Aide, Ecoute et Espoir

Parler, se défouler, soulager, mais sans juger...
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
La relance de l'activité économique en Zone Espoirienne se matérialise par une effervescence sur le marché de l'espoirine, qui titre à 110 €$poirs le litre. Par ailleurs la hausse de la natalité dans la Zone Espoirienne a donné confiance dans les actionnaires des principales entreprises telles que Pizza Hutt et Honda Motors pour ne citer qu'elles, qui ont donc investi à hauteur de 150 000 milliards d'€$poirs lourds dans les projets étatiques du Royaume d'Espoir, en forte demande de crédits intéressants. A noter que le Royaume d'Espoir a vu sa note augmentée par Finch' à AA+ ce matin en raison d'un pressentiment positif sur le rebond tant attendu de la Zone Espoirienne.
"Winter is Coming" est le titre de la nouvelle campagne de promotion de l'Angélique Bar d'Espoir : au programme des festivités sont prévus des arrivages de la série du Trône de Fer en Blu-Ray ainsi que la complétion de la bibliothèque par les quinze livres de la série fétiche de Georges R.R. Martin, des averses de neige encore plus abusives, encore plus drues, limite dictatoriales, tandis que le patron Thorongil concocte chaque soir un tonnelet de vin chaud aux épices pour tous les volontaires venus se réchauffer autour du feu. Enfin, la nouvelle version du Bar d'Espoir arrive avec l'adjonction d'un sous-sol disponible depuis l'escalier et l'ascenseur principaux, où seront prochainement installés une salle avec un immense bain bouillonnant de source volcanique chaude, une salle de jeu de rôle d'apparence du plus pur style gothique, et surtout l'accès aux salles inférieures, autrefois secrètement gardées par le Patron du Bar, où chacun pourra se servir en bière, cidre et denrées non périssables à loisir grâce à l'Automne fructueux qui s'est écoulé. Car rappelez-vous : l'Hiver vient !
N'oubliez jamais ceci : "Aide, Ecoute et Espoir : Parler, se défouler, soulager...Mais sans juger."
Gloire à Améthyste pour l'exceptionnel travail de planification de la refonte structurelle d'Espoir ! Gloire à Onda pour son aide précieuse lors de la réalisation des travaux ! Gloire à elles ! Gloire à Espoir !

Partagez | 
 

 J'ai fermé les yeux depuis trop longtemps.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: J'ai fermé les yeux depuis trop longtemps.   Mer 16 Oct 2013, 15:37

Mon histoire ? Elle n'a rien de passionnante, ça sera long, sans doute soûlant.

ça commence dès l'école primaire (je précise que je vis en Suisse, ça ne correspond pas à la France ou la Belgique). Si petite j'étais une teigne, dès ce moment je suis devenue tellement plus douce, tranquille...pour mon plus grand malheur. Les autres enfants ne voulaient pas jouer avec moi, en général. J'avais une amie, mais si elle était malade je me retrouvais seule. Je me rappelle d'un épisode très marquant pour moi : Mon amie en question avait un jour amené des escargots. Un garçon, plutôt désagréable, a commencé à l'emmerder en disant que c'était du cannabis (lawl un peu...) J'ai voulu la défendre gentiment, je me suis prise une claque du garçon. Ouioui, rien que ça.
Il y avait aussi un prof, absolument détestable. A partir du moment que tu n'étais pas d'une bonne famille, avec des bonnes notes toussa, t'étais dans son collimateur. Il a rabaissé nombre d'élèves, dont moi. Je m'étais même pris un coup de pied sans jamais en savoir la raison.

Bref, ce n'est pas le plus marquant, mais ça m'a un peu miné mon caractère déjà peu prononcé. Trop timide, trop silencieuse...trop tranquille quoi. Je n'ai jamais cherché à faire du mal.

*

La période du cycle d'orientation qui s'étale sur 3 ans s'est bien corsée. A cette époque où les Skyblogs faisaient fureur, j'en avais un, où j'essayais de faire la grande gueule, c'te blague. Une fille de ma classe, avec qui j'avais un contact ni chaud ni froid, en avait un aussi. Je lui ai laissé des commentaires sympa toussa, elle me les rend. Puis, tout à coup, elle comprend que derrière ce Skyblog, c'est moi.
Je me suis alors fait insultée comme du poisson pourri (pute, moche à grande gueule, grosse, la totale), elle s'en est prise à une amie aussi...heureusement que le prof de cette année était super. Ma mère a parlé de ces insultes, il a passé une brossée à cette conne, qui n'a plus cherché la merde avec moi.

La deuxième année sera tout simplement la pire. Les élèves sont divisés en S et G. Les S sont plus intelligents, ont de meilleures notes...les G sont des glandus fouteurs de merde. Je m'y suis retrouvée...
Toute l'année j'ai subi des moqueries sur mon physique, eu droit à des commentaires salaces, on m'a même frappé assez fort à l'épaule durant un cours. A la fin de ce cours, en larmes, j'en parle à la prof puis retourne dans ma classe, où ils m'ont tous ri au nez. Un moment horrible qui m'a davantage enfoncée.

La troisième année sera pénible aussi, mais je m'en rappelle pas autant, je la passe.

*

J'ai ensuite fait un apprentissage dans une papeterie, sur trois ans. Je n'entrerai pas dans les détails, mais ça a été extrêmement douloureux. Je ne compte plus les soirs où je pleurais dans mon lit en disant que je voulais laisser tomber...mais j'ai tenu le coup.

*

ça nous amène à la période actuelle. Je ne trouve pas de taf, c'est à peine si j'obtiens des entretiens. Je m'étais inscrite dans un office de placement qui n'a mené à rien. Ma conseillère était insupportable, n'a pas fait avancer ma situation, j'ai stagné sans jamais rien trouvé.
J'ai décidé de me désinscrire alors qu'il me restait deux mois d'indemnité tellement l'idée de la revoir était vomitive.
Là j'ai eu un entretien cette semaine, j'en aurai un autre vendredi...mais j'arrive pas à y croire.

*

Je fais un petit saut sur l'amour. Mon premier copain...un peu plus grand que moi, une chevelure châtain sauvage, des yeux verts absolument magnifiques. Avant de l'être, il envoyait tous les signes possibles qui disaient "Tu m'intéresses, je sortirais bien avec toi." Finalement je lui ai proposé...lawl. En gros, j'ai passé 7 mois à supporter ses "Je t'aime, demain je t'aime plus.". Ultra lunatique. Il a rompu à plusieurs reprises, je lui ai toujours couru après dans l'espoir qu'il m'aime vraiment...Il a été jusqu'à qualifier notre relation de flirt. Oui.
Il a décidé de vraiment rompre un jour maussade, où j'ai pleuré à n'en plus finir...mais l'espoir était là, pour une fois.
Je connaissais un peu l'un de ses amis. Beau, le feeling avec lui était génial. On s'accorde sur tellement de choses. Il m'a proposé un ciné, un soir...et nous sommes depuis ensemble.
Le comble, c'est que mon ex a longtemps pleurniché qu'il m'aimait encore quand il l'a sue. Oo Actuellement on est en bons termes heureusement, mais qu'est-ce qu'il est chiant...je t'aime, mais en fait non je veux rompre, ah mais pourquoi mon pote a décidé de te draguer, quel connard, il m'a volé ma copine...c'était ça, en gros.

*

Le dernier point de ce beau pavé sera sur ma famille. Le pire, au final.

A savoir, je suis ultra susceptible. Trop sensible, je me sens vite agressée dans certains propos. Et c'est ultra dur à vivre.

Ma mère est absolument super. Je ne vais pas m'éterniser dessus, mais c'est la seule à vraiment me comprendre. Elle est douce, dit les problèmes sans agressivité, c'est une crème.

Mon père, c'est une autre histoire...il ne fait pas ses 55 ans, parce qu'il a un esprit très gamin. Il est aussi susceptible. Il pète en l'air pour un rien, fait des reproches avec un ton absolument désagréable...et évidemment c'est moi la sensible qui s'énerve pour rien.  Il n'a pas conscience du fait qu'il est blessant pour moi. En plus, lors des disputes, il commence à rire pour rien, c'est sympa quoi...

Après, le pire du pire, c'est ma soeur. On s'est toujours chamaillées, mais on s'aimait quand même. Actuellement...en gros, son caractère de merde fait qu'elle s'engueule souvent avec mon père, et moi aussi. Mais elle ne s'est jamais remise en question. Elle m'a insultée tellement de fois gratuitement, juste parce qu'elle m'aime pas et que je suis une pauvre merde qui ne fout rien. Et cela me fait tellement mal que je pète un plomb encore plus, au point de la frapper. Un coup, mon père a du me contenir parce que sinon, elle aurait sans doute fini à l’hôpital...
Donc maintenant elle ne me regarde plus, ne me parle plus. Je n'existe pas, tout simplement. Et ça me mine le moral d'une force...
J'étais toujours ce sentiment d'être la conne qui provoque les merdes. Ma mère a souvent dit que je devais voir un psy, que je pétais les plombs pour rien...mais ma soeur, qui se dispute avec mon père, qui dit des méchancetés gratuites, rien, elle est gentille elle, elle a raison de m'insulter, parce que je suis une glandue qui ne fout rien de sa vie.

*

Je suis brisée. Je pleure presque tous les jours, je n'arrive pas à être heureuse, sauf si je vois mon copain. Là, je suis une bulle de joie.
Je sais que je ne fous rien, que je suis juste une paresseuse sans but. Mais je n'arrive pas à m'améliorer, je ne fais que m'enfoncer toujours plus. Je ne mange plus les midis avec ma famille, et ils s'en foutent.
J'essaie de m'empêcher de manger aussi. Je me trouve absolument immonde, mon corps est affreux.
Je pense au suicide, trop souvent. Un coup, j'étais tellement mal que je me suis avancée vers une fenêtre sous les yeux de ma mère. La longue discussion qui a suivi a semblé arrangé les choses...et puis non.

Je suis juste...épuisée. Je n'ai plus rien qui m'accroche à la vie, hormis mon amour et ma meilleure amie, qui vit plus ou moins la même situation. Je sais que je dois me prendre en main, mais j'en suis incapable.
Je suis pitoyable, au fond.
Revenir en haut Aller en bas
Ide




Féminin
Nombre de messages : 1195
Age : 23
Passion : Lire, écrire
Date d'inscription : 31/10/2009

MessageSujet: Re: J'ai fermé les yeux depuis trop longtemps.   Mer 16 Oct 2013, 17:08

Si tu savais le nombre de gens qui se trouvent pitoyables et qui ne le sont pas. C'est qu'on nous martèle le crâne qu'il faut se battre, qu'il faut être grand, qu'il faut être parfait. En vérité, d'abord c'est une histoire de valeurs, non une obligation. Et ensuite, aucun moyen de trouver la force de s'améliorer à ses propres yeux si on ne s'aime pas. Tu trouverais la force d'aider patiemment une personne à qui tu en veux, toi ? Si ça ne marche pas pour un autre, pourquoi ça marcherait pour soi ? Trouver l'humilité de s'aimer tel qu'on est, non tel qu'on voudrait ou qu'on se croit obligé d'être, c'est très difficile. D'autant plus que l'humilité n'a plus tellement bonne presse, je crois. Les gens lui préfèrent ordinairement la fierté, mais au fond la fierté, ce n'est jamais que la honte de tout ce qu'il y a d'imparfait en nous. C'est la honte de nous. Tandis que l'humilité, c'est l'acceptation et un simple constat : personne ne vaut mieux qu'un autre. J'espère que je ne fais pas trop prosélyte à parler d'humilité aussi, mais c'est une façon de penser qui m'aide énormément et qui pourrait t'aider aussi, peut-être, ne serait-ce que te faire réfléchir, t'amener à te poser de bonnes questions.

Je crois que la méthode Coué qui est tellement critiquée, au fond, est parfaitement sensée. Nous sommes constitués de discours, celui que nous tenons et celui que les autres tiennent sur nous, c'est logique que si les discours changent, nous tendrons à nous voir différemment. Je n'ai jamais éprouvé le besoin d'essayer (même si j'ai peut-être suivi le principe sans m'en rendre compte) mais je crois qu'elle pourrait t'être utile.

J'ai retenu de ma propre expérience de timide qu'un timide n'est pas forcément quelqu'un qui se tient en piètre estime. Un timide est au contraire souvent quelqu'un qui a une image idéalisée de lui-même mais manque de confiance en lui. Inconsciemment, il craint qu'elle ne s'effrite au contact des autres et c'est ce qui le rend gauche en société et le pousse à s'isoler. Moins il trouve d'amour autour de lui, plus il s'aime lui-même pour compenser, plus il craint de se décevoir, c'est un cercle vicieux.

Je ne sais pas si quelque chose dans tout ce que je viens de raconter te parle mais une chose est certaine : tu n'es ni meilleure, ni pire qu'une autre. Peut-être qu'il t'est absolument impossible de le croire. Mais je te conseille de prendre l'habitude de te le répéter malgré tout et de te renseigner sur la méthode Coué. Forcément, même si elle marchait pour toi, elle ne résoudrait pas tous tes problèmes qui ne sont pas petits hélas... Mais peut-être que ce serait un premier pas dans une bonne direction.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'ai fermé les yeux depuis trop longtemps.   Mer 16 Oct 2013, 18:15

Pour la méthode Coué, j'en avais entendu parlé sans en connaitre le nom. On m'a souvent dit d'essayer, mais...j'arrive pas à penser positif. C'est pas faute d'essayer, j'essaie aussi souvent que possible de positiver, mais ça n'avance pas. Je n'ai aucune accroche qui me permet de me dire "Ma vie n'est pas à si à chier que ça, on a toujours un espoir".

Et pour ma part, je ne suis pas une timide qui cherche à s'idéaliser. Je sais que je suis une fille un peu gentille, tranquille, qui supporte très mal les remarques, ce qui n'a rien de glorieux. Je n'arrive pas à m'aimer moi-même. Je ne vois pas comment m'aimer si ma propre soeur me déteste. Je vis beaucoup à travers le regard des autres, malheureusement. Et même si on me fait des compliments, je serai heureuse et mieux au début, pour finalement retourner dans mon état amorphe et triste.

Le truc que j'aimerais résoudre avant tout c'est la relation que j'ai avec ma soeur...j'arrive pas à me dire que c'est pas si grave et que je dois faire avec et avancer. J'y pense, en me demandant pourquoi je suis autant dans le faux. Mais en même temps, j'aimerais qu'elle réalise la douleur qu'elle me fait et qu'elle devrait se remettre en question, ne serait-ce qu'un peu. Mais bon...elle a l'air de bien vivre elle. Elle a ses cours, s'entend bien avec la famille en général sauf s'il y a une dispute avec mon père. Je n'existe plus à ses yeux, si tout à coup je mourrais d'une raison x ou y ça ne lui changerait rien...et je ne dis pas ça sans savoir, elle m'a bien assez répétée que ma mort ne lui ferait rien et que ça serait meilleur pour tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Ide




Féminin
Nombre de messages : 1195
Age : 23
Passion : Lire, écrire
Date d'inscription : 31/10/2009

MessageSujet: Re: J'ai fermé les yeux depuis trop longtemps.   Mer 16 Oct 2013, 19:26

Miarah a écrit:
Pour la méthode Coué, j'en avais entendu parlé sans en connaitre le nom. On m'a souvent dit d'essayer, mais...j'arrive pas à penser positif. C'est pas faute d'essayer, j'essaie aussi souvent que possible de positiver, mais ça n'avance pas. Je n'ai aucune accroche qui me permet de me dire "Ma vie n'est pas à si à chier que ça, on a toujours un espoir".
Il ne s'agit pas d'"être" positive, mais de se répéter quelque chose de positif. Peu importe si tu n'en penses pas un mot. C'est de l'autosuggestion. Je crois t'avoir induite en erreur sur la méthode, en fait la phrase qu'il faut se répéter est moins quelque chose comme "je vaux autant que n'importe qui" mais une phrase comme "jour après jour, j'ai de plus en plus confiance en moi" enfin je pense vraiment que ça vaudrait le coup que tu te renseignes.

Miarah a écrit:
Et pour ma part, je ne suis pas une timide qui cherche à s'idéaliser. Je sais que je suis une fille un peu gentille, tranquille, qui supporte très mal les remarques, ce qui n'a rien de glorieux. Je n'arrive pas à m'aimer moi-même. Je ne vois pas comment m'aimer si ma propre soeur me déteste. Je vis beaucoup à travers le regard des autres, malheureusement.
Comme tout le monde, au moins quand il est enfant. Personne n'y échappe. Cela changerait en prenant confiance en toi. Mais tu ne peux pas t'aimer simplement en le décidant, c'est clair.

Miarah a écrit:
Et même si on me fait des compliments, je serai heureuse et mieux au début, pour finalement retourner dans mon état amorphe et triste.
Je crois que beaucoup de gens ici (et je ne suis pas la dernière) peuvent exactement comprendre ce que tu dis pour l'avoir ressenti ou le ressentir régulièrement eux-mêmes. C'est une conséquence, je crois, d'un tempérament sensible (voire hypersensible, ce n'est pas une maladie, mais un tempérament qui comporte des avantages même s'il peut être dur à vivre) doublé à un manque de confiance.

Miarah a écrit:
Le truc que j'aimerais résoudre avant tout c'est la relation que j'ai avec ma soeur...j'arrive pas à me dire que c'est pas si grave et que je dois faire avec et avancer.
La famille compte. C'est grave. Il existe des thérapies familiales... mais je suppose que ce n'est pas possible pour toi.

Miarah a écrit:
J'y pense, en me demandant pourquoi je suis autant dans le faux. Mais en même temps, j'aimerais qu'elle réalise la douleur qu'elle me fait et qu'elle devrait se remettre en question, ne serait-ce qu'un peu. Mais bon...elle a l'air de bien vivre elle. Elle a ses cours, s'entend bien avec la famille en général sauf s'il y a une dispute avec mon père. Je n'existe plus à ses yeux, si tout à coup je mourrais d'une raison x ou y ça ne lui changerait rien...et je ne dis pas ça sans savoir, elle m'a bien assez répétée que ma mort ne lui ferait rien et que ça serait meilleur pour tout le monde.
Ce n'est pas parce qu'elle le dit ou même parce qu'elle le pense que c'est vrai, mais ton ego ne devrait surtout pas dépendre de la réponse à cette question. Ce serait super évidemment si tu pouvais te réconcilier avec elle, mais d'après ce que tu dis ça semble improbable, et c'est sûrement plus sain de couper les ponts une bonne fois pour toutes.
Revenir en haut Aller en bas
Thorongil



Masculin
Nombre de messages : 22620
Age : 27
Localisation : Ered Wethrin
Passion : Le PC
Surnom : Thor, Thothor, Tonton Gilles
Date d'inscription : 30/04/2006

MessageSujet: Re: J'ai fermé les yeux depuis trop longtemps.   Mer 16 Oct 2013, 22:49

Le plus important dans tout ça c'est de te faire entrer dans le crâne que tu n'es pas une personne minable.

Tous ceux qui ont une conscience un peu trop autoritaire, allant jusqu'à l'hypercritique de soi, ont connu cet effet, un jour, de se dire qu'on n'était qu'une sombre merde là où le monde d'autrui était beau, clair, brillant, ou tout du moins suffisamment positif pour en valoir le coup.

Le fait est que peu de gens ont une vie vraiment belle, claire, brillante.

Même ta soeur a certainement ses problèmes.
Mais toi, enfoncée dans ton malheur que tu es par cette hypersensibilité que tu as, tu ne disposes pas de la capacité d'oublier tes errances passées. Or si on n'oublie pas, on ne pardonne pas.

Et inversement l'oubli peut commencer par le pardon.

Tu te juges de loin inférieure aux autres, mais ne serait-ce pas parce que tu as tendance à être placée depuis toute petite dans cette position de souffre-douleur ?
Est-ce que quitter le système scolaire ne t'a pas aidée à te sentir mieux ? Je pense que ça a joué.
Du coup il ne te resterait qu'à quitter la société et vivre en ermite, sauf que cela, c'est hors de question dans l'Europe actuelle.
Tu as cherché des boulots d'employée en majorité on dirait ? Pourquoi ne pas fonder ta propre petite entreprise ? Certes ça n'exclut pas de la charge des paperasses ni de celui des administrations obtues (encore que je me suis laissé dire que la Suisse était plus performante administrativement dans tous les domaines que le simple service de voirie d'une quelconque commune française de 25 000 âmes.).... Mais cela te permet d'être ta propre patronne, d'agir à ta guise, sans craindre le regard des autres : être patron ça permet de s'affirmer mais aussi d'avoir une plus belle place sociale que le statut d'employée.
Je dis cela parce que le manque de confiance en toi, tu ne le guériras pas avec des supérieurs qui te mettent la pression, donc à moins de tomber sur la dream team idéale dans une recherche d'emploi, créer toi-même ton emploi te permettrait peut-être de sortir la tête de l'eau : montrer que tu sais t'en tirer toute seule, sans l'aide de personne, qu'à terme tu saurais aussi gérer une équipe, te poser comme chef si ça monte en puissance, et dans tous les cas cela t'obligerait à acquérir des compétence sociales et un statut qui te sortiraient de ton statut de victime de la vie.

Bien sûr pour commencer, il faut d'abord que tu sois motivée et ardente à la tâche. Alors de deux choses : peut-être as-tu un rêve dans ta tête qu'ainsi tu pourrais accomplir ? Ou peut-être as-tu besoin d'abord de te reconstruire un cocon plus stable que ce foutoir actuel ?
Parce que bon, les petits copains c'est bien mais les petits copains stables qui ne soufflent pas le chaud et le froid c'est plutôt utile pour s'y retrouver affectivement. Depuis certes tu es avec un autre, mais c'est un pote de ton ex... J'imagine donc que même si c'est moins compliqué que ça n'a été du temps de ton ex, il y a encore des frictions, des contacts...
S'il le faut remets les compteurs à zéro avec tout le monde, sauf ton copain actuel s'il te convient vraiment.
Fais un tri, car là tu n'y retrouveras pas tes petits.
Ta famille, tes amis, tes contacts facebook, twitter, instagram, forums... TRI.

Les vies compliquées, c'est dangereux pour les hypersensibles à fleur de peau comme toi.
J'ai une soeur qui était le genre à être très sensible. La vie qui lui convient à présent c'est la vie simple et stable que son mari lui a apporté quand il l'a rencontrée : une petite routine simple mais efficace, pas d'engagement trop passionnel dans les histoires qui se trament autour de soi, même quand ça concerne son petit frère préféré (surtout, dirais-je), simplement essayer de tirer le meilleur des situations présentes, et ne pas s'engager quand ça va trop mal quelque part.

Ca a beau paraître simple, ça ne l'est pas quand ça concerne les proches.
Mais c'est mieux que se bousiller la santé à force de regrets, d'amertumes et de prises de bec.

Prends du recul avec toutes les histoires autour de toi. Concentre-toi sur l'essentiel...
C'est peut-être le plus simple et le moins risqué à faire.
Après, j'ignore si vous êtes très "famille"... C'est toujours délicat avec la famille.
Mais si on ne choisit pas sa famille, on peut choisir son entourage.


A ce qu'il me semble la majorité est à 18 ans en Suisse. Si la situation est vraiment si douloureuse pour toi, tu peux changer d'air quand tu veux. Laisser tes souvenirs là où ils sont. Et passer à un autre chapitre de ta vie. Ou sinon faire un tri dans tes relations... Et davantage t'investir dans les plus intéressantes... Celles qui te voient comme tu aimerais être vue. Je pense qu'il y en a, tu n'es pas seule au monde... Les camarades de classe c'est une chose, mais les copines, les amis, tout ce beau monde... Même les amis de monsieur... Il y en a certainement qui valent le coup plus que d'autres, certains qui sont vachement positifs, d'autres dont tu ferais l'effort de ne pas les prendre trop pour argent comptant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J'ai fermé les yeux depuis trop longtemps.   Jeu 17 Oct 2013, 18:53

Thorongil : Je pensais que quitter l'école m'aurait aidé, mais au final...Mon apprentissage s'est mal passé. J'ai fait les deux premières années dans une petite papeterie où la patronne était jamais là, j'étais confiée aux bons soins d'une gérante qui ne foutait rien à part fumer ainsi que de l'autre apprentie, plus sérieuse mais dotée d'un caractère épouvantable. Cette folle m'avait menacée d'un "oeil pour oeil, dent pour dent" parce que j'avais voulu prendre des jours de vacances en même temps qu'elle...sauf que moi je l'ai dit à ma patronne que je voulais ces jours-là, elle non. Une véritable poufiasse.

Après deux ans la patronne a fermé la papeterie soudainement, en prétendant que la faute incombait à moi et la gérante (LAWL). J'ai terminé la dernière année dans une autre papeterie qui n'a pas été mieux, il y avait une secrétaire imbuvable qui foutait la merde partout et qui ne m'aimait tout simplement pas. Donc bon, au final l'école m'a manquée suite à mon apprentissage. Surtout qu'à partir d'un certain âge les ados foutent moins la merde. J'avais quelques cours par semaine durant l'apprentissage que j'attendais avec impatience tellement j'en avais marre du travail...tous les élèves étaient sympas et les profs aussi.

Fonder ma petite entreprise serait intéressant, mais je n'ai juste pas les moyens. Pas de permis en plus, je ne peux pas le faire pour le moment, tout simplement. J'ai quelques idées de travaux de rêves, entre informaticienne et graphiste, voire retourner dans une école, mais d'arts. Mais l'école n'est pas pour tout de suite, et je ne trouve pas de stage dans les entreprises, ça aide pas.

Pour ce qui est du copain je vis une relation juste idyllique, presque pas de disputes, on est très fusionnels, c'est un vrai cocon de bonheur. Et actuellement mon ex n'est guère un problème, il a vraiment l'air d'avoir passé par dessus, du moins je l'espère, je ne sais pas ce qui se trame dans son cerveau un peu perturbé.
Les amis de mon chéri en général sont plutôt cool, pas de quoi me plaindre.
Ceci dit j'ai eu un souci avec l'un d'eux qui a tenté de me tripoter lors d'une soirée bien arrosée, mais heureusement les points ont été mis sur les i, tout baigne. Il a juste pas intérêt à recommencer, parce que là mon copain n'hésiterait pas à couper tout contact.

Quant à faire le tri dans mes amis...bah ça a été fait depuis longtemps. Je les compte sur les doigts d'une main les vrais amis, après il y a quelques connaissances que j'apprécie et puis voilà, je pense être bien à ce niveau.

L'idée de déménager serait la meilleure mais évidemment je ne peux pas. Pas les moyens, aucun travail à l'horizon malgré les entretiens de cette semaine.

Et aussi, on est pas très famille chez moi. Je vois très peu les grands-parents, les cousins, toussa, ce qui est pas plus mal.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J'ai fermé les yeux depuis trop longtemps.   Aujourd'hui à 19:22

Revenir en haut Aller en bas
 
J'ai fermé les yeux depuis trop longtemps.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Très en colère car cela dure depuis trop longtemps .....
» Enfant de 26mois qui dort beaucoup (trop), soucis?
» petite présentation (enfin, petite, c'est vite dit ^^ )
» café sans perco ?
» abcente beaucoup trop longtemps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aide, Ecoute et Espoir :: Aide, Ecoute et Espoir :: Déprime, Dépression, Suicide :: Déprime, Dépression-
Sauter vers: