demande si c'était bon, qui n'a aucune réponse de mon beau père, ma tante qui sort un hum ouais ouais, mes sœurs qui répondent pas, y a que moi et mon oncle dont elle obtient des compliments, c'est un super bon mangeur, il est toujours content de manger à la maison. Et moi j'adore la cuisine de ma mère. Elle a toujours des trucs et des machins comme conseil pour ci ou ça. Ah et ma tante très poli qui a peine le café fini fait du " on s'en va on va louper le rugby". Ma mère a passé des heures en cuisine. Et aucun respect. Et putain quand je la vois comme ça, j'ai envie de la secouer, qu'elle réagisse.
Ma mère est trop atteinte. Elle pourra jamais se sauver. Pas tant qu'il y aura les filles a la maison. Son enfance, c'était de la merde, le nombre de fois ou elle a prit des coups qu'elle méritait pas. Le décès de sa soeur. La mort de ses parents et son frère qu'elle a prit sous son elle parce qu'il était mineur, qu'elle a élevé. Mais elle a croisé mon beau père. Qui à détruit les relations entre ma mère et son frère. Il lui a plus jamais parlé, il a une fille a ce qu'il parait. Ma mère ne la verra jamais. Je le sais. Et sans doute moi non plus.
Et moi j'ai peur, pour ma mère. Elle se confie à moi, toujours quand je suis là. Mais je peux rien faire, si je lui dis de la quitter, elle le fera pas, et j'ai pas envie qu'elle arrête de me parler, même si je trouve ça insupportable.
Et j'ai la trouille pour moi. J'ai pas envie de finir comme elle. " c'est pour ça que vous avez votre cher psy" qu'il m'a dit hier. C'est pas faux, mais est ce que ça suffira ? Mon psy m'a demandé si j'avais pensé a inviter ma mère en Suisse. Mais je peux pas, elle peut pas voir comme je vis ou je vis. Le beau bordel qu'est ma vie. Puis elle viendrait pas seule. Faudrait qu'ils aillent à l’hôtel et je refuse de lui laisser accéder à ma vie, à lui.
Je sais que si j'étais pas parti, ça se passerait pas comme ça pour ma mère. C'était moi le souffre douleur, il en a besoin d'un, et en partant j'ai laissé ma mère seule à cette place. Ok il est pas violent avec elle. Je crois. Si je le vois lever la main sur elle, je resterais pas en retrait. Jamais. Le psy était content, après 20 minutes de blabla sur les vacances, j'avais toujours pas dit que c'était de ma faute. On a parlé de mes sœurs aussi, l'incapacité de L à parler. Devoir la pousser a bout pour qu'elle parle. Qu'elle me parle. L aurait besoin d'un psy, un bon, comme j'ai eu la chance d'avoir. Il faut qu'elle se reconstruise.
La petite ? Je peux pas dire qu'elle vive bien tout ça, quand on sait que depuis sa naissance, elle pousse des hurlements pendant la nuit, qu'elle tape si on s'approche. Non, elle ne va pas bien non plus, sauf que chez elle ça semble plus inconscient...
Je les ai pas abandonné hein ... J'ai fait ce qu'il fallait.
Ouais...

Je me sens incomplète. J'ai besoin de réponse. De raison. Pourquoi j'ai reçu des coups plus jeune , pourquoi j'ai été abusé plusieurs fois, pourquoi mon chef est sur mon dos.
Je me sens comme ma mère.

On a causé boulot aussi. Il veut me mettre en arrêt. Je veux aller voir comment ça se passe quand même. Il me trouve courageuse. Mais est dispo, par mail ou tel, si y a un soucis il me fait immédiatement un certificat. Faut pas que j'hésite.
Je sais pas ou j'en serais sans mon psy. Vraiment. Même si mon état est toujours sensiblement le même. Même si j'ai toujours cette envie de crever. J'en ai pas parlé avec lui de cet état, de cette envie. C'était inutile, il le sait déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: je suis    Aujourd'hui à 13:33

Revenir en haut Aller en bas
 
je suis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» voilà, j'suis là aussi
» doumeni : Je suis nouvelle...
» Bonjour je suis nouvelle
» Ma collec (finalement je suis raisonnable lol)
» Bonjour je suis une addicte...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aide, Ecoute et Espoir :: Aide, Ecoute et Espoir :: Déprime, Dépression, Suicide :: Déprime, Dépression-
Sauter vers: