Aide, Ecoute et Espoir

Parler, se défouler, soulager, mais sans juger...
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
La relance de l'activité économique en Zone Espoirienne se matérialise par une effervescence sur le marché de l'espoirine, qui titre à 110 €$poirs le litre. Par ailleurs la hausse de la natalité dans la Zone Espoirienne a donné confiance dans les actionnaires des principales entreprises telles que Pizza Hutt et Honda Motors pour ne citer qu'elles, qui ont donc investi à hauteur de 150 000 milliards d'€$poirs lourds dans les projets étatiques du Royaume d'Espoir, en forte demande de crédits intéressants. A noter que le Royaume d'Espoir a vu sa note augmentée par Finch' à AA+ ce matin en raison d'un pressentiment positif sur le rebond tant attendu de la Zone Espoirienne.
"Winter is Coming" est le titre de la nouvelle campagne de promotion de l'Angélique Bar d'Espoir : au programme des festivités sont prévus des arrivages de la série du Trône de Fer en Blu-Ray ainsi que la complétion de la bibliothèque par les quinze livres de la série fétiche de Georges R.R. Martin, des averses de neige encore plus abusives, encore plus drues, limite dictatoriales, tandis que le patron Thorongil concocte chaque soir un tonnelet de vin chaud aux épices pour tous les volontaires venus se réchauffer autour du feu. Enfin, la nouvelle version du Bar d'Espoir arrive avec l'adjonction d'un sous-sol disponible depuis l'escalier et l'ascenseur principaux, où seront prochainement installés une salle avec un immense bain bouillonnant de source volcanique chaude, une salle de jeu de rôle d'apparence du plus pur style gothique, et surtout l'accès aux salles inférieures, autrefois secrètement gardées par le Patron du Bar, où chacun pourra se servir en bière, cidre et denrées non périssables à loisir grâce à l'Automne fructueux qui s'est écoulé. Car rappelez-vous : l'Hiver vient !
N'oubliez jamais ceci : "Aide, Ecoute et Espoir : Parler, se défouler, soulager...Mais sans juger."
Gloire à Améthyste pour l'exceptionnel travail de planification de la refonte structurelle d'Espoir ! Gloire à Onda pour son aide précieuse lors de la réalisation des travaux ! Gloire à elles ! Gloire à Espoir !

Partagez | 
 

 Rupture, angoisse et solitude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
lunatic
<



Masculin
Nombre de messages : 14
Age : 23
Localisation : Nord pas de calais
Passion : Informatique
Date d'inscription : 16/12/2012

MessageSujet: Rupture, angoisse et solitude   Dim 16 Déc 2012, 11:58

Bonjour j'ai créé ce post car je vais très mal suite à une rupture d'une relation très forte et fusionnel que j'ai eu avec ma copine. Nous étions un couple très proche de la perfection, le genre de couple que tout le monde envie...
Cela fait un mois et une semaine que survis sans elle mais je n'ai personne vers qui me tourner tout simplement car elle était tout pour moi, elle avait tous les rôles dans ma vie et elle comblait chacun des manques de ma vie, je n'ai jamais ressenti le besoin d'avoir des amis à côté, c'était réciproque et c'est pour ça que jamais je n'avais imaginé que la relation puisse se terminer je suis tombé de mon nuage avec une violence inouïe ...c'est pourquoi je me sens plus seul que jamais.

Je n'ai jamais été quelqu'un de joyeux, avant de la rencontrer j'allais très mal aussi, elle est arrivé et a apaisé mon âme durant 4 années... mais ces problèmes que je pensais résolus ( grave erreur) refont surface avec le poids de la trahison de la personne que j'aime le plus au monde en plus sur les épaules...

J'ai beau essayer de me divertir pour me changer les idées, chacune des choses que j'adorais faire avant ne me procure que de l'ennuie, je suis sans cesse angoissé, stressé, le nez dans mes problèmes à ruminer. Je pensais que le temps pourrait arranger les choses.. mais je vais de plus en plus mal, je sombre peu à peu, mes moments de joie devinent rare voire inexistants ,il ne me reste plus qu'un énorme trou dans le coeur qui ne veut pas partir...

Je n'ai plus de raison de vivre, ni même l'envie de vivre car c'est elle qui me les procurait.

Les pires journées pour moi sont donc les week-end, où je suis réellement seul... mon moral le week end est au plus bas, je n'arrive pas à me débarrasser des mauvaises émotions, des changement d'humeur insupportables, de l'angoisse constante et les journées sont longues à cause de mon manque de sommeil.
C'est pourquoi je suis terrifié des vacances à venir..., seul face à mon gouffre intérieur durant deux semaines... qui sait ce qui se passera.

C'est pourquoi j'implore de l'aide ,désespérément...
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Dim 16 Déc 2012, 18:48

Citation :
Nous étions un couple très proche de la perfection, le genre de couple que tout le monde envie...
Je n'aime pas beaucoup cette expression... Je ne crois pas à la perfection en matière sentimentale. Je crois que chacun, dans sa colère, sa jalousie, son laisser-aller, son exclusivité ou au contraire son besoin d'aller voir ailleurs, bref, avec ses hauts et ses bas, crée une relation fluctuante et unique.
Honnêtement, un couple parfait je sais pas ce que c'est.

Qui s'engueulent jamais, qui sont tout le temps d'accord sur tout? Ptêt bien qu'en fait ils communiquent pas tellement non?
Qui sont très fusionnels, très câlins-câlins? Pareil, c'est pas forcément un signe de bonne santé du couple.
Je dis pas que ceci signifie toujours cela, mais juste que rien n'est une preuve qu'un couple va bien, rien n'est "la perfection", de mon point de vue.

Je pense que tu as trop idéalisé ton couple, et la fille avec qui tu étais. Tu n'as vu qu'une partie de ce que peut être une vie heureuse, et maintenant que cette partie te manque, tu as l'impression qu'il n'y a plus rien.
Mais c'est faux. C'est juste que tu n'arrives pas à t'ouvrir à tout, parce que cela t'es inconnu, et te semble maintenant sans intérêt, il me semble...

Je n'ai malheureusement pas de solution-miracle, le temps doit effectivement de mon point de vue faire son action... si tu l'acceptes...
Juste une question : de quand date cette rupture?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Dim 16 Déc 2012, 21:37

ça me fait penser à quand mon ex m'a quittée. J'ai sombré, je l'ai plus mal vécu que ce que je devrais, et avec le recul j'ai compris que ce n'était pas juste la rupture qui me faisait mal mais qu'il y avait plein de choses derrière.
Toi, tu le dis toi-même, c'est que son départ te fait te rendre compte que tu te sens seul. Donc... tu devrais peut être t'occuper de ce problème là pour aller mieux, et en finir avec le chagrin dû à cette rupture.
Maintenant, tu dois te refaire une vie sociale.
Tu n'es pas obligé d'être seul pendant les deux semaines de vacances. Je sais que ça doit être dur, mais tu peux essayer. Tu connais les sites comme onvasortir.com ? Il s'agit de faire des sorties avec des gens qu'on rencontre via le site.
Et tu n'as pas des anciens amis à recontacter ? Ceux d'avant ?
Et ta famille ? Tu ne passes pas les fêtes avec eux ?
Tu vis seul ?
Tu fais quoi dans la vie ? Des études ? Il est importantissime que tu sortes, tous les jours, même si tu n'en as pas envie.
Tu as pensé à t'inscrire dans un club de sport, de musique, ... ?

Et je suis assez d'accord avec Poupée : ne l'idéalise pas trop. Pourquoi avez vous rompu ? Tu parles de trahison ...
Revenir en haut Aller en bas
lunatic
<



Masculin
Nombre de messages : 14
Age : 23
Localisation : Nord pas de calais
Passion : Informatique
Date d'inscription : 16/12/2012

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Lun 17 Déc 2012, 00:18

C'est bien pour cela que j'ai mis presque la perfection, car rien n'est jamais parfait, mais on était accro l'un à l'autre et on était heureux uniquement lorsqu'on était ensemble, on se disait tout, on partageait tout, on était chacun la moitié de l'autre.

Oui, tu as certainement raison... mais j'ai plus l'impression que c'est le temps qui va me terrasser qu'autre chose, je veux dire par là que chaque journée est plus dure que la précédente... ça ne va pas en s'améliorant.

Cela fait un mois et une semaine qu'elle m'a laissé, et je pense que ce qui me fait tenir c'est que je continue à espérer sur le long terme, donc non je ne l'accepte pas du tout car il n'y a selon moi pas de raisons valables...


Le problème c'est que je suis du genre très introverti, timide, voire même phobique social ce qui n'arrange pas mon cas... il n'y avait qu'avec qu'elle que j'étais moi même. Non je ne connais pas le site mais j'irai faire un tour par curiosité.. il y'a peu de chance que je m'en sente capable.

J'ai tenté de recontacter des amis si.. mais ma vie est essentiellement virtuelle, sur les personnes que j'ai recontacté 2 m'ont répondu, l'une est connectée 2 fois par mois, la seconde ne se connecte jamais pour cause de connexion merdique.

Je vis avec mes parents et je ne passe les fêtes qu'avec eux aussi... ce qui fait un super noël à chaque année... je m'entends relativement bien avec ma famille mais je me sens tellement différent d'eux...

Je fais un BTS informatique et je suis en 2 eme années, je passe le plus clair de mon temps à jongler entre jeux vidéo, films et séries.
Je ne suis malheureusement pas le genre de personne qui aime sortir, ce qui m'entrave une nouvelle fois à faire de nouvelles connaissances...

Je parle de trahison oui, c'est un mot assez fort mais c'est ce que je ressens car ce que nous ressentions était si intense que jamais je n'ai pensé à ce que ça puisse se terminer, à partir de moment où l'on se rend heureux mutuellement je ne comprends pas ce qui fait qu'elle veuille tout arrêter... toutes les promesses et projets faits se sont écroulés en une seconde, c'est cet avenir brisé qui me fait employer ce mot, car elle n'a pas de réelle raison pour les avoir détruit.
Elle dit qu'elle ne m'aimait plus mais ne me reproche absolument rien ,on dirait qu'elle ne sait même pas pourquoi elle même, comme si c'était une maladie qui était passé dans notre couple et y avait mis fin sans raison... ce qui ne m'aide pas à accepter la situation !
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Lun 17 Déc 2012, 00:31

J'ai l'impression qu'à être trop introverti, tu t'es créé une sorte de bulle, un microcosme de quelques relations qui sont exceptionnelles certes... mais du coup, revers de la médaille, te fragilisent... parce que tu n'as rien d'autre.

Le meilleur remède à l'introversion, ce n'est pas d'avoir une copine merveilleuse avec laquelle on est soi-même, c'est d'oser, c'est de s'ouvrir petit à petit... pour réussir à être soi-même avec plus de gens, et conséquemment, étant moins dépendant, se rendre moins fragile.

Tout donner de soi à quelqu'un, c'est lui donner une responsabilité lourde, très lourde. C'est lui donner une arme qu'il pourra retourner contre toi sans même le vouloir.

C'est un chemin lent de sortir de son petit univers quand on n'a jamais été à l'aise avec l'extérieur... Les déconvenues sont nombreuses.
Mais, c'est, à mon sens, à long terme, la meilleure solution. Sinon, tu risques de répéter ce schéma avec une nouvelle conquête d'ici quelques mois ou quelques années...

En revanche, un mois et une semaine c'est peu pour un évènement qui a cet impact émotionnel. De ce côté-là, je pense que ton ressenti n'est pas exagéré. Il faut du temps pour guérir de ces blessures, mais souvent bien plus d'un mois...
Je te souhaite de tout coeur de trouver une lumière au bout de ce tunnel...
Revenir en haut Aller en bas
lunatic
<



Masculin
Nombre de messages : 14
Age : 23
Localisation : Nord pas de calais
Passion : Informatique
Date d'inscription : 16/12/2012

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Lun 17 Déc 2012, 22:39

C'est en effet exactement ça... je suis dans ma bulle et il n'y a que très peu de personnes qui peuvent y entrer, alors quand la bulle elle même éclate c'est la catastrophe... oui je n'ai jamais été aussi vulnérable que maintenant, un rien peu me détruire encore plus que je ne le suis déjà.

Je le sais bien.. je m'en rends compte maintenant que de la perdre m'ait totalement dévasté, j'ai mis tous les oeufs dans le même panier, mais je n'arrive pas à faire autrement même en le sachant... mais j'ai énormément de difficulté à communiquer avec autrui même quand j'essaye de toutes mes forces, c'est un réel bloquage.

C'est pourquoi cette arme je l'avais donné à quelqu'un des plus inoffensif car je ne pensais pas qu'elle me blesserait avec un jour mais j'ai eu tort et je me suis fait toucher à un point vital... j'aimerais ne pas recommencer le même schéma mais j'ai l'impression que j'ai besoin d'avoir une relation comme celle là, totalement privilégiée.

J'ai peur de sortir de ma bulle, l'extérieur me fait vraiment peur, j'y étais tellement bien durant 4 années... j'aimerais juste pouvoir rester dans cette bulle en allant mieux mais ça ne me semble pas possible...

Oui, je n'avais jamais ressenti un tel choc émotionnel et je pensais que je mettrais moins de temps à m'en remettre mais j'étais loin du compte, je découvre moi même à quel point je suis sensible, et c'est une mauvaise chose quand cette sensibilité m'apporte de la souffrance en très grande quantité...
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Lun 17 Déc 2012, 22:59

Ben moi, personnellement je pense que tu ne sortiras pas de cet état de fragilité sans bosser sur cette "bulle" protectrice... et pernicieuse à la fois.

Tu dois pas t'en vouloir de pas arriver à faire le point là-dessus maintenant, je veux dire, c'est ta façon de fonctionner, tu peux pas arriver au point zéro soudain et être d'une lucidité extraordinaire. Mais prendre conscience qu'il faudrait changer ça, en prendre vraiment conscience, puis commencer, à ton rythme, à agir en conséquence, ça m'a l'air d'être un bon début d'évolution. Pas de précipitation, attention.

Citation :
et c'est une mauvaise chose quand cette sensibilité m'apporte de la souffrance en très grande quantité...
Oui et non... de mon point de vue, la sensibilité, la fragilité et la souffrance sont un signe de santé, dans le sens où on est capable de ressentir, de s'impliquer psychologiquement. Je t'accorde que dans le marasme où tu te trouves ça ne doit pas être évident de voir cette sensibilité et cette souffrance comme quelque chose de positif mais... le temps (encore une fois) peut peut-être faire son oeuvre...

Citation :
j'ai l'impression que j'ai besoin d'avoir une relation comme celle là, totalement privilégiée.
Tu n'es pas obligé de perdre le côté privilégié de certaines relations parce que tu auras ouvert ta bulle. Tu peux très bien vivre à nouveau quelque chose de formidable et d'unique avec une personne formidable et unique, même si tu as plus d'activités et d'amis autour de toi.
Seulement, avec un entourage un peu plus vaste, si ça s'écroule, tu auras des soutiens, tu ne te retrouveras pas à brasser le vide, désespéré, parce qu'il n'y a plus de sol...

Citation :
C'est pourquoi cette arme je l'avais donné à quelqu'un des plus inoffensif car je ne pensais pas qu'elle me blesserait avec un jour mais j'ai eu tort et je me suis fait toucher à un point vital...
J'ai presque envie de dire qu'avec ta fragilité, c'était inévitable... Plus fin est le cristal dont est fait l'objet, plus il est difficile de le garder intact longtemps. Et si c'est une bulle de savon, on ne peut le toucher sans le blesser mortellement. Il faut te renforcer, il faut que la matière dans laquelle tu es fait soit un peu plus résistante...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Mar 18 Déc 2012, 01:13

Tu sais, je pense que ça serait arrivé un jour ou l'autre. Pas la rupture avec ton ex, mais je veux dire, l'éclatement de ta bulle. Tu n'aurais pas pu vivre toute ta vie comme ça.


Poupée a écrit:
Ben moi, personnellement je pense que tu ne sortiras pas de cet état de fragilité sans bosser sur cette "bulle" protectrice... et pernicieuse à la fois.
Je suis d'accord.
Si tu veux te sortir de cette grande souffrance, tu dois travailler sur ta bulle, le pourquoi, le comment tout ça.


lunatic a écrit:
Oui, tu as certainement raison... mais j'ai plus l'impression que c'est le temps qui va me terrasser qu'autre chose, je veux dire par là que chaque journée est plus dure que la précédente... ça ne va pas en s'améliorant.
Parce que pour l'instant, tu ne fais rien pour que ça change. Ce n'est pas que le temps, il faut le temps + les efforts.
(ce n'est pas du tout un reproche hein, tu es en souffrance...)


lunatic a écrit:
Non je ne connais pas le site mais j'irai faire un tour par curiosité.. il y'a peu de chance que je m'en sente capable.
Essaie quand même ? Pour voir ? Crée toi un compte pour commencer ?


lunatic a écrit:
J'ai tenté de recontacter des amis si.. mais ma vie est essentiellement virtuelle, sur les personnes que j'ai recontacté 2 m'ont répondu, l'une est connectée 2 fois par mois, la seconde ne se connecte jamais pour cause de connexion merdique.
Ce sont des gens que tu ne vois jamais irl ?
Et tes "collègues" de bts, tu leur parles un peu ?


lunatic a écrit:
Je vis avec mes parents et je ne passe les fêtes qu'avec eux aussi... ce qui fait un super noël à chaque année... je m'entends relativement bien avec ma famille mais je me sens tellement différent d'eux...
Tu peux parler de ta souffrance avec eux ?


lunatic a écrit:
Je parle de trahison oui, c'est un mot assez fort mais c'est ce que je ressens car ce que nous ressentions était si intense que jamais je n'ai pensé à ce que ça puisse se terminer, à partir de moment où l'on se rend heureux mutuellement je ne comprends pas ce qui fait qu'elle veuille tout arrêter... toutes les promesses et projets faits se sont écroulés en une seconde, c'est cet avenir brisé qui me fait employer ce mot, car elle n'a pas de réelle raison pour les avoir détruit.
Elle dit qu'elle ne m'aimait plus mais ne me reproche absolument rien ,on dirait qu'elle ne sait même pas pourquoi elle même, comme si c'était une maladie qui était passé dans notre couple et y avait mis fin sans raison... ce qui ne m'aide pas à accepter la situation !
C'est sûr que ça n'aide pas. Mais tu ne peux pas lui en vouloir pour autant. Elle ne t'aime plus, c'est tout, c'est largement suffisant comme raison, elle n'a pas besoin de te reprocher quelque chose de précis.
Ce couple que tu idéalises était peut être un peu à sens unique à la fin de votre histoire, il faut que tu arrêtes de penser que tout était merveilleux, car ce n'était pas le cas, sinon elle ne serait pas partie.
(je ne dis pas tout ça pour remuer le couteau dans la plaie, mais ce n'est pas en l'idéalisant que tu t'en remettras)


lunatic a écrit:
j'aimerais ne pas recommencer le même schéma mais j'ai l'impression que j'ai besoin d'avoir une relation comme celle là, totalement privilégiée.
C'est une erreur de penser comme ça je pense, parce que ça veut dire que tout ton confort dépend d'une personne autre que toi. Et le jour où cette personne s'en va, ou te fait du mal, ou n'est pas à la hauteur, tu n'as plus rien !
Il ne faut jamais mettre son bonheur dans les mains de quelqu'un d'autre que soi à mon avis.
Compte sur toi même !
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Mar 18 Déc 2012, 01:24

Citation :
Il ne faut jamais mettre son bonheur dans les mains de quelqu'un d'autre que soi à mon avis.
Compte sur toi même !

Et j'ajouterai... c'est là qu'une aide inattendue pourra arriver...

Mais il ne faut jamais le calculer ou l'anticiper, ce soutien d'autrui, il ne ressemble jamais à ce qu'on attendait, et ne va jamais dans le sens qu'on aurait voulu.
Je n'ajoutais ça que pour nuancer : ne t'en fais pas, l'importance de l'autre finit toujours par revenir, de mon expérience... On n'est pas tout seul. Seulement il ne faut pas prétendre connaître cette aide providentielle, ni savoir quand et sous quelle forme elle arrivera.

La première chose à faire est en effet d'apprendre à compter sur soi-même. Le reste viendra en son temps.

Cet avis n'engage que moi. Mais même si je le nuance le conseil final reste celui de Briséïs : ne pas attendre le soutien de quelqu'un d'autre. Ne pas l'attendre...
Revenir en haut Aller en bas
lunatic
<



Masculin
Nombre de messages : 14
Age : 23
Localisation : Nord pas de calais
Passion : Informatique
Date d'inscription : 16/12/2012

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Mar 18 Déc 2012, 19:13

Je suis assez content d'être quelqu'un de sensible, je n'aime pas que les gens soient sans coeur.. mais j'en paie le prix fort lorsque je vais mal.

J'ai clairement besoin de nouveaux piliers car seul je chavire facilement et il n'y a personne pour me rattraper.

Oui, mais mon problème est plus profond que ça ... ma bulle a créé une très forte dépendance affective dont je n'arrive pas à me libérer, et si je me suis créé cette bulle c'est car je n'ai aucune confiance en moi et je ne m'aime pas alors je ne fais que m'isoler sans arrêt. Je me sens tellement différent des autres personnes que je ne ressens pas l'envie de me rapprocher d'eux mais par contre j'en ressens le besoin à mon grand regret ,et je pense que c'est inévitable pour aller mieux. C'est d'autant plus dur que qu'elle était tout autant différentes des autres personnes et qu'on se ressemblait beaucoup sur ce point là, comme si elle était la seule à pouvoir me rendre heureux.
Je ne supporte pas le fait de ne rien contrôler et de devoir m'obliger à faire des choses qui ne me plaisent pas... le fait que mon cerveau aille bien mais que mon corps se met à trembler à angoisser fortement.

J'ai fait un tour sur le site et je trouve ça assez effrayant de rencontrer des gens totalement inconnus avec mon caractère, mais si ça se fait j'essayerai sûrement durant les vacances à venir, ça me fera une journée de solitude en moins.

Toutes les personnes qui ont compté le plus pour moi dans ma vie, mes anciens amis, sont des gens que je n'ai jamais vu. En gros je peux clairement dire que je n'ai jamais eu de réel ami irl, juste des copains avec qui rire de mon coeur.
C'est un peu comme si je découvrais un nouveau monde, et ça fait que j'ai énormément de mal à communiquer à l'oral car je ne communique que par écris depuis toujours via le net, il faut que je sois sacrément en confiance pour voir le vrai moi apparaître au grand jour.

J'ai 2 personnes avec qui je m'entends très bien dans ma classe, je leur ai parlé du trop plein de souffrance que j'avais mais je me sens ni soutenu ni compris, donc non je n'essaye plus de leur en parler et quand je vais mal je le dissimule et je m'isole.
Le matin est juste atroce, tous les matins je sors d'un rêve avec elle et je suis terriblement angoissé, je n'ai personne à qui parler alors je prends sur moi toute la matinée et je ressasse tout ce qui me torture mentalement, sans pouvoir l'exprimer jusqu'au soir.

En ce qui concerne ma famille je ne leur parle presque pas de ce que je ressens, de temps en temps et si je vais vraiment mal je passe un coup de fil à l'une de mes soeur.
Je parle à mon cousin et je m'entends bien avec lui mais il est du genre très morbide et c'est assez effrayant de lui en parler... mais je n'arrive pas à communiquer ma souffrance à mon entourage, je n'ai appelé personne depuis plus d'une semaine et dieu sait qu'elle a été difficile pour moi.

Je sais que je ne peux pas en vouloir à mon ex... mais je cherche à me protéger derrière diverses émotions comme la colère. Je m'en rends compte oui que ça ne devait pas être si merveilleux que ça pour elle et je n'ai rien vu du tout, après 4 ans je ne pensais pas que cela puisse se produire.
Ce qui est atroce c'est que la personne qui comprend le mieux que ce que je ressens et qui m'aide le plus c'est elle (quand elle le veut... car elle prend de plus en plus ses distances)
Je ne sais d'ailleurs pas trop si je dois continuer à lui parler... je ne souhaite pas perdre quelqu'un qui a eu cette importance dans ma vie, je ressens un fort besoin de lui parler, quand je lui parle ça me soulage sur le moment mais ça me torture lorsque je suis de nouveau seul ...

Je ne souhaite pas remettre mon bonheur dans les mains d'autrui, mais le fait que je ne m'aime pas fait que je ne vis qu'au travers des yeux d'une autre personne qui compte énormément pour moi, c'est pourquoi lorsque je suis seul je vais si mal. Mais je ne sais pas comment changer ça, je ne vis même pas pour moi même à vrai dire...
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Mar 18 Déc 2012, 22:37

Citation :
Oui, mais mon problème est plus profond que ça ... ma bulle a créé une très forte dépendance affective dont je n'arrive pas à me libérer, et si je me suis créé cette bulle c'est car je n'ai aucune confiance en moi et je ne m'aime pas alors je ne fais que m'isoler sans arrêt. Je me sens tellement différent des autres personnes que je ne ressens pas l'envie de me rapprocher d'eux mais par contre j'en ressens le besoin à mon grand regret ,et je pense que c'est inévitable pour aller mieux.

Du coup tu veux faire quoi, là, concrètement, maintenant que tu as posé le constat?

Citation :
Je me sens tellement différent des autres personnes que je ne ressens pas l'envie de me rapprocher d'eux
Il est tout à fait possible que tu sois effectivement différent. Ca me fait spontanément penser à la douance, rapport à mon propre vécu... Une façon de vivre, de comprendre les choses qui est différente du commun. Mais qu'il s'agisse vraiment de ça ou pas - il y a bien des façons d'être différent des autres, au fond - ça n'est peut-être pas le plus important.
Il faut se demander si cette différence doit t'empêcher d'avoir des relations avec les gens... Ou si elle t'empêchera juste d'avoir des relations "poussées"... Voir, selon la façon dont tu le ressens, au cas par cas, comment tu peux ajuster tes relations avec chacun, sans forcément mettre un barrage et rien du tout, non?
Quelques relations de courtoisie, même si elles ne répondent pas tout de suite à tes attentes, c'est mieux que rien. Ne pas être trop pressé, ne pas vouloir dans l'immédiat quelqu'un qui nous comprenne complètement, qui nous corresponde, à qui on puisse se confier... Il faut commencer doucement, à mon avis.

Citation :
le fait que mon cerveau aille bien mais que mon corps se met à trembler à angoisser fortement.
Je ne comprends pas très bien de quoi tu parles, à cet endroit-là... Fais-tu allusion à une situation particulière? En tout cas ce descriptif ne me donne pas l'impression que le cerveau aille si bien justement...

Citation :
Je ne supporte pas le fait de ne rien contrôler et de devoir m'obliger à faire des choses qui ne me plaisent pas...
La nouveauté est une épreuve pour tout le monde, tôt ou tard. Reste à savoir quand et comment on doit se l'infliger, et être capable de le faire le moment venu. Tu ne crois pas que le moment est proche? Cela dit, si tu as besoin d'un temps de préparation, prends-le. Mais qu'il ne serve pas de prolongations infinies...

Citation :
Ce qui est atroce c'est que la personne qui comprend le mieux que ce que je ressens et qui m'aide le plus c'est elle (quand elle le veut... car elle prend de plus en plus ses distances)
Je ne sais d'ailleurs pas trop si je dois continuer à lui parler... je ne souhaite pas perdre quelqu'un qui a eu cette importance dans ma vie, je ressens un fort besoin de lui parler, quand je lui parle ça me soulage sur le moment mais ça me torture lorsque je suis de nouveau seul ...
J'ai l'impression d'un piétinement en rond qui te fait souffrir, parce que tu fais perdurer le lien avec elle, là. Je crains qu'un éloignement ne soit bénéfique.
Rassure-toi, bien des éloignements nécessaires et douloureux dans la vie peuvent se révéler avoir été temporaires...
Revenir en haut Aller en bas
Clown




Féminin
Nombre de messages : 1051
Age : 25
Date d'inscription : 15/07/2009

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Mer 19 Déc 2012, 08:38

Ta bulle si protectrice n'est t-elle pas étouffante ? Pour toi et pour tes proches ? En effet, tu leurs donnes énormément d'importance et j'en suis sure énormément d'amour. Mais cette bulle dans un sens elle peut les étouffer; Si tu n'as qu'elle je me demandes quel équilibre vous avez, et pour elle (même si tu ne lui demandes rien) elle doit sentir cette dépendance, cette responsabilité...

Et même pour toi. Tu te protèges du monde extérieur. Je pense que le monde extérieur t'effraye. Car c'est l'inconnu, ca peut entrainer de la souffrance et ca te rappelle peut être des anciennes souffrances ?

La bulle, la dépendance ca impacte énormément tes relations. Il faut que tu réussisses à te tenir debout "seul" avec l'aide des autres mais sans dépendre des autres. Sans t'appuyer totalement sur une seule personne. Le jour où la personne s'en va c'est comme si tu perdais la canne qui te maintenais debout : tu tombes.

Je pense que cette rupture est le commencement d'un long travail pour toi et sur toi. Ce travail est loin d'être facile mais il est très important. C'est important pour ton avenir, pour permettre un certain équilibre dans tes prochaines relations.

Tout ne va pas se faire en un jour. Mais petit à petit et étape par étape. Et pour commencer, tu peux parler ici on essayera de t'aider à avancer. Les amis IRL et les relations amoureuses ca ne reviendra peut être qu'après. Mais c'est un chemin, il faut pas aller trop vite.

Bon courage :)
Revenir en haut Aller en bas
lunatic
<



Masculin
Nombre de messages : 14
Age : 23
Localisation : Nord pas de calais
Passion : Informatique
Date d'inscription : 16/12/2012

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Mer 19 Déc 2012, 16:03

Ce que j'aimerais faire c'est continuer d'être un solitaire tout en allant bien mais j'ai l'impression que ça ne fonctionne pas comme ça... car les autres m'ennuient et j'aime être seul mais je ressens le besoin d'être avec autrui sinon je vais mal. C'est contradictoire et c'est pour cela que je me sens perdu, j'en viens même à confondre mes envies et mes besoins, c'est assez mélangé dans ma tête à vrai dire...

Je suis différent des autres mais il doit bien y avoir d'autres personnes qui me ressemblent, j'attends juste de les rencontrer et surtout d'espérer les reconnaître.

C'est vrai que j'ai tendance à me forcer à trouver rapidement quelqu'un qui puisse me soutenir pleinement car j'ai cette (fausse?) impression que seul je ne m'en sortirai jamais.

J'essayais d'expliquer dans le précédent message que des fois je vais bien, (ou je pense aller bien) et que pourtant je ressens une très forte angoisse, un gros stress, le coeur qui bat à toute vitesse sans raison particulière, comme si la souffrance se manifestait de façon physique, toute seule, c'est assez étrange et très désagréable...

Oui je pense que le moment est proche pour que je fasse de nouvelles choses de ma vie, mais je ne pense pas être prêt... j'ai comme l'impression qu'il y'a un gigantesque mur transparent devant moi lorsque je veux m'essayer à de nouvelles choses, je n'aime pas le changement et j'en ai même peur.

Je pense aussi que de lui parler le moins possible me serait bénéfique... mais à long terme, pas à court terme. De toute façon ce n'est pas comme si j'avais vraiment le choix elle m'évite un maximum et vient prendre de mes nouvelles de temps en temps pour voir où j'en suis..., elle a compris bien avant moi que le fait qu'elle reste dans ma vie était plus une torture qu'autre chose.

Je ne pense pas que ma bulle soit étouffante non car les personnes qui ont le droit de rentrer dans ma bulle sont des personnes avec qui je m'entends très bien et qui ressentent autant que moi le besoin de se parler l'un à l'autre.
Pour ce qui est de mon ex je pense que le même phénomène s'était créé c'était une dépendance affective mutuelle c'est pourquoi il n'y avait pas d'étouffement, mais elle est sortie de sa bulle je ne sais trop quand ni comment. Désormais, cette dépendance est à sens unique donc oui ça l'étouffe, je le comprends très bien... c'est pourquoi je cherche à me défaire des dépendances que je crée si facilement.

J'ai toujours souffert du monde extérieur, des gens si différents de moi, de leur cruauté que j'ai subis pendant plusieurs années à l'école c'est pourquoi je me suis créé cette bulle, je pense que c'est plus les gens que l'inconnu qui me font peur...

J'essaie de me débrouiller seul, je suis le seul à détenir la solution, mais je n'ai jamais fonctionné comme ça donc j'apprends à marcher en quelque sorte...
Mais je pense que ce qui m'empêche le plus d'avancer est ce manque de confiance en moi titanesque.
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Mer 19 Déc 2012, 18:57

Citation :
Ce que j'aimerais faire c'est continuer d'être un solitaire tout en allant bien mais j'ai l'impression que ça ne fonctionne pas comme ça... car les autres m'ennuient et j'aime être seul mais je ressens le besoin d'être avec autrui sinon je vais mal.
Pour te rassurer - mais je sais pas vraiment si c'est rassurant... - tu es loin d'être le seul. A des degrés divers et de façons différentes, je crois que chaque membre de l'humanité est tiraillé entre ces deux nécessités, celle de la solitude et celle de la compagnie. Je dirais qu'en ce moment tu souffres d'un déséquilibre : un peu trop de solitude...

Citation :
C'est vrai que j'ai tendance à me forcer à trouver rapidement quelqu'un qui puisse me soutenir pleinement car j'ai cette (fausse?) impression que seul je ne m'en sortirai jamais.
Fausse, personnellement je le crois. Dans mon histoire, j'ai vraiment commencé à me reprendre en main quand j'ai réalisé que le type fantastique, providentiel, qui traverse toutes les épreuves avec toi et qui comprend tout, il existe que dans les films américains.
Il ne viendra pas dans la vie. Il n'existe pas. Tu es la personne qui connaisse le plus intimement ton problème, tu es le seul à avoir la solution. N'attends plus.

Citation :
J'ai toujours souffert du monde extérieur, des gens si différents de moi, de leur cruauté que j'ai subis pendant plusieurs années à l'école c'est pourquoi je me suis créé cette bulle, je pense que c'est plus les gens que l'inconnu qui me font peur...
A tout hasard, tu as déjà parlé de ce lourd passé à un psy?

Citation :
J'essayais d'expliquer dans le précédent message que des fois je vais bien, (ou je pense aller bien) et que pourtant je ressens une très forte angoisse, un gros stress, le coeur qui bat à toute vitesse sans raison particulière, comme si la souffrance se manifestait de façon physique, toute seule, c'est assez étrange et très désagréable...
Tout est dans le "je pense" aller bien. Visiblement une partie de toi est forte pour maintenir le cap et garder un certain équilibre, mais derrière d'autres parties de toi qui n'ont pas une voix aussi claire dans ta conscience manifestent leur mal-être autrement... Ce serait bien que ces parties qui vont mal aient droit à la parole, dans ta conscience... Sinon elles continueront de s'exprimer par ce biais.
Je ne dis pas que c'est facile hein...

Citation :
Je pense aussi que de lui parler le moins possible me serait bénéfique... mais à long terme, pas à court terme. De toute façon ce n'est pas comme si j'avais vraiment le choix elle m'évite un maximum et vient prendre de mes nouvelles de temps en temps pour voir où j'en suis..., elle a compris bien avant moi que le fait qu'elle reste dans ma vie était plus une torture qu'autre chose.
Les éloignements forcés sont des étapes fréquentes au cours d'une vie... Si tu sais que c'est nécessaire, même si ça te fait souffrir, et bien ça l'est. Ne pense pas aux retrouvailles maintenant, ce serait trop tôt, mais sache que même après 2 ans, 3 ans... ça peut arriver.
Revenir en haut Aller en bas
lunatic
<



Masculin
Nombre de messages : 14
Age : 23
Localisation : Nord pas de calais
Passion : Informatique
Date d'inscription : 16/12/2012

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Ven 21 Déc 2012, 21:35

Oui c'est rassurant de savoir que je ne suis pas seul, je sais que j'ai ma famille et que je peux toujours essayer de trouver du monde qui m'écouteront sur le net comme je le fais en ce moment, mais ça ne m'empêche pas d'aller mal.

En effet j'ai un trop plein de solitude qui me fait souffrir mais je ne comprends pas car lorsque je suis avec des gens, en général je suis normal et ensuite je passe en mode je n'ai plus envie de communiquer et je ne vais faire que répondre le strict minimum car je n'en ai plus envie tout en me forçant car je suis poli tout de même, encore une fois c'est un changement d'humeur sur le court terme... et je n'en ai pas trouvé la raison, si raison il y a.

Je suis malheureusement pour moi persuadé que cette "personne fantastique qui traverse toutes les épreuves avec toi" existe et je continuerai à chercher, mais je sais que je dois me débrouiller seul et que je suis le seul à avoir les solutions.

Bien entendu j'ai déjà vu un certain nombre de psys, il y'a 5 ans je suis resté presque un an avec le même psy, mais j'avais l'impression que les conseils étaient inutiles, qu'il était totalement à côté de la plaque alors je ne disais pas tout, en gros j'en ai vu plusieurs mais je n'ai jamais eu de bonnes expériences...

Le dernier que j'ai vu il y'a une semaine 2 semaines était le pire... il était tout ce que je détestais, avec un air suffisant, il ne faisait rien pour me mettre à l'aise, hors quand je ne suis pas à l'aise j'ai un mal fou à communiquer à l'oral, alors je pataugeais tout seul en tentant de lui expliquer très maladroitement... Il s'exprimait avec un langage philosophique et presque soutenu alors je peinais à comprendre et lorsque je lui demandais de répéter car je n'avais pas saisi le sens de ses réflexions, il me disait que ça ne servait à rien car je ne comprendrais pas de toute façon, comme si j'étais trop con, ce qui m'a blessé, il a dit plusieurs autres trucs qui m'ont blessé donc je n'avais aucune envie de le revoir, j'étais même en colère (intérieurement) à la fin de la séance.

Hum, je pense bien que les éloignements forcés ne seront pas mon fort alors... Je tente de moins lui parler mais je ne peux pas m'en empêcher dès que j'en ai l'occasion... et je le regrette au moment même où la conversation débute.
Je vais de nouveau essayer, mais c'est tellement dur de s'éloigner de la seule personne qui compte réellement pour moi alors qu'elle me donne de temps en temps la possibilité de communiquer avec...
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Ven 21 Déc 2012, 23:14

Citation :
lorsque je suis avec des gens, en général je suis normal et ensuite je passe en mode je n'ai plus envie de communiquer et je ne vais faire que répondre le strict minimum car je n'en ai plus envie tout en me forçant car je suis poli tout de même, encore une fois c'est un changement d'humeur sur le court terme... et je n'en ai pas trouvé la raison, si raison il y a.
Moi je trouve ça normal, surtout si tu n'as pas l'habitude... Faut pas se forcer à rester trop avec les gens, hein, parfois ils sont réellement cons, c'est pas forcément toi le problème ^^ ... Et bon, plus souvent, c'est juste ta fatigue, ta capacité à supporter... Même si personne a rien fait, c'est comme ça.Ben dans ce cas-là, je te conseillerais de trouver une excuse pour t'éloigner et te ressourcer "seul avec toi-même". Ensuite laisse passer du temps, et reviens en mode social quand tu seras prêt.
Faut éviter d'aller plus vite que son propre rythme. ^^
Par contre, fais-le, d'avoir des contacts sociaux... Ca c'est bon pour toi, même par petits palliers, je pense.

Pour les psys, les personnes que je connais qui ont pu progresser grâce à un représentant de cette profession sont unanimes : il faut trouver le bon. Tu tomberas toujours sur certains avec qui ça passe mal, voir sur des psys dont la méthode sera tellement inadaptée que ce seront juste... well, des boulets pour toi (voire le dernier dont tu parlais, qui donne envie, de loin, à te lire, de lui jeter un petit rocher dans la face, rien de bien méchant).
Bref, il faut pas désespérer, apparemment, tu peux finir par trouver "le bon". Un avec qui tu seras à l'aise, qui te correspondra... Je suis désolée mais mon expérience ne me permet pas de te donner de conseil plus précis...

Citation :
Je vais de nouveau essayer, mais c'est tellement dur de s'éloigner de la seule personne qui compte réellement pour moi alors qu'elle me donne de temps en temps la possibilité de communiquer avec...
A te lire, je rebrousse chemin. Peut-être que je t'ai mal compris, mais t'infliger une douleur doublée d'une solitude pareille sans une raison très solide... soudain ça ne me semble pas approprié.
Ne peut-on pas trouver un compromis? Lui parler moins, te limiter à un certain temps, un certain jour de la semaine? Quelque chose comme ça?
Revenir en haut Aller en bas
lunatic
<



Masculin
Nombre de messages : 14
Age : 23
Localisation : Nord pas de calais
Passion : Informatique
Date d'inscription : 16/12/2012

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Dim 23 Déc 2012, 01:12

Non mais quand j'évoquais le fait que je n'ai plus envie de parler au milieu d'une conversation je parle de gens avec qui je m'entends très bien dans ma classe... je ne suis pas foutu de tenir une conversation avec un inconnu ou une connaissance.
C'est vrai je pourrais m'isoler... mais je fais tout pour pas passer pour le bizarre, le fait de s'isoler est assez étrange si je semblais aller bien 3 minutes avant.
Oui je fais un peu de social car de toute façon j'en ressens le besoin.. mais je m'en lasse vite.

C'est chiant de devoir essayer des psys différents afin de trouver le bon... ça m'oblige à répéter toujours les mêmes choses encore et encore.
Je confirme je lui aurais bien balancé quelque chose dans la face ... j'aurais dû même ^^

C'est vrai que ça soulage un peu ma solitude de pouvoir lui parler de temps en temps même si c'est assez rare.
Je vais essayer mais ça reste difficile de résister, et elle vient de m'annoncer qu'elle ne serait pas là avant un moment à cause des fêtes... et ça m'a déprimé alors que j'essaye désespérément m'éloigner d'elle justement.

Désolé je suis pas inspiré pour ce message je suis blasé... je suis justement en mode j'ai pas envie de parler et ça se ressent à l'écrit, tant pis
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Dim 23 Déc 2012, 08:02

Pas grave, prends ton temps!

Jamais vouloir être parfait tout de suite, jamais être trop pressé! ^^

Je comprends que t'aies pas envie d'être "bizarre", mais ça peut valoir le coup de faire passer quelques bizarreries pour évoluer en douceur sans se forcer. J'ai une amie qui a eu le genre d'épisode à la "laissez-moi en paix", je l'ai parfaitement accepté et je pense que c'était mieux pour elle...
Revenir en haut Aller en bas
lunatic
<



Masculin
Nombre de messages : 14
Age : 23
Localisation : Nord pas de calais
Passion : Informatique
Date d'inscription : 16/12/2012

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Dim 23 Déc 2012, 11:05

Génial je viens de fermer la fenêtre sans faire exprès je dois tout retaper... fichu ctrl + w

Prendre mon temps... c'est vraiment quelque chose que je n'arrive pas à faire, car j'ai le sentiment que plus j'attends plus la situation va empirer.

Il y a aussi des situations à venir qui me font sentir obligé d'avancer rapidement, comme par exemple dès Janvier j'ai un projet de 6 mois à faire par groupe de 4 en lien avec mon BTS, malheureusement je suis le meilleur du groupe et ils vont tout reposer sur moi, mais j'ai tout sauf une âme de leader.

Je suis dans mon groupe avec la personne que je déteste le plus dans la classe, ils nous avaient donné un bout de papier où l'on marque le nom de deux personnes avec qui on ne veut surtout pas être, j'ai été gentil et je n'en ai mis que un seul et j'ai eu le bonheur de tomber dessus en projet, je vais devoir me coltiner le boulet qui est têtu comme une mule qui pense qu'il a toujours raison avec un air suffisant et sûr de lui alors qu'il est aussi le plus faible de la classe, ce qui est terriblement irritant... sachant que les groupes ne sont pas faits au hasard, je trouve ça très moyen de la part des professeurs d'avoir fait ça, je vais donc devoir m'imposer(ce qui n'est vraiment pas simple pour moi) ainsi que mon avis car ce personnage n'a que des idées de merde et je ne le laisserai pas foirer le projet.

Pour preuve je suis tombé avec lui en groupe de 4 il y'a un mois en français, j'avais proposé un plan très construit (je suis bon en français aussi) et on avait commencé à le remplir, le travail s'effectuait sur deux semaines. La semaine suivante c'est la semaine où elle m'a laissé j'allais vraiment mal et je n'étais pas en état de travailler, je les ai laisser faire et monsieur a cru bon de revoir tout le plan. Résultat : La plus mauvaise note de la classe et c'était marqué en gros qu'il n'y avait aucun plan et que c'était hyper fouillis, bref je ne le supporte pas.

Dès janvier nous allons avoir un oral individuel par semaine sur le projet... et c'est ça qui me force à aller mieux rapidement car si je vais mal et qu'en plus je n'ai aucune confiance en moi ça va être la catastrophe.
Durant les oraux je suis tremblant, mon corps comme ma voix, le stress me fait oublier tout ce que je suis censé dire, il me bouffe littéralement, alors un par semaine... mon dieu.

Je pense que la clé à tous mes problèmes est la confiance en moi, elle est extrêmement faible, elle me bloque dans tous les domaines, que ce soit socialement, professionnellement, ou même lorsque je fais quelque chose pour moi j'ai toujours l'impression de mal le faire même si j'ai réussi... J'ai sans cessé un mur invisible qui me bloque dans chacune de mes actions, je suis dans des sables mouvants et au lieu de me débattre pour m'accrocher à un bout de bois qui est proche je reste passif et je ne commence à réagir que lorsque le sable me rentre dans la bouche.
Je ne sais pas comment prendre confiance en moi mais je n'en peux plus d'être tout le temps stressé peu importe ce que je fais, je suis même stressé de parler avec mes soeurs que je vois souvent...

Aujourd'hui il y aura mes soeurs et mes cousins toute la journée je vais devoir être sociable, ça me fait peur alors que je m'entends bien avec et ils sont gentils, encore une fois je stress, pour un repas de famille... alors comment ne pas stresser en dehors de chez moi avec des personnes que je ne connais que peu ?

Je vais essayer d'accepter de passer pour un bizarre de temps en temps... mais j'ai juste peur que ça éloigne plus les gens de moi qu'ils ne le sont déjà.

Désolé, je me suis un peu emballé et j'ai raconté ma vie... mais je pense que j'ai besoin d'un peu plus de concret pour continuer à avancer. Merci grandement de m'aider et de répondre aussi rapidement Poupée Subversive.
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Ven 11 Jan 2013, 19:07

Citation :
Prendre mon temps... c'est vraiment quelque chose que je n'arrive pas à faire, car j'ai le sentiment que plus j'attends plus la situation va empirer.
Ba justement ptêt bien que parfois tu te précipites trop et que tu ne prends pas le temps du recul... L'action est bénéfique, l'attente aussi, selon mon point de vue!

Ca s'est passé comment le projet depuis la rentrée? Tu arrives à argumenter contre le type qui t'insupporte quand il fait des choses contre-productives?

L'oral c'est bientôt? Faut y aller à la bravache, en mode jvais dire de la merde mais ce sera calmement, les yeux dans les yeux monsieur. Chaque fois que j'ai fait comme ça perso j'ai sauvé quelques meubles ^^

Tu saurais dire pourquoi t'es aussi stressé, d'où ça vient? (et aussi... perfectionniste, j'ai l'impression?)

Sinon ba dsl d'avoir un peu laissé tout ça en friche, fais signe si tu repasses pour lire! Bonne chance à toi pour la suite! smile
Revenir en haut Aller en bas
lunatic
<



Masculin
Nombre de messages : 14
Age : 23
Localisation : Nord pas de calais
Passion : Informatique
Date d'inscription : 16/12/2012

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Mer 16 Jan 2013, 17:27

J'ai beau vouloir prendre mon temps il y a bien des moments présents où je me sens très mal et ils sont difficiles à passer outre...

Comme maintenant, je vais mal... je perds pieds, je perds goûts à tout, je ne fais que subir la vie... Le fait d'être seul me détruit petit à petit, je suis incapable d'aller bien sans avoir de relations sociales constantes, ce qui veut dire que si je veux m'occuper en lisant ou en regardant un film j'en suis incapable car peu de temps après le fait d'être seul me détruit...
Mais personne ne peut avoir des relations sociales constantes, surtout que je n'ai pas le caractère fait pour...

Le projet depuis la rentrée... moyennement bien, ma motivation est enterrée mais j'essaye de me forcer à bosser quand même, celle de mes collègues aussi mais eux ne font rien et je déteste le fait de devoir réfléchir en équipe surtout avec un boulet au pied qui est l'autre gars insupportable.
J'essaye mais j'ai bien du mal à argumenter contre lui, généralement je n'ose pas, sauf si ça va vraiment dans la sens inverse du mien.

L'oral est pour demain, le carnage aussi. On verra comment ça se passera mais je le sens assez mal... j'ai pas la tête à ça malheureusement pour moi.

Le fait que je sois aussi stressé vient du fait que j'ai une peur effroyable de l’échec même sur des choses que je maîtrise, alors lorsque je maîtrise moins ou pas du tout, le stress décolle. Sachant que le fait d'avoir une discussion orale un peu poussée fait parti des choses que je ne considère pas maîtriser, alors je stresse constamment.

Je reconnais que le temps de réponse du dernier message a jeté un froid, mais bon j'ai fait avec...
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Mer 16 Jan 2013, 18:10

Ba écoute, pour faire bref sans être trop déplaisante, parce que je comprends aussi ta déception devant mon temps de réponse, j'ai aussi ma vie.
J'aime être d'un secours pour ceux qui sont en besoin et je trouverai ça vraiment bien que tu ailles mieux, mais j'ai fait le choix de pas me consacrer à ça exclusivement, voilà. C'est pas un reproche ni rien, hein, je te comprends, c'est juste pour ne pas que tu voies tout arrêt de mes réponses forcément comme un abandon. Ca peut arriver.

Citation :
J'ai beau vouloir prendre mon temps il y a bien des moments présents où je me sens très mal et ils sont difficiles à passer outre...

Comme maintenant, je vais mal... je perds pieds, je perds goûts à tout, je ne fais que subir la vie... Le fait d'être seul me détruit petit à petit, je suis incapable d'aller bien sans avoir de relations sociales constantes, ce qui veut dire que si je veux m'occuper en lisant ou en regardant un film j'en suis incapable car peu de temps après le fait d'être seul me détruit...
Mais personne ne peut avoir des relations sociales constantes, surtout que je n'ai pas le caractère fait pour...

Ah mais je dis pas qu'en prenant ton temps il n'y a pas des moments où ça va très mal. Et il ne faut surtout pas passer outre ou se forcer à aller bien, il faut les reconnaître comme tels.
Mais reconnais que même si tu prends pas ton temps et que tu essaies d'aller "trop vite" selon mon jugement, tu ne t'épargnes pas ces mauvaises passes. Donc dans l'absolu, rien ne prouve qu'il soit plus efficace d'aller plus vite.
Peut-être que ça rassure à court terme parce que tu fais quelque chose, tu as l'impression d'agir, mais est-ce profitable à long terme?

Je parle d'expérience, je dis pas ça non plus complètement dans le vent, au hasard. J'ai parcouru de nombreuses crises personnelles, et je sais maintenant, avec le vécu que j'en ai, que vouloir m'en débarrasser trop vite n'a fait que les empirer, et que j'ai vraiment commencé à reprendre pied quand j'ai vraiment complètement compris ce que "prendre le temps" voulait dire. Ca fait que même si j'ai parfois de petits pics de crise, ceux-ci ne m'inquiètent pas en-dehors de leur durée et je peux dire que globalement, je me suis remise à flot.
Après si ça te parle pas, ça te parle pas. Clairement, je ne peux pas te forcer.

Pour les relations sociales, tu parles de "relations sociales constantes", ça veut dire quoi, combien de fois par jour ou combien de jours par semaine? Quel type de relation? Discussion, sorties, jeux? Combien de personnes? Tout ça est très, très variable et du coup j'ai du mal à cerner.
Tu peux faire cohabiter relations sociales et solitude. J'ai vu personne de la journée et je m'en porte pas mal. Je verrais personne de la semaine, ça irait clairement moins bien.
Tu cherches la compagnie de qui finalement? Peut-être que c'est là que la bât blesse? Si tu ne sais pas vraiment, tu risques de chercher l'amitié d'un peu tout le monde indistinctement, et franchement c'est pas une très bonne idée, c'est souvent un peu insipide...

Pour ton projet, j'ai comme l'impression que c'est pas trop le moment. A mon avis et telles que tu présentes les choses, tu ne pourras pas t'en sortir brillamment. Tu ne vas pas bien, tu n'as pas réussi à faire ce que tu voulais comme tu voulais... Bon. C'est pas pour autant la fin de tout.
Déjà, fais ce que tu peux et sauve les meubles à partir de ce que t'as fait jusque-là. T'as quand même un peu de fond sur lequel t'appuyer il me semble. Essaie de pas te noyer dans ta panique et ton stress. Respire un peu. T'es loin d'être con, loin d'avoir rien fait.
Alors, au pire tu te chies ton oral. Et après? Rien n'est rattrapable? Vraiment?
Ok tu maîtrises pas. Mais t'as pas le choix. On va pas te mettre au pilori pour autant. Alors certes dans un premier temps ça risque d'être horrible, la blessure personnelle, l'humiliation de passer devant les autres, l'envie de pas être jugé, l'impression de pas être reconnu à sa juste valeur, etc. Ouais c'est pas drôle, vraiment. Ca va sans doute te foutre un froid pendant un moment. On le sait tous, je le sais, tout le monde a vécu ce genre de truc, et je nierai pas que c'est pénible. Franchement je compatis.
Mais après, quand tu auras la tête plus froide, tu pourras voir que tout n'est pas fini. De la marge de manoeuvre, t'en as encore. Tu peux te reprendre, mieux te préparer pour la suite, au pire parler de tout ça à tes profs, utiliser des méthodes de développement personnel, de sophrologie, plein de petits trucs pour régler les coups de stress au coup par coup... Bref, t'as de quoi faire.
Et tu n'as pas un pistolet sur la tempe. Quoiqu'il arrive dans ta vie, tu peux toujours te reprendre, changer de cap, te réorienter, voire changer de lieu de vie... Bref. C'est pas la fin du monde.
Et je te souhaite bonne chance quand même!! blush
Revenir en haut Aller en bas
lunatic
<



Masculin
Nombre de messages : 14
Age : 23
Localisation : Nord pas de calais
Passion : Informatique
Date d'inscription : 16/12/2012

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Jeu 25 Avr 2013, 08:13

Je reconnais que j'avais assez mal pris le temps de réponse de la dernière fois et je m'en excuse, tout comme je m'excuse d'être parti du sujet sans rien dire...
Le fait d'aller mal me fait généralement penser, dire ou faire des choses qui ne me passeraient pas par l'esprit en temps normal.

Le fait de vouloir aller plus vite est justement car j'ai hâte de me débarrasser de mes problèmes mais ça ne fonctionne pas comme ça.
J'ai du mal à me projeter à long terme je cherche généralement des solutions à court terme c'est vrai, ce que je désire généralement c'est d'aller bien dans l'immédiat et je ne me pose pas la question de ce qu'il en sera le lendemain.

Ce que j'appelais relation sociale constante c'est constamment, donc permanentes en fait, je doute que ça se dise.

Pour ce qui est de mon projet de mes oraux ça se passe étonnamment bien, je suis juste du genre à m'angoisser 100 fois trop.

Je réponds rapidement car j'aimerais exposer la suite de mon problème qui a changé mais n'en est pas moins insupportable...
Je ne le fais pas directement car je tenais à m'excuser tout d'abord.

Merci de m'avoir soutenu jusque là Poupée Subversive.
Entre temps j'avais réussi à aller mieux et je dois admettre que le fait d'avoir des réponses rapides et efficace de ta part m'avaient bien aidé.
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Jeu 25 Avr 2013, 09:08

Cool!

Contente que t'aies un peu progressé et que ça t'ait été utile ce topic, finalement c'est rassurant ^^

Citation :
Le fait de vouloir aller plus vite est justement car j'ai hâte de me débarrasser de mes problèmes mais ça ne fonctionne pas comme ça.

Mais je comprends tu sais... Si je te dis que ça ne fonctionne pas comme ça avec autant d'assurance c'est que... j'ai bien connu... je sais de quoi je parle ^^
Donc ce mécanisme du "débarrassons-nous et n'en parlons plus", je l'ai eu aussi...

Par contre dans l'immédiat je vais sans doute pas assurer pour te répondre, j'ai un exam demain et déjà je devrais pas être ici °^^
Revenir en haut Aller en bas
lunatic
<



Masculin
Nombre de messages : 14
Age : 23
Localisation : Nord pas de calais
Passion : Informatique
Date d'inscription : 16/12/2012

MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Jeu 25 Avr 2013, 15:04

Alors voilà, je vais parler de dépendance... mais pas de dépendance comme on en entend souvent parler avec certaines substances mais de dépendance à autrui.

Depuis toujours, j'ai eu besoin d'être dépendant de quelqu'un, je n'ai jamais su trouver un peu de bonheur autrement.
La dernière personne à laquelle j'étais dépendant est évidemment mon ex, durant plus de 4 années.
J'ai aussi eu d'autres dépendance avec d'autres personnes auparavant, je recommence le même schéma depuis l'age de 14 ans.

Depuis la rupture (environ 5 mois maintenant) je n'ai cessé de me creuser la tête sur comment aller mieux et la chose qui me revenait en tête à chaque fois c'était de retrouver quelqu'un qui serait de proche pour moi. Je ressens que j'en ai clairement besoin pour pouvoir aller bien.

J'ai eu la chance de trouver une personne qui correspondait à mes critères assez rapidement, quelqu'un avec qui il est possible de parler de tout et de se confier en cas de besoin.

J'ai passé chacune de mes soirées avec cette personne durant plusieurs mois, c'est ce qui m'a permis de retrouver un peu plus souvent le moral.

En revanche je suis toujours celui qui s'attache le plus, peu importe le type de relations, et encore une fois je me suis attaché plus que j'aurais du envers quelqu'un qui ressent les choses sur une toute autre échelle que la mienne.

Le problème est que je suis dans l'incapacité la plus totale d'aller bien en son absence (qui arrive de plus en plus souvent). Aucune de mes activités préférées/passions ne me permettent de combler ce manque je ressens en permanence.
C'est impressionnant comme on peut souffrir du manque d'une personne...
Ça devient invivable pour moi et c'est là que je suis face à un vrai problème : je suis de nouveau accro.
De plus cette personne a tendance justement à prendre ses distances avec moi et ne pas comprendre que je puisse ressentir tout ça.

C'est d'autant plus dur pour moi de voir que ça n'est pas réciproque car la dépendance que je ressentais avec mon ex était bien plus facile à supporter parce qu'elle était bidirectionnelle.

Je commence à salir la pureté de la relation que nous entretenions par des pensées néfastes de ma part, comme si cette personne m’appartenait, comme le fait de lui en vouloir de ne pas avoir envie de me parler. J'ai l'impression d'être égoïste mais je n'arrive pas à penser autrement.

Je n'en peux plus de vivre avec une dépendance qui se passe de personnes en personnes depuis des années.
Je n'en peux plus vivre au travers des yeux d'une personne qui compte beaucoup pour moi.

Puis je sortir de ce cycle infernal ?
Comment puis-je éviter de devenir totalement dépendant d'une personne à qui je tiens ?
Pourquoi ne puis je pas me contenter d'avoir trouvé quelqu'un qui est là pour moi ?
Suis je obligé d'être dépendant à une personne pour ressentir un peu de bonheur?


Bonne chance pour tes examens !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rupture, angoisse et solitude   Aujourd'hui à 19:20

Revenir en haut Aller en bas
 
Rupture, angoisse et solitude
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» cauchemars ou angoisse nocturne?
» Savez-vous exactement ce qui vous angoisse dehors?
» Rupture d'anévrisme
» La solitude
» Assistante Maternelle & indemnité de rupture de contrat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aide, Ecoute et Espoir :: Aide, Ecoute et Espoir :: Déprime, Dépression, Suicide :: Déprime, Dépression-
Sauter vers: