Aide, Ecoute et Espoir

Parler, se défouler, soulager, mais sans juger...
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
La relance de l'activité économique en Zone Espoirienne se matérialise par une effervescence sur le marché de l'espoirine, qui titre à 110 €$poirs le litre. Par ailleurs la hausse de la natalité dans la Zone Espoirienne a donné confiance dans les actionnaires des principales entreprises telles que Pizza Hutt et Honda Motors pour ne citer qu'elles, qui ont donc investi à hauteur de 150 000 milliards d'€$poirs lourds dans les projets étatiques du Royaume d'Espoir, en forte demande de crédits intéressants. A noter que le Royaume d'Espoir a vu sa note augmentée par Finch' à AA+ ce matin en raison d'un pressentiment positif sur le rebond tant attendu de la Zone Espoirienne.
"Winter is Coming" est le titre de la nouvelle campagne de promotion de l'Angélique Bar d'Espoir : au programme des festivités sont prévus des arrivages de la série du Trône de Fer en Blu-Ray ainsi que la complétion de la bibliothèque par les quinze livres de la série fétiche de Georges R.R. Martin, des averses de neige encore plus abusives, encore plus drues, limite dictatoriales, tandis que le patron Thorongil concocte chaque soir un tonnelet de vin chaud aux épices pour tous les volontaires venus se réchauffer autour du feu. Enfin, la nouvelle version du Bar d'Espoir arrive avec l'adjonction d'un sous-sol disponible depuis l'escalier et l'ascenseur principaux, où seront prochainement installés une salle avec un immense bain bouillonnant de source volcanique chaude, une salle de jeu de rôle d'apparence du plus pur style gothique, et surtout l'accès aux salles inférieures, autrefois secrètement gardées par le Patron du Bar, où chacun pourra se servir en bière, cidre et denrées non périssables à loisir grâce à l'Automne fructueux qui s'est écoulé. Car rappelez-vous : l'Hiver vient !
N'oubliez jamais ceci : "Aide, Ecoute et Espoir : Parler, se défouler, soulager...Mais sans juger."
Gloire à Améthyste pour l'exceptionnel travail de planification de la refonte structurelle d'Espoir ! Gloire à Onda pour son aide précieuse lors de la réalisation des travaux ! Gloire à elles ! Gloire à Espoir !

Partagez | 
 

 Ma vie, mes problèmes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Galaxy.




Masculin
Nombre de messages : 11
Age : 22
Date d'inscription : 09/05/2012

MessageSujet: Ma vie, mes problèmes...   Mar 15 Mai 2012, 01:25

Avant tout je m'excuse pour les fautes, je vais peut être en faire pas mal et si mon texte est parfois un peu confus ou flou mes souvenirs ce bousculent pas mal mais j'ai vraiment besoin d'en parler.

A l'école j'ai toujours était isolé des autres, je n'osais pas m'imposer, j'ai tout de même réussi à me faire quelques amis pour m'accompagner durant le primaire, en dehors de quelques moqueries de gens profitant de mon incapacité à me défendre l'on ne peux pas dire que cette période était catastrophique sur ce plan. A la maison c'était autre chose par contre, l'autre type mon "père" qui frappait jusqu'au sang ma mère et mon grand frère devant mes yeux... ma mère qui noie son chagrin dans l'alcool... je me rappelle j'avais l'habitude de regarder par les escaliers quand ça se passait dans la salle à manger, mort de peur je lui suppliais d'arrêter mais en vain.
Le collège arriva, cette période ce révélera catastrophique pour moi. Ma meilleure amie (qui était aussi la seule amie que je connaissais au collège) me lâcha complètement, pire avec sa nouvelle pétasse de pote elle s'amusait à ce foutre de ma gueule. Mon année de 6ème ce passa en solitaire, jonglant entre les moqueries en cours et la violence à la maison mais je m'en sortais encore malgré tout pour les notes. Marre de la solitude et ayant besoin d'intention je pris une décision bien bête mais que je ne regrette pas aujourd'hui : je parle de ma situation familiale à certaines personnes, ça marche enfin quelques personnes s’intéressent à moi ! Mais tout cela va arriver aux oreilles d'adultes... les services de protection de l'enfance seront averties, nous sommes désormais suivi par des assistantes sociales.
En 5ème/4ème malgré les chutes de mes notes j'arrive à me faire quelques amis, je vie mes deux meilleurs années au collège. Mais à la maison c'est une autre histoire, malgré que les coups ont fortement diminué, je commence à subir une forte pression psychologique chez moi, entre le père qui me traite de "tapette" "raté" "incapable" et autre joyeuseté, du côté de ma mère elle finira par me reprocher deux choses le fait d'être suivi par des assistantes sociales à cause de moi (bah oui, grâce à moi tu te fait plus frapper dessus mais au lieu de me remercier on me dit que je suis con de les avoir ramené !) et d'être l'une des raisons pour lesquels elle bois quand j'ose lui reprocher son addiction à l'alcool. Pour ce qui est du suivi des assistantes, je mentirais pas mal sur la situation, suite à la pression de mes parents et surtout à ma peur d'être placé dans une autre famille...

L'on arrive à l'année où tout à basculer... Les amis que je me suis fais en 4ème/5ème ont commençait à parler à d'autres groupes de personnes assez conséquent... j'ai essayé de m’intégrer dans ces groupes mais voilà je n'y arrivais pas, mes soit disant "amis" on fini par totalement m'abandonner, je me retrouve seul à nouveau... A la maison c'est de pire en pire, les insultes envers moi surtout de la part du père sont désormais quotidiennes, un jour je vide mon sac auprès de ma mère, en gros elle ce foutera de moi me faisant comprendre que mes problèmes ne sont rien comparait aux siens. Au collège les moqueries reprennent de plus belle... Ma peur des gens s'agrandit de plus en plus, je dors mal, les journées sont épuisantes, les notes catastrophiques, vers décembre je crois les absences ce font de plus en plus fréquentes, je deviens connu comme le gars qui rate tout le temps les cours. Au final ma présence en cours ce fait exceptionnel, je n'étais même pas là pour le brevet. L'année qui suit l'on essaye de me refaire faire une 3ème cela ce conclura par un échec, ayant l'âge de ne plus aller en cours je lâche tout.
Un seul point positif à cette isolement, tout ce temps à la maison m'aura permis d'accepter une chose que j'ai découvert vers la 4ème je pense et que je n'acceptais pas du tout : mon orientation sexuel... j'étais déjà "l'incapable qui fait boire sa mère" je ne pouvait pas en plus être homo et ça aurait donné raison à l'autre quand il me traitait de tapette.
La rentrée suivante je retente encore le coup, j'arrive à me faire accepter à un lycée, motivé pour reprendre les cours et me disant que dans un environnement nouveau ça passera surement mieux, malheureusement je n'ai pas réussi, tétanisé par la peur je n'ai même pas osé aller manger ce jour... Un nouvel échec de plus.

Aujourd'hui où j'en suis ? J'ai une peur énorme du jugement des autres, aucune confiance en moi j'évite toujours de prendre des initiatives de toute façon je vais forcément tout rater... les relations sociales en général me font peur mais d'un côté j'aimerais tellement en avoir... mais sans allez en cours et en habitant dans un trou paumé au beau milieu de la campagne comment pourrais je me faire des amis ? Et puis même sans ça je serais sûrement incapable de m'en faire, c'est tellement dure de parler avec les autres... quand j'entame une conversation avec quelqu'un tout ce mélange dans ma tête, je ne sais pas quoi dire et j'ai l'impression d'être tellement différentes de la majorité des gens, l'impression que ça fonctionne bizarrement dans ma tête... De nouvelles insultes ce sont rajouté depuis le temps, le fameux "faignant qui ne va pas en cours" que l'on me sort à chaque fois que je veux quelques choses...
Je ne sais plus quoi faire, j'aimerais tellement m'enfuir en ville (je hais tellement la campagne) mais surtout m'éloigner de ma famille, loin d'ici pour pouvoir me reconstruire, m'enfin j'aurais beau avoir 18 ans l'année prochaine que faire sans argent...
Si j'ai perdu toute affection pour le père, celui pour ma mère s'en va petit à petit... d'un côté je lui en veux d'être aussi incompréhensive, de gâcher notre vie et la sienne avec l'alcool mais elle m'a souvent défendu face à l'autre et le fait encore parfois... je crois que tout n'est pas mort pour sauver ma relation avec elle mais tant qu'elle s’entêtera à ne rien voir de ma souffrance ça risque d'être difficile... et il est hors de questions que je reparle de mes problèmes avec elle vu le résultat il y a quelques années.
Dans tout ça j''ai oublié de parler de mon frère, pour résumer il va tomber dans la drogue et finira deux fois en prison, lui aussi d'ailleurs ne m'offrira jamais de soutien, pour lui les solutions à mes problèmes sont tellement faciles j'ai qu'à "sortir en boite, me trouver une meuf ect... et ça ira mieux".
Pendant mes années collèges je me suis fait une promesse : ne jamais devenir comme mes parents et mon frère...
Mais voilà je crois que je n'ai même pas était capable de tenir cette promesse... je me mutile pour me permettre d'oublier tout ça, ce qui revient pour moi à boire comme ma mère où ce droguer comme mon frère... J'ai vraiment eu envie d'en finir plus d'une fois, la mort étant l'une des choses qui me terrifie le plus au monde même ça je suis pas capable de le faire... je ne suis décidément pas aussi fort que ce que je croyais il y a quelques années...
J'ai déjà était voir un psychiatre une fois mais je n'arrivais pas à parler... les cachets pour l'anxiété qu'elle m'a prescrit n'était pas assez fort, pareil pour le médecin mais tout le monde refuse de m'en donner des trop forts pour pas que je devienne déjà dépendant de ça à mon âge. Même chose pour les cachets pour le sommeil d'ailleurs, du coup ça peux m'arriver d'en prendre en cachette à ma mère quand je suis dans une période où je dors vraiment mal et si j'ai vraiment envie de récupérer.

Voilà, peut être oublier certains trucs mais globalement le principale est là je pense, ça fait du bien d'écrire tout ça en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ma vie, mes problèmes...   Mer 16 Mai 2012, 16:18

Faut vraiment que tu te sortes de là. D'abord, te trouver un avenir. Tu as des projets pour l'année qui vient (septembre) ? Tu es en où là dans tes études, tu as eu le brevet finalement ?

Qu'est ce que tu fais de tes journées, tu as des occupations ?

Le psychiatre, tu ne l'as vu qu'une seule fois ? Si tu n'as pas réussi à lui parler la première fois, ça ne veut pas dire que tu n'y arriveras jamais. Il faut du temps pour s'ouvrir, surtout face à un inconnu. Tu devrais y retourner et persévérer. ça me paraît même super important.
Revenir en haut Aller en bas
Mandarine




Féminin
Nombre de messages : 618
Date d'inscription : 27/12/2011

MessageSujet: Re: Ma vie, mes problèmes...   Mer 16 Mai 2012, 18:34

En fait, ton psychiatre a pas vraiment tort.
Je veux dire, c'est pas parce que tu vas mal que voir un psychiatre est obligatoire. Pas parce que t'es anxieux que tu dois prendre des cachets. Pas parce que tu dors mal que d'office tu dois penser somnifères.

Y a une personne sur Espoir qui m'a dit ça un jour, et j'avais jamais vraiment compris pourquoi jusqu'au jour où finalement tu vois un psychiatre. T'as un traitement psy, t'as des cachetons pour dormir, et que finalement ton mal-être est toujours là. Et que clairement ça change rien à ta vie.

C'est ma psychiatre qui a voulu que je vois une psychologue. C'est ma psychiatre qui a commencé mon sevrage. Le psychiatre règle pas tout. Et je suis convaincue que les cachetons ça règle pas tout non plus. J'ai ceux que je dois avoir et point. Ca sert à rien de vouloir te gaver plus que tu ne dois.

Pas parce que tu vas mal que le psychiatre est obligatoire. Par contre, une thérapie avec un psychologue qui sait ce qui fait avec ce que tu dis (je conçois c'est clairement pas évident), ça aide.

Après, faut pas imaginer que ça se règle en une séance. Loin de là. Je vois la psychiatre et psychologue depuis un gros 4 mois, et encore aujourd'hui je me demande si ça me sert. Mais clairement quand tu regardes en arrière, tu te dis ... Que ça vaut le coup. Que toutes les années de merde où t'as pas su relever la tête commence à s'étaler et que la tête sort de l'eau petit à petit.

Que des pavés comme celui-là il en existe pleins mais qu'il faut accepter d'aller mal avant de vouloir être bien. Capable de gérer le fait qu'on a pas de solutions directement avant d'avancer. De se construire avec le temps et pas sur le pouce.

Attend pas ta famille ou un tierce personne pour t'aider. C'est toi qui doit avancer pas ta famille ni ton entourage. S'ils sont avec toi c'est un plus, s'ils le sont pas c'est à toi de faire tous les pas qui sont nécessaire pour relever la tête. D'autres seront nécessaire pour comprendre, d'autres encore seront utiles pour te construire.

Ne pense à ta vie pour les autres, mais pour toi.
Revenir en haut Aller en bas
Galaxy.




Masculin
Nombre de messages : 11
Age : 22
Date d'inscription : 09/05/2012

MessageSujet: Re: Ma vie, mes problèmes...   Jeu 17 Mai 2012, 12:25

Briséïs a écrit:
Faut vraiment que tu te sortes de là. D'abord, te trouver un avenir. Tu as des projets pour l'année qui vient (septembre) ? Tu es en où là dans tes études, tu as eu le brevet finalement ?

Qu'est ce que tu fais de tes journées, tu as des occupations ?

Le psychiatre, tu ne l'as vu qu'une seule fois ? Si tu n'as pas réussi à lui parler la première fois, ça ne veut pas dire que tu n'y arriveras jamais. Il faut du temps pour s'ouvrir, surtout face à un inconnu. Tu devrais y retourner et persévérer. ça me paraît même super important.

Non aucun projet pour l'année qui vient :/ Je vois pas du tout vers quoi me diriger, rien ne me plait, et pour l'instant je pense que je n'en serais pas vraiment capable. Je me suis toujours vu faire un parcourt ""classique"" (lycée pour avoir le bac et après on verra) en attendant d'avoir plus d'idée sur ce qu'y me plairait mais ça semble pas mal compromis. Et non je n'ai même pas eu le brevet.

Mes journées, ordi, écouter de la musique, jouer aux jeux vidéos, aider un peu ma mère pour les taches ménagères parfois. Quand il fait beau ça peut m'arriver d'aller promener un peu ma chienne. Bref rien de bien passionnant.

Le psychiatre je l'ai vu pendant quoi 2 mois, seulement 4 séances il me semble mais je parlais pas du tout donc j'avais un peu l'impression que ça servait à rien. Mais tu as raison faudrait que je revois un psy, ça marchera peut être cette fois. En dehors des séances j'ai pas mal d'idée sur ce que je voudrais dire en plus mais quand la séance arrive je bloque totalement et au final rien.

Et Mandarine un psychologue le problème c'est pas rembourser par la sécu contrairement aux psychiatres donc difficile d'en voir. Mais il me semble que c'est gratuit en cmp, faudra que je me renseigne sur le plus proche de chez moi.
Mais tu as surement pas tord, j'ai jamais réfléchis à ça en faites.
Pour ce que tu dis à la fin c'est tout à fait ça, je pense que j'attends trop que quelqu'un vienne me tendre la main pour m'aider à m'en sortir mais malheureusement cette personne n'ai jamais apparu.

Je vais déjà commencer par reprendre un suivi psy, ça sera déjà un bon début je pense.

Revenir en haut Aller en bas
Mandarine




Féminin
Nombre de messages : 618
Date d'inscription : 27/12/2011

MessageSujet: Re: Ma vie, mes problèmes...   Jeu 17 Mai 2012, 12:48

Citation :
Et Mandarine un psychologue le problème c'est pas rembourser par la sécu contrairement aux psychiatres donc difficile d'en voir. Mais il me semble que c'est gratuit en cmp, faudra que je me renseigne sur le plus proche de chez moi.

Je sais c'est pour ça que beaucoup de gens vont vers les psychiatres et non les psychologues qui ont une toute autre formation que les psychiatres. Dans les CMP ils sont gratuits, oui. Après la liste est assez longue à ce que je comprends.
Je sais pas si ça existe en France, mais y a les centres de santé mentale aussi ou si c'est la même chose que le CMP, ça je sais pas te dire.
C'est là où j'ai trouvé la mienne, c'est pas remboursable en effet, mais c'est des centres qui se basent sur tes revenus. Essaye peut-être de voir par là.
Et quand bien même il n'y aurait que le CMP, prend rendez-vous, même si tu dois attendre. Même si ce jour-là tu vas bien, va s'y. C'est pas parce qu'on va bien un jour, que toute ta vie va bien.

C'est pour ça que je trouve qu'il est important que tu reprennes ta vie ne main. Quand on nous tire vers le bas, on reste dans son caca et on fait rien pour remonter. Faut saisir ce qui vent vers toi. Je pense que dans ta situation t'as pas 36 solutions. Tu peux pas te permettre de faire le difficile sur les options, j'ai pas d'autres formulations en stock.

Citation :
je pense que j'attends trop que quelqu'un vienne me tendre la main pour m'aider à m'en sortir mais malheureusement cette personne n'ai jamais apparu.

C'est le problème de beaucoup de gens dont le mien. Une fois que tu comprends que courir après les gens qui n'existent pas ne sert à rien, tu peux commencer à regarder autour de toi les problèmes autres. Si tu attends une épaule inexistante, tu peux l'attendre pendant des années, et toi rester au même point pendant des années aussi, mais j'ai pas l'impression que c'est ton but.

Tiens nous au courant pour le suivi !

Edit :
Citation :
Non aucun projet pour l'année qui vient :/ Je vois pas du tout vers quoi me diriger, rien ne me plait, et pour l'instant je pense que je n'en serais pas vraiment capable. Je me suis toujours vu faire un parcourt ""classique"" (lycée pour avoir le bac et après on verra) en attendant d'avoir plus d'idée sur ce qu'y me plairait mais ça semble pas mal compromis. Et non je n'ai même pas eu le brevet.

C'est quoi une année dans une vie ? Rien du tout. Si tu dois prendre une année pour réfléchir à ce que tu veux devenir, prends l'année pour réfléchir. Mais réfléchir ça veut pas dire glander un an et se rouler dans son caca.
C'est regardé après des petits boulots pour avoir un peu de pognon, c'est regardé si y a pas une formation qui pourrait te plaire, c'est regarder après des remises à niveau sur certaines matières, c'est faire les démarches nécessaires si tu as besoin de papier/dérogation pour des futures dérogation. C'est réfléchir en se bougeant tous les jours. Mais si tu dois prendre une année pour toi, pour voir ce que tu veux, pour reprendre ta vie en main, tu peux pas partir sur un "façon j'ai pas de plan, je ferais rien, j'ai envie de rien", parfois faut bousculer les choses pour qu'un passage se crée sur le chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Galaxy.




Masculin
Nombre de messages : 11
Age : 22
Date d'inscription : 09/05/2012

MessageSujet: Re: Ma vie, mes problèmes...   Jeu 17 Mai 2012, 13:32

Citation :
Je sais c'est pour ça que beaucoup de gens vont vers les psychiatres et non les psychologues qui ont une toute autre formation que les psychiatres. Dans les CMP ils sont gratuits, oui. Après la liste est assez longue à ce que je comprends.
Je sais pas si ça existe en France, mais y a les centres de santé mentale aussi ou si c'est la même chose que le CMP, ça je sais pas te dire.
C'est là où j'ai trouvé la mienne, c'est pas remboursable en effet, mais c'est des centres qui se basent sur tes revenus. Essaye peut-être de voir par là.
Et quand bien même il n'y aurait que le CMP, prend rendez-vous, même si tu dois attendre. Même si ce jour-là tu vas bien, va s'y. C'est pas parce qu'on va bien un jour, que toute ta vie va bien.

C'est pour ça que je trouve qu'il est important que tu reprennes ta vie ne main. Quand on nous tire vers le bas, on reste dans son caca et on fait rien pour remonter. Faut saisir ce qui vent vers toi. Je pense que dans ta situation t'as pas 36 solutions. Tu peux pas te permettre de faire le difficile sur les options, j'ai pas d'autres formulations en stock.

Centres de santé mentale je connais pas ça. En regardant vite fait pas trouver grand chose, dans le coin tout du moins.
Pour le CMP je viens de prendre l'adresse et le numéro d'un pas loin. Bien sûr je prendrais rendez vous même si je dois attendre.

Citation :
C'est le problème de beaucoup de gens dont le mien. Une fois que tu comprends que courir après les gens qui n'existent pas ne sert à rien, tu peux commencer à regarder autour de toi les problèmes autres. Si tu attends une épaule inexistante, tu peux l'attendre pendant des années, et toi rester au même point pendant des années aussi, mais j'ai pas l'impression que c'est ton but.

Tiens nous au courant pour le suivi !

Effectivement c'est pas mon but du tout, j'ai attendu un petit moment mais ça n'est jamais arrivé pas envie d'attendre encore longtemps comme ça.

Citation :
C'est quoi une année dans une vie ? Rien du tout. Si tu dois prendre une année pour réfléchir à ce que tu veux devenir, prends l'année pour réfléchir. Mais réfléchir ça veut pas dire glander un an et se rouler dans son caca.
C'est regardé après des petits boulots pour avoir un peu de pognon, c'est regardé si y a pas une formation qui pourrait te plaire, c'est regarder après des remises à niveau sur certaines matières, c'est faire les démarches nécessaires si tu as besoin de papier/dérogation pour des futures dérogation. C'est réfléchir en se bougeant tous les jours. Mais si tu dois prendre une année pour toi, pour voir ce que tu veux, pour reprendre ta vie en main, tu peux pas partir sur un "façon j'ai pas de plan, je ferais rien, j'ai envie de rien", parfois faut bousculer les choses pour qu'un passage se crée sur le chemin.

Sur ce point là j'ai toujours fait ma tête de mule. Par exemple une année de perdu je considère ça comme beaucoup et je suis pas du genre à trop me bouger pour chercher des formations tout ça, le moral actuel n'aidant pas à me donner envie de bouger faut dire et vu l'état où je suis actuellement y aurait de grandes chances que ça ce solde en échec et je le vivrais surement très mal comme quand j'ai essayer de reprendre le collège (ou d'allez au lycée) s'occuper de régler une partie de mes problèmes (surtout sur le plan social, ça me semble important d'être un minimum à l'aise avec les autres pour être capable de trouver des trucs comme une formation ou des petits boulots) me semble le plus important pour le moment.
Mais tu as raison hein, si je prends une année de plus à rester chez moi faudra que je me décide à bouger et réfléchir sérieusement à ce qui me plairait le plus.

Je vous tiendrais au courant pour le suivi déjà ^^




Revenir en haut Aller en bas
Mandarine




Féminin
Nombre de messages : 618
Date d'inscription : 27/12/2011

MessageSujet: Re: Ma vie, mes problèmes...   Jeu 17 Mai 2012, 16:32

Je te dis ça parce que bah .. Je suis dans le cas.

J'ai arrêté ma terminale au mois d'octobre pour certaines raisons. J'ai eu la chance de pouvoir déménager début janvier et de me reprendre en main. J'avoue Bruxelles y a beaucoup d'opportunités. Mais en cherchant un peu, j'ai trouvé une formation, j'ai mis des petites annonces un peu partout. Imprimé lettre de motivation, CV, et c'est clair que c'est décourageant quand t'as pas de réponse, quand c'est négatif, et qu'à un moment tu te dis : "Façon ça sert à rien, je suis une merde finie sans diplôme j'arriverai jamais à trouver quelque chose". Je dois me l'être dis une bonne centaine de fois.

Mais, ton CV même s'il est vide, bah ... Faut chercher. C'est souvent un cercle vicieux "pas d'expérience on embauche pas", puis t'envoie des candidatures pour des stages en entreprises ça sera toujours ça de pris.

J'ai trouvé un truc pour fin juin. C'est pas grand chose, mais au moins je me dis que je pourrais ajouter ça sur mon CV, que c'est pas en black pour une fois, et que ça m'ouvrir peut-être d'autres portes.

Franchement, je crois que j'étais la nana la plus angoissée de la terre dès qu'on parlait de mes études. Toujours vouloir que ça soit parfait, toujours vérifier que la direction que je prends à un sens, pas vouloir me prendre en main parce que je voulais pas reperdre une année.
Bah je crois que finalement cette année loin des bancs scolaires m'a appris beaucoup. Je reprends cette fameuse terminale en septembre, et je vois mon avenir dans les études différemment. C'est pas con d'avoir perdu encore un an. Au moins maintenant je sais ce que je veux, j'ai pris les choses qui venaient comme les venaient.

En fait, y a pas moyen de régler toute sa vie en une leçon, chaque décision que tu vas prendre va t'orienter vers d'autres et ainsi de suite. Régler tes problèmes un par un, c'est du rêve. Parce que certains (comme ta situation avec tes parents) bah, honnêtement, y a pas 36 choix possibles qui s'offrent à toi, tu vois ce que je veux dire ?
Faut prendre des risques, apprendre à lâcher prise l'espace d'un petit moment et de profiter de ce lâcher prise pour voir d'une autre manière sa vie.

C'est clairement facile à dire comme ça, je conçois. J'ai envoyé se faire foutre un bon nombre de personne avec ce discours. Mais le déclic doit venir de toi, je ne sais pas te dire ce qu'il fait que ce déclic arrive, mais quand t'as compris ce que tu voulais vraiment de la vie, tout n'est pas réglé mais ça va déjà mieux pour vouloir entreprendre de nouvelles choses et surtout de les faire durer dans le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ma vie, mes problèmes...   Jeu 17 Mai 2012, 16:51

Je plussoie Mandarine !

Citation :
Non aucun projet pour l'année qui vient :/ Je vois pas du tout vers quoi me diriger, rien ne me plait, et pour l'instant je pense que je n'en serais pas vraiment capable. Je me suis toujours vu faire un parcourt ""classique"" (lycée pour avoir le bac et après on verra) en attendant d'avoir plus d'idée sur ce qu'y me plairait mais ça semble pas mal compromis. Et non je n'ai même pas eu le brevet.
Bon, ben faut te trouver un projet.
Si tu t'es toujours vu comme ça, je comprends que ça te bloque, que tu aies du mal à voir les choses autrement. Mais tout le monde ne fait pas forcément un parcours tout simple et tout tracé et il existe d'autres façons d'arriver à tes fins. Autrement dit, ce n'est pas une raison pour ne rien faire :)
Et si tu cherchais comment passer le brevet par correspondance ? Ensuite tu aurais le choix entre aller au lycée jusqu'au bac, soit faire des études sans le bac : un BEP, un CAP, ou des concours.
Voici quelques liens :
http://www.studyrama.com/formations/bac/que-faire-avec-le-bac/sans-bac.html
http://www.letudiant.fr/metiers/avenir-sante/les-etudes-paramedicales/les-formations-sans-le-bac.html

Tu peux aussi regarder si tu as un Centre d'Informations et d'Orientation près de chez toi, tu pourras y glaner des informations ou rencontrer un conseiller.

Citation :
Le psychiatre je l'ai vu pendant quoi 2 mois, seulement 4 séances il me semble mais je parlais pas du tout donc j'avais un peu l'impression que ça servait à rien. Mais tu as raison faudrait que je revois un psy, ça marchera peut être cette fois. En dehors des séances j'ai pas mal d'idée sur ce que je voudrais dire en plus mais quand la séance arrive je bloque totalement et au final rien.
ça me fait ça aussi de temps en temps. Mais les psy' ont l'habitude de ça et peuvent t'aider, en te posant des questions etc.

Citation :
Et Mandarine un psychologue le problème c'est pas rembourser par la sécu contrairement aux psychiatres donc difficile d'en voir. Mais il me semble que c'est gratuit en cmp, faudra que je me renseigne sur le plus proche de chez mo
i.
Ben le psychiatre c'est pas plus remboursé. Mais j'pense que Mandarine voulait te dire d'aller voir quelqu'un pour parler, si c'est un psychologue ça n'a rien de gênant.
Et oui c'est gratuit dans les cmp. Et ça dépend des endroits, y'a pas forcément énormément d'attente.
Et si tu appelais cet après midi ? :)

Citation :
quand j'ai
essayer de reprendre le collège (ou d'allez au lycée)
ça peut avoir changé depuis mon époque, mais je ne crois pas que les lycées prennent sans le brevet.

Citation :
Sur ce point là j'ai toujours fait ma tête de
mule. Par exemple une année de perdu je considère ça comme beaucoup
Oui, mais du coup tu restes bloqué là dessus et tu perds encore plus de temps.
En revanche, je ne suis pas d'accord avec Mandarine quand elle te dit de prendre une année de plus. La rentrée c'est dans trois mois et demi, c'est suffisant pour décider de ce que tu veux faire. Une année de plus, c'est trop long, tu vas t'éparpiller.
Même si c'est pas pour reprendre des études ou bosser tout de suite, il me parait capital de faire quelque chose de ta vie, même si c'est du bénévolat, un sport, ...
Tu auras 18 ans quand ?

Citation :
et
je suis pas du genre à trop me bouger pour chercher des formations tout
ça
On peut changer son genre, et comme dit Mandarine, personne ne le changera, c'est à toi de le faire. Si tu te dis tout le temps "oui mais ça c'est pas mon genre / pas mes habitudes / j'ai peur que ça se passe mal" tu n'arriveras à rien. Et tu vas rester toute ta vie dans ta chambre à déprimer.

Citation :
le moral actuel n'aidant pas à me donner envie de bouger faut dire
Je verrais ça à l'inverse : tu n'as pas le moral parce que tu ne bouges pas ...
T'es arrivé à un moment de ta vie où il va falloir te forcer. ça va être dur, mais c'est ça ou rien, et tu en es capable.

Citation :
vu l'état où je suis actuellement y aurait de grandes chances que ça
ce solde en échec et je le vivrais surement très mal
Ha parce que tu vis mieux le fait de ne rien faire du tout, peut être ? ^^ la douleur que tu auras si tu échoues ne sera sûrement pas pire que celle de la vie que tu mènes en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ma vie, mes problèmes...   Aujourd'hui à 13:29

Revenir en haut Aller en bas
 
Ma vie, mes problèmes...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les apiculteurs parlent des OGM de leur problèmes face a l'envahisseur...
» Le cas Sekkah : un des problèmes du mariage avec une non-marocaine ?
» Problèmes de constipation
» Problèmes de transit
» Problèmes actuels de politique internationale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aide, Ecoute et Espoir :: Aide, Ecoute et Espoir :: Déprime, Dépression, Suicide :: Déprime, Dépression-
Sauter vers: