Aide, Ecoute et Espoir

Parler, se défouler, soulager, mais sans juger...
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
La relance de l'activité économique en Zone Espoirienne se matérialise par une effervescence sur le marché de l'espoirine, qui titre à 110 €$poirs le litre. Par ailleurs la hausse de la natalité dans la Zone Espoirienne a donné confiance dans les actionnaires des principales entreprises telles que Pizza Hutt et Honda Motors pour ne citer qu'elles, qui ont donc investi à hauteur de 150 000 milliards d'€$poirs lourds dans les projets étatiques du Royaume d'Espoir, en forte demande de crédits intéressants. A noter que le Royaume d'Espoir a vu sa note augmentée par Finch' à AA+ ce matin en raison d'un pressentiment positif sur le rebond tant attendu de la Zone Espoirienne.
"Winter is Coming" est le titre de la nouvelle campagne de promotion de l'Angélique Bar d'Espoir : au programme des festivités sont prévus des arrivages de la série du Trône de Fer en Blu-Ray ainsi que la complétion de la bibliothèque par les quinze livres de la série fétiche de Georges R.R. Martin, des averses de neige encore plus abusives, encore plus drues, limite dictatoriales, tandis que le patron Thorongil concocte chaque soir un tonnelet de vin chaud aux épices pour tous les volontaires venus se réchauffer autour du feu. Enfin, la nouvelle version du Bar d'Espoir arrive avec l'adjonction d'un sous-sol disponible depuis l'escalier et l'ascenseur principaux, où seront prochainement installés une salle avec un immense bain bouillonnant de source volcanique chaude, une salle de jeu de rôle d'apparence du plus pur style gothique, et surtout l'accès aux salles inférieures, autrefois secrètement gardées par le Patron du Bar, où chacun pourra se servir en bière, cidre et denrées non périssables à loisir grâce à l'Automne fructueux qui s'est écoulé. Car rappelez-vous : l'Hiver vient !
N'oubliez jamais ceci : "Aide, Ecoute et Espoir : Parler, se défouler, soulager...Mais sans juger."
Gloire à Améthyste pour l'exceptionnel travail de planification de la refonte structurelle d'Espoir ! Gloire à Onda pour son aide précieuse lors de la réalisation des travaux ! Gloire à elles ! Gloire à Espoir !

Partagez | 
 

 Je ne peux pas le dire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Je ne peux pas le dire   Ven 13 Juil 2012, 00:50

Déjà je précise, ce post a sans doute peu de place dans cette rubrique, mais je n'en trouve pas de meilleur pour ce que je veux lui faire dire. Je peux pas le poster dans des topics style flood ou pensées diverses, vu que pour moi c'est important et que j'ai envie de le partager.

Je peux le mettre dans Déprime, Dépression, parce qu'il s'agit d'un souci qui est d'une certaine façon - mais pas vraiment en même temps - à l'origine, le souci même qui sous-tend tous mes coups de bad.
Je m'explique: je veux parler du souci de langage que j'ai. Mon impossibilité de m'exprimer que je rencontre fréquemment, qui est toujours là quelque part. Parce que je ne sais même pas ce que je pense, parce que tout est vrai et tout est faux en même temps.
En voulant exprimer ça tandis que je le ressentais à fond il y a quelque jours, j'ai écrit un énorme pâté que j'ai envie de copier-coller ici.
Ptêt un jour j'arriverais à résumer ça de façon digeste et savoir exactement ce que j'attends, pour le moment j'en sais rien. Tout ce que je veux, c'est réussir à le dire, au moins pour une fois. Que des gens en passant lisent ça et sachent, que ça m'arrive au moins une fois dans ma vie de faire passer ce qui se trame chez moi, au lieu de répondre laconiquement, quand on me pousse dans mes retranchements "c'est bizarre dans ma tête" - coupe court.
Et éventuellement, savoir si certains se reconnaissent là-dedans, un peu ou pas du tout, ou si je suis la seule personne à ressentir des trucs pareils. Ca peut servir, de savoir si j'ai juste un gros questionnement existentiel ou un vrai souci.

D'un autre côté, c'est peut-être pas l'idéal de poster dans Déprime, Dépression, parce que c'est pas une vraie déprime, c'est le background de ma vie, et que je n'attends pas d'aide, parce qu'une aide utilisant le langage, pour quelqu'un qui confond tous les mots dans le fondement de sa pensée, c'est inefficace.
Mais je mets là quand même.

Pour résumer ce speech que je viens de faire, je vais juste vous poster un pavé où j'exprime avec mes mots l'impasse fondamental de langage dans laquelle je me trouve... Et savoir si quelqu'un, peut-être, a quelque chose à en dire.
Pas une aide précise, plus un besoin de partager. Même si tout sera pas compréhensible, je m'en excuse.
Et si personne a la patience ou l'envie de lire, c'est pas grave. Je peux pas en vouloir à quiconque, pour un truc qui est si personnel...

Go copie-colle

Citation :
Mon problème c’est que je ne peux pas parler.

Non ça se situe en amont : je ne peux pas penser.

Former une idée, ça je peux. Donc je ne remonte pas davantage, pas avant la pensée– je peux former une idée, oui je peux, mais je ne peux pas penser.

En maternelle je me fantasmais déjà écrivain, pour pouvoir dire toutes les choses qui durant les années à venir ne pourraient pas sortir de ma bouche. L’enfant, lucide. Chaque fois que je n’arrivais pas à exprimer mon opinion, à faire passer ce qui faisait moi-même, profondément, je me disais qu’un jour je l’écrirais, et que tout le monde saurait. Et qu’ils seraient à la fois désolés et impressionnés de ce que je suis sans avoir pu le dire. Je n’ai jamais pu m’imaginer que j’avais un autre destin qu’écrivain, et c’est la seule raison.

Je me souviens au lycée de ce sentiment physique qui me donnait envie d’en finir, d’ignorer moi-même ce que j’étais, de balancer ce présent à la poubelle, si seulement je pouvais ne plus ressentir cette chose horrible, ça et les pensées qui allaient avec, et toutes leurs négations qui allaient toujours dans le dos de ces pensées, et plus j’examinais ces pensées et leurs ombres, plus cette immonde sensation physique s’installait.
J’avais la bouche scellée, incapable de s’ouvrir, et à l’intérieur de cette bouche, ma langue était collée contre le haut de mon palais.

Mais ce que j’attends de vous ? Demander conseil ça sert à rien, vos mots n’iront pas avec mes mots insuffisants, et mes mots pour le dire et y répondre seront morts, noyés, absents…

Je me sens mal.
Ca me reprend. Les mots et les pensées n’existent plus. Ce sont des illusions, des têtes que l’esprit malade de l’homme a inventés pour se heurter à des murs (et puis vous savez quand l’homme a appelé cette maladie il a dit « civilisé », et quand il a dit « civilisé », il n’était plus un animal qu’il disait, et dans ma tête d’autres têtes, d’autres pensées et leur contraire se sont heurtés en rageant d’impuissance et de dépit au mur,

Mais vous voyez,

Même cette idée-là est fausse, car ce ne sont que des idées, qu’elles sont nées dans ma tête, et que lorsque l’homme s’est dit civilisé, je n’étais pas née

Ma tête n’était pas

Et tout ça

N’a donc pas

Non plus

Eté.)

Je croyais faire des progrès, et parfois soudain je ne sais plus
Quand c’est pas parfois soudain autre chose
-on dit que l’esprit est changeant, qu’il faut s’adapter à toutes les nouveautés. J’ai posé ma pensée sur cette idée, elle a eu le vertige, elle s’est faite spirale, elle a plongé en elle-même avant d’exploser trop condensée. Même ça ça existe plus.

Je repensais à lui, à ce qu’il s’est passé. Mon mail pour dire mes tripes. Quelque chose est sorti, ma bouche ne s’est peut-être pas descellée.
Ok j’ai exagéré. Il y a plein de trucs que j’ai dits qui se rapportaient en fait à d’autres choses qui m’obsédaient. J’ai voulu faire amende honorable, dire mon erreur, mais cette amende est une erreur en fait, que je me dis parfois. Mais si je disais vraiment que c’est une erreur, j’aurais tort à nouveau.

Il n’y a pas à y revenir, refuser tout penchant tactile naturel envers moi sur la foi d’une autre c’est lui donner la primauté
Et qu’est-ce que je suis moi alors. Merde, c’est vrai.

Et pourtant c’est vrai que je ne suis par cet aveu-là que désir controversé. Que dire. M’effacer. Est-ce que je n’ai pas réellement essayé de le faire ?

Faut toujours que la question se pose. Puis son contraire. Mais après ça, après, tout devrait être fini ! Quand il n’y a plus le début de la question que je me posais, puisque son reflet l’a effacé, le temps ne devrait pas passer!

Le temps

Gémeau

D’un cauchemar

Déchu

Passe.

Trop dit – le temps passe. C’est tout. C’est dégueu.
« m’effacer. Est-ce que je n’ai pas réellement essayé de le faire ? » -o miracle, o scandale, je suis capable de me surinterpréter.

Pas de conclusion ? Je suis obligée. J’ai dit à elle que je reviendrais et je veux le faire. Pourtant rien n’est réglé, parce que mes griefs et leurs contraires, et les griefs contre moi et leur contraire, tout est vrai. Mes excuses ne sont pas vraies. Je dirais que je m’écrase parce que je ne sais pas m’imposer, mais ce n’est pas vrai. Je dirais que certaines choses peuvent être comprises à plusieurs niveaux dans ce que j’ai dit, mais est-ce que ça n’est pas une facilité ? je me joue une belle mascarade. Rien n’est vrai c’est comme tout est vrai.
Quoi que. (voici le contraire qui va venir) – c’est une facilité grossière aussi. Rien n’est vrai. Tout est vrai. Ca veut dire la même chose.
Non.
Si. Non. Si. Non. Si.

J’en sors pas. Vive le doute raisonnable, vive le rien n’est vrai. Elle avait pourtant l’air heureuse de le clamer, la professeur de philosophie pour les niveaux de surface. Oh le passionant doute raisonnable, la délectable incertitude. Les frimeurs peuvent frimer, ils sont encore loin du compte s’ils arrivent à parler.
Déjà ce que j’écris là est un honteux mensonge, c’est le fameux résidu sec. C'est écrit, c'est des mots, c'est compréhensible et lisible. Mais l’élixir est ailleurs, le liquide reste informulé.
Même quand tu ouvres grand les lèvres ta bouche reste scellée, les oiseaux de la cage ne vont pas s’envoler. Il est rare qu’un oiseau inexistant s’envole.

Mon corps au moins il est, j’y crois quand on le touche…
« tu n’es qu’un fille facile » « prête à écarter les cuisses pour n’importe quelle bite ». Ils sont bien ces gens-là dis, ils en avaient des remarques à me faire, eux aussi ils étaient capables de parler.

Capables de parler, donc incapables de comprendre, ce qu’il y a en-dessous. Mais enfin, c’est normal, puisque je le dis pas. « Comment tu veux que je sache, tu ne me le dis pas ? » Comment tu veux que je le dise… tu ne sais pas.

C’est quoi mon corps ? Mon corps au moins il est, quand on le touche… C’est quoi mon corps ? C’est quoi le sexe qu’on a eus, pour ceux qui n’ont jamais su ça, pour ceux pour qui le problème de la langue, le problème du premier mot, n’est pas un problème physique aussi, n’est pas leur propre psychologie, n’est pas leur propre comportement ? Quelle sorte d’objet je deviens pour ceux pour qui la langue, c’est une question métaphysique? Quelle tambouille, à quelle sauce, aux yeux de ceux qui n’ont pas seulement le corps, mais tout le reste de la vie, de vrai ?

N’importe quoi. Je dis n’importe quoi – l’inverse est vrai aussi : mon corps n’a JAMAIS été un simple objet, pour PERSONNE. Et en plus, je ne suis pas VRAIMENT non plus comme je viens de le décrire. Ceci est vrai, l’inverse aussi. Admettons que je n’aie rien dit.
Admettons que je n’aie rien dit.
Admettons que je n’aie rien dit – alors je n’ai même plus de sol, je ne peux pas continuer.

Mais comme il faut bien vivre, et que c’est possible ma fille, et que se tuer ne donnerait pas plus de sens, alors tiens-toi simplement sur la barque, n’approfondis pas toutes les questions, regarde sur la surface de la mer, mais fous la paix à ce qu’il y a sous la mer, fous la paix à tous les contraires de toutes tes pensées.

Jusqu’à ce qu’on te demande des comptes… Reste sur la barque. Après… quand on te demandera… on laisse l’enfer à tous les après. Sous la mer vivait le Léviathan « Est-ce donc ton hameçon qui le prendra, celui-là ? » disait Dieu à Job. Job a su toutes ses choses, il aurait pu être mon seul amant. Sans doute il y a une part de Job en tous les hommes.
Il aurait pu être mon amant lui, ou Dieu. Mais je n’ai pas confiance en Dieu. A Dionysos, à Pan, je me livre volontiers, mais au Seigneur Tout-Puissant, Créateur du Ciel et de la Terre, je ne peux pas, pas à quelqu’un pour qui il serait si facile de se moquer de moi. Au Commencement il était le Verbe – déjà c’est mal parti. Si sûr de lui sur sa monture, son seul Mot, nous ne pourrions pas nous entendre. Et lui il sait tout, dites, il ne pourrait pas faire autrement que se moquer de moi qui n’ai pas assez de 10000 mots qui se font la guerre quand lui a trouvé le Seul, et qu’il ne peut faire autrement que l’être. On ne pouvait pas être plus différents. Au Commencement, ça Commence mal, il ne me plaît pas du tout.
Job ou Pan, pas Dieu.
Toutes les questions de ma vie sont des questions de langage. Toutes. Et toutes mes questions de langage finissent par devenir des questions de dieux et d’amants

Certaines personnes ont un amour pur qui s’élève au ciel, moi j’ai toujours eu tous les dieux au Corps.

Encore une fois, tout est vrai et tout est faux ce serait la même chose,
De la même façon mes mots me fuit et mon corps jouit, c’est aussi la même chose. Et c’est une spiritualité.
Et en même temps, tout ça n’est pas vrai du tout, du tout.

En relisant, je me rends compte qu'il y a tout un passage plein de sous-entendus qui fait référence à une situation particulière que j'ai vécue, et y penser a été un moteur pour ces réflexions-là... Je vais le mettre en italique, histoire de faire la distinction, mais je préfère qu'il reste. Ce qui reste important pour moi, c'est cette question toute personnelle du langage, du "tout est vrai mais tout est faux", et de ses implications dans mon comportement... J'aimerais vraiment savoir si certains s'y reconnaîtront... Je crains que ce soit un peu égoïste, mais voilà. Le souci particulier, qui sera sans doute assez obscur pour vous, n'est là que pour donner une "assise" à ces pensées, mais je n'ai pas envie d'en parler.
Revenir en haut Aller en bas
Sima




Féminin
Nombre de messages : 1285
Age : 25
Date d'inscription : 17/11/2010

MessageSujet: Re: Je ne peux pas le dire   Ven 13 Juil 2012, 12:12

J'ai lu, je pense avoir compris certains passages et d'autres pas.

Ca a commencé quand, tout ton questionnement sur le langage, sur le vrai qui peut aussi être faux ?
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Je ne peux pas le dire   Ven 13 Juil 2012, 23:08

Toujours, j'ai l'impression. J'ai jamais su parler. Peut-être quand j'étais gamine, je le posais pas comme ça, mais j'arrivais pas à m'exprimer...
Revenir en haut Aller en bas
Sima




Féminin
Nombre de messages : 1285
Age : 25
Date d'inscription : 17/11/2010

MessageSujet: Re: Je ne peux pas le dire   Sam 14 Juil 2012, 00:39

Il se passe quoi dans ta tête quand tu veux t'exprimer mais que ça ne sort pas tel que c'est dans ton esprit ?
C'est pareil avec tout le monde ou bien c'est pas de la même manière en fonction de la personne à qui tu t'adresse ?
Revenir en haut Aller en bas
Elfica




Féminin
Nombre de messages : 1036
Age : 27
Localisation : Entre ici et là
Passion : penser, aider son prochain, le secourisme
Surnom : elfi, elfi-couette, elfiquette, petite elf
Date d'inscription : 12/04/2008

MessageSujet: Re: Je ne peux pas le dire   Sam 14 Juil 2012, 01:18

J'ai lu. Je ne sais trop quoi en dire. Je me reconnais en certain passage. En te demandant si ce que tu dis est vraiment vrai ou pas. Cette espèce de dualité impossible a résoudre. Mais j'ai l'impression que j'arrive pas mal a y faire abstraction. Je n'ai pas l'impression d'avoir été très constructive mais bon...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je ne peux pas le dire   Dim 15 Juil 2012, 17:12

J’ai lu.

Je n’ai pas tout très bien compris, mais je crois me reconnaître dans certaines descriptions de tes états d’âme. Je ne sais pas si c’est ce dont tu parles, mais il m’arrive de ressentir certaines choses et de ne pas arriver à mettre des mots dessus. Ça te parle ?

Après, concernant le paradoxe « tout est vrai et tout est faux », j’ai un peu l’impression que tu es en quête d’un sens absolu aux choses, non ? Mais pourtant, je crois qu’on est dans le monde du relatif et que les choses n’ont de sens qu’en relation avec d’autres choses. Est-ce que la vérité n’est qu'une question de point de vue et qu’un truc peut être vraie d’un certain point de vue et faux sous un autre angle ? Si on part de ce principe, tout serait potentiellement vrai ou faux en fonction d'où on se place.

Et sinon, concernant le fait que tu n’arrives pas à matérialiser ta pensée, tu as essayé l’écriture automatique ?
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Je ne peux pas le dire   Lun 16 Juil 2012, 11:53

Citation :
Il se passe quoi dans ta tête quand tu veux t'exprimer mais que ça ne sort pas tel que c'est dans ton esprit ?

Mmmm... Le bordel >< Je me dis "il faudrait dire ça mais..." et là tout de suite, j'ai pleins de nuances qui viennent, style "si tu le regardes de tel ou tel point de vue, c'est pas du tout pareil"... Et du coup, plus je laisse mariner, et moins je sais ce que je voulais dire.

Citation :
C'est pareil avec tout le monde ou bien c'est pas de la même manière en fonction de la personne à qui tu t'adresse ?

Ben je sais pas trop... Je dirais que moins je connais la personne, plus je vais poser de "mais" à tout ce que je pourrais dire...
Cela dit, ça peut m'arriver avec des gens que je connais vraiment, mais dont, pour une raison ou une autre, je crains les réactions.

Mais ça va au-delà, dans la mesure où je vais me retrouver dans ce genre de situation dans ma propre tête, sans avoir à parler à personne, dès que je dois approfondir une pensée, généralement une situation de dilemme ou de conflit que je suis obligée de résoudre dans la vraie vie. Alors je vais chercher à savoir exactement le processus, ce qui est responsable de quoi, pour pouvoir traiter la chose de façon logique et raisonnée, et c'est là que je vais me rendre compte que les responsabilité sont à tout le monde et personne à la fois... Et plus j'y pense, plus je vois une autre façon d'interpréter, qui va nuancer ou supprimer la dernière... Et là je ne sais plus ce que je pense, et j'ai juste envie de me rouler en boule parce que je ne peux plus rien faire.

Mais du coup, j'ai l'impression que ce serait le cas dès que je commencerais à approfondir n'importe quel problème. Quand j'étais au lycée, c'était une impression que j'avais constamment, dès que je réfléchissais à n'importe quel souci existentiel en général.

J'ai vraiment l'impression que notre connaissance du monde repose sur des conventions de langage plus que sur de vraies certitudes, prouvées. Je sais, je suis pas claire -_-
Enfin bref, c'était pour donner une idée.

Citation :
Je ne sais pas si c’est ce dont tu parles, mais il m’arrive de ressentir certaines choses et de ne pas arriver à mettre des mots dessus. Ça te parle ?

Oui mais pas que. Il y a effectivement cette part de "mais qu'est-ce que je ressens, j'en sais rien", mais ce dont je parle n'est pas tout à fait ça. C'est plutôt du "ok, je crois que je pense ça..." -donc là j'ai mis des mots- "mais... ah, non... merde qu'est-ce que je pensais..."-et là mes mots se barrent peu à peu. Et j'ai tellement l'impression que le monde est pas sûr, que je veux plus du tout penser.

Citation :
Après, concernant le paradoxe « tout est vrai et tout est faux », j’ai un peu l’impression que tu es en quête d’un sens absolu aux choses, non ?
Pas d'un sens absolu, non, je ne crois pas. M'enfin une ou deux "bases" sûres pour penser, qu'au moins quand je dis une phrase quelle qu'elle soit je sois sûre de pas pouvoir la réexaminer dans trois jours et me dire "j'ai dit de la merde, c'est n'importe quoi, oublions cette chose honteuse".
C'est pas un sens absolu, ça reste de petites choses relatives, mais même ces choses-là peuvent se retrouver vidées de leur sens.

Citation :
Et sinon, concernant le fait que tu n’arrives pas à matérialiser ta pensée, tu as essayé l’écriture automatique ?
Oui, j'en fais parfois, mais ça reste du surgissement d'idées, pas du sens construit...

Cette discussion me laisse à penser que même si vous pouvez ressentir ces choses-là à des degrés divers, la façon dont moi je le ressens n'est pas commune. Tout le monde ne vit pas avec ça.
J'ai peut-être tendance à rester un peu trop "dans ma tête". Parfois, même si ça ne m'a jamais vraiment aidé à mon avis, j'aimerais re - chercher à consulter un psy. Vous pensez que dans ce cas précis ça pourrait m'aider?
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Je ne peux pas le dire   Dim 10 Mar 2013, 13:09

Je suis un peu moins perdue dans ma tête qu'à l'époque où j'ai écrit ça... Certaines circonstances faisaient que j'avais besoin de m'expliquer à fond et de mettre les choses à plat, et en fait c'était juste l'enfer parce que plus je regardais dans mon esprit, moins je comprenais. Et rapidement, j'avais juste envie de me mettre en boule dans un coin et de dire au monde entier que j'arrivais pas à parler et que j'avais urgemment besoin d'une certitude, de quelque chose à dire.

J'ai appelé la masse informe des idées contradictoires qui ne sortent pas, qui restent bouillonnantes dans l'inconscient, "le Léviathan". C'est un de ces monstres marins mythiques qui sont énormes, menaçants, mais vivent des centaines de mètres sous la mer et ne font qu'occasionner le remous de ce qui est conscient, à la surface.
J'aime beaucoup utiliser des images, des métaphores, pour "résumer" ce que je vis, je trouve que ça peut être très parlant.

Citation :
quelque chose qui moi m'a beaucoup aider, ce son des débats... tout le monde s'écoutait et tout le monde disais se qu'il pensait!!
Ouais je suis assez d'accord. Je me souviens de l'époque où l'émission "Ce soir ou Jamais" commençait, je la regardais aussi souvent que possible, et c'était uniquement du débat, de l'échange d'idée, et je me souviens que c'était très apaisant pour moi, limite euphorisant, de voir qu'on pouvait poser des idées profondes et intéressantes comme ça de façon claire (parce que c'était toujours très intéressant à mon avis).
Par contre pour ce qui est de participer à un débat, j'ai souvent encore un peu du mal à ne pas retomber dans cet état du "qu'est-ce que j'ai à dire???"

Je crois que pour les gens qui connaissent ce genre d'état, il y a beaucoup de faute à l'angoisse de plaire, à la soumission au regard des autres. C'est clairement mon cas, je pense. La peur d'être incomprise et jugée est telle que je n'ose pas développer une idée. Ca se soigne, mais doucement.

Au personnel, je pense qu'il ne faut pas trop chercher le fond, la raison de chaque pensée... Je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire. Plus tu creuses, et moins tu sais. Il y a des choses qu'il faut volontairement laisser au fond, s'il n'est pas nécessaire de les sortir.

Ca me rappelle toujours une citation de Nietzsche "Quand ton regard pénètre longtemps au fond d'un abîme, l'abîme, lui aussi, pénètre en toi."
Je ne sais pas du tout s'il parlait vraiment de ce genre de "combat" dans son esprit, mais ça m'a l'air parlant dans ce sens-là.
Et je pense que ça n'a aucune gravité de sortir une citation de son contexte si elle nous parle dans un autre, pour peu qu'on l'admette. ^^

Voilà voilà, je sais pas si ça aura été très clair ou très parlant, mais c'est pour dire que j'en suis là aujourd'hui! smile

Edit: apparemment le message de Niina a été supprimé (cause déterrage de vieux topic, je suppose), je laisse quand même ma réponse, libre à l'équipe d'en faire ce qu'elle veut. Je la sauvegarde ailleurs pour la garder sous le bras, au cas où Niina ne la verrait pas, au cas où ça intéresserait quelqu'un, bref, juste pour dire :p
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je ne peux pas le dire   Dim 10 Mar 2013, 14:54

j'ai aussi du mal a débattre mais ca vient tout seul car dans les débats aux quels je participent les gens ont appris a me connaitre et m'ont fait participer... au début juste pour que je dise "oui" ou "non" parce que j'arrivais pas a dire quelque chose de constructif de plus, et maintenant ca va un peu mieux meme si le problème reste présent!!! :)

je comprend très bien ce que tu veux dire, ce qui m'a aider c'est ton image du Léviathan... j'ai beaucoup aussi illustrer parce que ca me simplifie beaucoup la vie (mais on me dit souvent que ca fait gamine alors j'en parle plus --' )

le pire, c'est quand j'attire l'attention de tout le monde pour dire qqch d'important dans l’immédiat, et que la paf... je ne sais plus quoi dire alors tout le monde se fou de moi... je ne sais pas si ca t'es déja arriver, mais ca n’arrange pas les choses en tout cas!!

je pense en fait que le problème vient d'un manque de confiance en soit, mais c'est mon point de vue!!! :) mais c'est cool si ca c'est arranger pour toi!!!

*désolé d'avoir supprimer ma réponce, j'ai crue que j'avais fait une connerie :x *
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Je ne peux pas le dire   Dim 10 Mar 2013, 15:06

Citation :
mais on me dit souvent que ca fait gamine alors j'en parle plus --'

u_u J'ai l'impression qu'on est dans un monde tendant trop au langage normé, précis, clair, mais qui passe du coup à côté de plein de choses qu'on ne comprend que par images ou associations d'idées... Je sais pas si je suis très compréhensible, là, mais il me semble à moi au contraire que mettre des images métaphoriques sur des états précis est un moyen très puissant de comprendre et de s'aider au-delà des mots. C'est juste mon point de vue...

Citation :
le pire, c'est quand j'attire l'attention de tout le monde pour dire qqch d'important dans l’immédiat, et que la paf... je ne sais plus quoi dire alors tout le monde se fou de moi... je ne sais pas si ca t'es déja arriver, mais ca n’arrange pas les choses en tout cas!!

Non, pas vraiment, mais nous pouvons être similaires dans un souci donné sans être identiques (je ne crois pas qu'il existe deux cas identiques).

Citation :
je pense en fait que le problème vient d'un manque de confiance en soit, mais c'est mon point de vue!!! :) mais c'est cool si ca c'est arranger pour toi!!!

Ce ne s'arrange jamais définitivement. Le Léviathan est toujours là, j'ai toujours quelques impasses, mais en ce moment ça n'est pas gênant, parce que je peux vivre avec.
L'abîme est là, mais je ne regarde pas dedans...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je ne peux pas le dire   Dim 10 Mar 2013, 15:16

j'ai compris en gros je pense... :)

ca veux dire que mes images sur mes mots je les garde!!!! et ca m’arrange bien pour le moment!!! merci

je pense aussi que deux situations pareilles ne peuvent pas existé, mais pour moi en tout cas c'est dans ces situations la que je galère le plus en ce moment... après dans ma vie de tous les jours, je retrouve ce problème, mais de moins en moins souvent parce que j'essaye de faire des efforts meme si c'est dur de revenir presque a chaque fois sur ce que je dit!!! :) mais je vais y arriver a mieux m'exprimer j'en suis convaincu, meme si comme je le pense aussi le problème ne disparaîtra jamais totalement!!

merci ca me redonne un peu confiance en moi - surtout pour mes images sur mes mots -
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Je ne peux pas le dire   Dim 10 Mar 2013, 15:57

Citation :
ca veux dire que mes images sur mes mots je les garde!!!! et ca m’arrange bien pour le moment!!! merci
Ben à mon avis c'est vraiment utile, c'est un outil de compréhension du monde, voilà, c'est mon avis. Si c'est ce qui te vient spontanément et qu'en plus ça a pas l'air de te poser de souci, je vois pas pourquoi tu devrais t'en faire.
Simplement, si les gens autour de toi ne peuvent pas comprendre, autant ne pas trop leur en parler. C'est jamais agréable de se faire juger :/ Cultive ton jardin intérieur et renforce-toi par là quoi ^^

Citation :
après dans ma vie de tous les jours, je retrouve ce problème, mais de moins en moins souvent parce que j'essaye de faire des efforts meme si c'est dur de revenir presque a chaque fois sur ce que je dit!!! :)

Ouais ouais, je comprends, même si je n'ai pas vécu exactement la même chose que toi j'ai connu des situations un peu similaires, et oui, en sortir au début c'est pas évident, mais tu fais des efforts dans le bon sens il me semble ^^
Ce qui m'a aidé, c'est de me forcer à résumer ma pensée en quelques mots. Ne pas la développer pour faire comprendre qu'elle est nuancée, mais l'arrêter à une phrase ou deux. Au début c'est un peu frustrant, mais rapidement tu te rends compte que tu es plus compréhensible, et comme tu sais que tu vas pas ouvrir la bouche pour te perdre au milieu des vagues de ta pensée, mais pour la résumer, ben tu l'ouvres un peu plus ^^
Dis-toi toujours que si les gens ont pas compris ce que tu veux dire, ou qu'ils veuillent des détails, ils les demanderont, et tu pourras développer.

C'est un des sens que je donne au Léviathan. Lui, il représente tout cet immense fond d'idées qui est derrière tout ce que tu veux dire. Si tu as peur d'être incomprise, tu risques de vouloir tirer tout le Leviathan sur terre. Faire comprendre tout ce que tu voulais dire, tout disséquer, quoi. Et en fait c'est juste pas possible.
Quand tu dis
Citation :
j'ai aussi du mal a débattre mais ca vient tout seul car dans les débats aux quels je participent les gens ont appris a me connaitre et m'ont fait participer... au début juste pour que je dise "oui" ou "non" parce que j'arrivais pas a dire quelque chose de constructif de plus, et maintenant ca va un peu mieux meme si le problème reste présent!!! :)
j'ai l'impression que les gens ont usé d'une bonne méthode, en te faisant résumer ce que tu as à dire à l'essentiel. Il ne faut surtout pas t'en faire plus si tu as l'impression de ne pas avoir tout dit. Au fond, on n'a jamais tout dit. Mais si t'as fait passé toutes les idées de base, le "oui", le "non", alors c'est bon.

Citation :
meme si comme je le pense aussi le problème ne disparaîtra jamais totalement!!
Actuellement, comme tu n'arrives pas à le maîtriser, tu vois ça comme un problème.
Je pense qu'il y a là-derrière simplement une constante, un fonctionnement de notre pensée entre ce qu'on peut penser et ce qu'on peut dire... Ca n'est pas forcément un problème, c'est une réalité qu'il faut savoir maîtriser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je ne peux pas le dire   Dim 10 Mar 2013, 16:08

j'ai toujours penser que c'est moi qui avais un problème d'expression :o... ca me rassure alors de me dire que ce n'est pas un problème (l'idée de problème ne vient pas de moi mais on m'a dit que c'était un problème) !!

alors je part pour m’entraîner a résumer ce que je pense... souvent je parle vite pour dire le max que je peux... mais ca doit pas etre mal de résumer!!! ^^ je vais essayer meme si tout ce que je pense ne sera pas dit!!! :)

c'est sur que c'est utile les images... mais ca va me changer la vie de me dire que j'ai pas a écouter les autres sur mon fonctionnement et que je fonctionne comme je veux si j'arrive a me faire comprendre un minimum!! :)

Merci beaucoup... je pensais pas trouver autant de réponce a ce sujet!! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Je ne peux pas le dire   Dim 10 Mar 2013, 16:16

Citation :
j'ai toujours penser que c'est moi qui avais un problème d'expression :o... ca me rassure alors de me dire que ce n'est pas un problème (l'idée de problème ne vient pas de moi mais on m'a dit que c'était un problème) !!
Dans la mesure où tu as du mal à te faire comprendre, où c'est handicapant, oui, ça prend une forme problématique. Mais après, le fait que tu aies une pensée nuancée et contradictoire, ça n'est pas un problème, c'est normal je pense. Tout ça c'est une question d'adaptation.
Donc je peux comprendre qu'on t'ait dit que c'était un problème. Mais il ne faut pas bloquer là-dessus et te dire que tu n'es pas normale. Juste t'adapter quoi...

Citation :
souvent je parle vite pour dire le max que je peux...
Tu dois t'embrouiller non?

Citation :
alors je part pour m’entraîner a résumer ce que je pense...je vais essayer meme si tout ce que je pense ne sera pas dit!!! :)
C'est ce qui fonctionne à peu près pour moi, après n'oublie pas que si ça n'a pas l'air de marcher pour toi, c'est pas forcément mauvais, c'est que t'as besoin d'autre chose. Mais oui, essaie, pour commencer :)

Citation :
mais ca va me changer la vie de me dire que j'ai pas a écouter les autres sur mon fonctionnement et que je fonctionne comme je veux
Putain de règle d'or. Que même après des années, même si on la connait par coeur, on a tendance à oublier. Encore aujourd'hui, je me surprend à m'être laissé influencer ma conduite par des gens qui n'ont tout simplement pas essayé de me comprendre...
Ouais, une vraie règle d'or, je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je ne peux pas le dire   Dim 10 Mar 2013, 16:27

Citation :
Citation:
souvent je parle vite pour dire le max que je peux...
Tu dois t'embrouiller non?
-> je voudrai bien dire tout ce qui peux me passer par la tete, mais souvent ma bouche va moins vite que mes pensés donc ce que je dit est incompréhensif mais bon :) mais on me dit souvent qu'il faut soit que je parle plus doucement, soit que je ne parle pas dans ces moment la... mais pas facile mais j'essaye!! ^^


Citation :
Citation:
alors je part pour m’entraîner a résumer ce que je pense...je vais essayer meme si tout ce que je pense ne sera pas dit!!! :)

C'est ce qui fonctionne à peu près pour moi, après n'oublie pas que si ça n'a pas l'air de marcher pour toi, c'est pas forcément mauvais, c'est que t'as besoin d'autre chose. Mais oui, essaie, pour commencer :)
-> oui mais je ne pert rien a essayer... et dans un élan de bonne volonté, j'ai très envie d'essayer!! :)

Citation :
Putain de règle d'or. Que même après des années, même si on la connait par coeur, on a tendance à oublier. Encore aujourd'hui, je me surprend à m'être laissé influencé ma conduite par des gens qui n'ont tout simplement pas essayé de me comprendre...
-> c'est vrai, et je l'oublie un peu trop souvent aussi je pense!! ^^ et je pense que le fait qu'on l'oublie ne vient pas que de nous, mais aussi des personnes qui veulent nous faire adopter leurs idées par exemple et que la si on se laisse emporter on est forcément influencer sans pourtant avoir fait attention... :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je ne peux pas le dire   Lun 11 Mar 2013, 21:39

ca doit etre bon signe... mais moi qui d'habitude quand je désigne fait des truc moches qui ne me plaisent pas, j'ai essayer de dessiner l'un de ces fameux dessins que j'avais dans ma tete... ca m'a passionner, et j'ai enfin dessiner quelque chose de bien!! ^^ voila juste pour enfin quelque chose que je trouve constructif ^^
Revenir en haut Aller en bas
Poupée Subversive
Babouin
Babouin


Féminin
Nombre de messages : 3879
Age : 29
Localisation : Là où on parle de caca.
Passion : Clamer mon amour à Natha de façon inattendue hors de tout contexte.
Surnom : sordidement post-moderne
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Je ne peux pas le dire   Mar 12 Mar 2013, 00:54

smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je ne peux pas le dire   Aujourd'hui à 19:22

Revenir en haut Aller en bas
 
Je ne peux pas le dire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ELO???? PEUX TU M EN DIRE PLUS S IL TE PLAIT???
» Simon et Bertrand vont vous dire quoi
» Comment dire non aux festivités sans paraître "chiante"
» DCKM ça veut dire quoi ?
» Rien à dire de plus ! - Lepicadurien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aide, Ecoute et Espoir :: Aide, Ecoute et Espoir :: Déprime, Dépression, Suicide :: Déprime, Dépression-
Sauter vers: