Aide, Ecoute et Espoir

Parler, se défouler, soulager, mais sans juger...
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
La relance de l'activité économique en Zone Espoirienne se matérialise par une effervescence sur le marché de l'espoirine, qui titre à 110 €$poirs le litre. Par ailleurs la hausse de la natalité dans la Zone Espoirienne a donné confiance dans les actionnaires des principales entreprises telles que Pizza Hutt et Honda Motors pour ne citer qu'elles, qui ont donc investi à hauteur de 150 000 milliards d'€$poirs lourds dans les projets étatiques du Royaume d'Espoir, en forte demande de crédits intéressants. A noter que le Royaume d'Espoir a vu sa note augmentée par Finch' à AA+ ce matin en raison d'un pressentiment positif sur le rebond tant attendu de la Zone Espoirienne.
"Winter is Coming" est le titre de la nouvelle campagne de promotion de l'Angélique Bar d'Espoir : au programme des festivités sont prévus des arrivages de la série du Trône de Fer en Blu-Ray ainsi que la complétion de la bibliothèque par les quinze livres de la série fétiche de Georges R.R. Martin, des averses de neige encore plus abusives, encore plus drues, limite dictatoriales, tandis que le patron Thorongil concocte chaque soir un tonnelet de vin chaud aux épices pour tous les volontaires venus se réchauffer autour du feu. Enfin, la nouvelle version du Bar d'Espoir arrive avec l'adjonction d'un sous-sol disponible depuis l'escalier et l'ascenseur principaux, où seront prochainement installés une salle avec un immense bain bouillonnant de source volcanique chaude, une salle de jeu de rôle d'apparence du plus pur style gothique, et surtout l'accès aux salles inférieures, autrefois secrètement gardées par le Patron du Bar, où chacun pourra se servir en bière, cidre et denrées non périssables à loisir grâce à l'Automne fructueux qui s'est écoulé. Car rappelez-vous : l'Hiver vient !
N'oubliez jamais ceci : "Aide, Ecoute et Espoir : Parler, se défouler, soulager...Mais sans juger."
Gloire à Améthyste pour l'exceptionnel travail de planification de la refonte structurelle d'Espoir ! Gloire à Onda pour son aide précieuse lors de la réalisation des travaux ! Gloire à elles ! Gloire à Espoir !

Partagez | 
 

 Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Chauve-souris
Sans rang fixe


Féminin
Nombre de messages : 51
Age : 105
Date d'inscription : 24/03/2011

MessageSujet: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Mer 18 Avr 2012, 19:57

Un sourire pour commencer, aux deux idiots qui sauront, et à ceux qui se douteront doucement.
Un sourire sincère et doux.

"Tu devrais te faire suivre par un psy". Ca c'est à quelques mots près ce qu'il m'a jeté, avant de me tourner le dos. Là bien-sûr c'est une question de point de vue, le dos tourné il est difficile de savoir lequel des deux à changer de sens.
"Tu devrais te faire suivre par un psy" c'est tombé, quelques heures après que je lui ai expliqué que le week-end précédent, alors qu'il s'envoyait joyeusement en l'air avec une autre, moi, j'avais eu la chance de vivre cette merveilleuse expérience qui est un viol manqué. Mon état de choc n'étant pas physique, au contraire pour le coup, j'étais plutôt embêtée que l'abruti qui a eu la merveilleuse idée de vouloir fourrer sa bite sans me consulter était un ami, voire un très bon ami. Dites vous que je n'ai jamais beaucoup aimé mon corps, que je ne trouve pas que le cul soit une activité particulièrement passionnante, alors ouai, physiquement j'en ai toujours rien à foutre. Par contre côté "confiance en la capacité de mon prochain à contrôler ses émotions" ça pique un peu.
"Tu devrais te faire suivre par un psy" c'était aussi l'écho à mon état pattent. Etat conditionné par l'attente d'un changement professionnel, la solitude du cadre de vie, et par quelques questions propres, pas tellement existentielles, je suppose qu'on peut très bien vivre sans chercher ce qui a pu nous construire, quel trouble nous dévore la nuit et depuis des années, et si ma trouille au ventre m'était propre ou purement génétique. Des questions cons je vous dis, mais qui vous boufferont jusqu'à ce que vous ayez un semblant de réponse. Mais pour revenir à mon état passé, c'était effectivement une suite de crises d'angoisses, de manque de confiance en soi et d'auto destruction calme et efficace. Je suis une nana efficace. Réellement.
"Tu devrais te faire suivre par un psy" n'ayant pas été le tenant de la conversation, fut suivi ou précédé je ne sais plus (conversation de quatre jours, oui, on aime faire les choses simplement dans cette histoire. Ou pas. ) d'un "ah oui tiens, tu te rappelles cette blonde que je connais depuis peu ? bah elle va venir vivre à l'appart vu que son copain a pas l'air trop d'accord pour la partager, elle n'a plus de toit, j'espère que ça ne t'embête pas trop ?" Je vous ai dit que j'étais en attente de changement de situation ? Mon contrat se terminait deux semaines après. J'espérais alors naïvement, pouvoir profiter d'un peu de sous de côté, pour chercher un nouveau travail, plus près de lui, et voir si éventuellement on pouvait se supporter 24/24. Mais non.
Est ce que je vous ai dit que lui, c'était juste l'homme que j'aimais, avec qui j'avais partagé plus que tout depuis des années et qui avait toute ma confiance ou presque ? Presque et c'est ce qui semble t il a pêché.
Ecorchée vif, ou presque. Je suis rentrée, j'ai fait mes cv et j'ai mordu le chat de ne saisir ma souffrance. Et j'ai fini mon contrat, en fermant ma gueule. Et puis parce que je suis une nana efficace, j'ai validé des entretiens et choisit de me perdre dans d'autres lieux, bras, alcools. Avec l'hypothèse de partir loin. Vraiment loin. Avec d'autres choses qui ont piqué. La confiance qui s'en est encore pris plein la gueule, mais peu importe : il fallait avancer, j'ai avancé. Seulement non, ça ne s'est pas fait. Ni le taf, ni le lointain. Il a encore fallu ramasser toutes ses affaires, ses broutilles, ses projets et rêves. Pour où ? je ne sais toujours pas, j'ai l'avantage non négligeable de pouvoir mettre ma vie en pause. Vraiment en pause. Je m'amuse à en pleurer de la distorsion du temps. Et voilà plusieurs mois qui ne se sont jamais écoulés. Une ellipse temporelle. Il y en aura d'autres parce que du coup sans vivre on ne soigne pas ses plaies. Par contre on laisse les croûtes se former et ça évite d'hurler de douleur au moindre geste. Ecorchée vif je vous dis.
Même dans les ellipses le temps passe, et il ne suffit pas. Bien-sûr il y a ces bras, aimés ou non, ces ombres couvertes de principes et d'amour qui m'ont accueillies, qui ont câliné, râlé, traité de con, montré le chemin, râlé encore et pansé les plaies que je m'empressais de réouvrir. Il y a mon égo qui piqué a commencé à dégonfler, mais ne vous y fiez pas. Il reste énorme. Mais comme le temps, ça ne suffit pas.

Je regarde mes pieds, du haut de la corniche. On ne peut pas dire que ma vie soit objectivement ennuyeuse en ce moment : je travaille, prends le train, embrasse des lèvres aimées et rejoins des bras compréhensifs les nuits d'insomnies. Il y a deux livres entamés dans mon sac, un carnet que je noircis régulièrement. Des projets divers, variés. Des voyages prévus et à prévoir. Des amis présents, d'autres qui brillent par leur absence. Pourtant ça ne me va pas.

Il y a cette indicible souffrance de la confiance rompue. Du rejet, et de la lâcheté de la chose. De la connerie aussi parce qu'en quatre jours il s'en est dit. Et le dégoût de ma personne bien-sûr. Parce que ce ne serait pas la première fois qu'il se casse quand j'ai besoin de lui, et s'il a répété une ou deux centaines de fois que c'était de ma faute si je tombais quand il décidait de prendre l'air, je ne suis plus sûre de le croire. A tort ou à raison. Parce que je suis peut être particulièrement chiante quand je suis en détresse, il y a des choses au dessus desquelles on passe quand on est en couple, je crois. L'ennui c'est que pas du tout, et qu'il faut que je me le rappelle régulièrement. Comme cette histoire d'autonomie, dont je n'ai pas parlé, dont on se fout.
Il y a ce suspend d'âme. Pour autre chose. Pour une autre histoire. Qui serre ma gorge. Qui est intimement liée à tout ce que je viens de raconter. Et je ne le veux pas. Je sais que ce sera la chute, dès que le temps aura décidé de refiler, je l'appréhende un peu. Les deux yeux grands ouverts.

Il y a ce corps que je n'aime toujours pas. Cette mère qui n'a jamais existé mais qui dessine encore mes destins. Il y a les yeux de l'homme a qui je dois d'avoir grandi, et leur jugement que je ne saurai défier. Et je m'en veux de ça, vous n'avez pas idée.

Je devrais peut être arrêter là. Je voulais juste vous parler de moi, pas d'espoir.
Revenir en haut Aller en bas
tchip




Masculin
Nombre de messages : 1429
Localisation : Grenobulu
Passion : La science
Date d'inscription : 21/10/2010

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Mer 18 Avr 2012, 20:58

Et bien bienvenu.

ton histoire est encore récente ?
Revenir en haut Aller en bas
Chauve-souris
Sans rang fixe


Féminin
Nombre de messages : 51
Age : 105
Date d'inscription : 24/03/2011

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Mer 18 Avr 2012, 21:10

Quelques mois, trois je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Thorongil



Masculin
Nombre de messages : 22620
Age : 27
Localisation : Ered Wethrin
Passion : Le PC
Surnom : Thor, Thothor, Tonton Gilles
Date d'inscription : 30/04/2006

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Mer 18 Avr 2012, 21:46

Un sourire à toi, Chauve-souris. Un sourire tout doux et sincère. Pour ce passé si proche et si lointain.


Tu sais, certaines histoires de coeur ont beaucoup de mal à guérir.
Moi-même je suis passé par là... Une jeune allemande de deux ans plus âgée que moi... Le pire dans l'histoire c'est que ce qui est arrivé était couru d'avance. Le pire c'est que nous savions tous deux comment ça se finirait. Elle n'a pas vraiment souffert. Moi si. Trop fragile. Trop sensible.
Faut-il se faire suivre par un psy quand on est trop fragile, trop sensible ? Je ne sais pas. Ce que je sais c'est que dans ces cas-là, avoir quelqu'un à qui parler, vider son sac et qui ne juge pas, c'est précieux.

Un psy, c'est pas la marque de la folie, de l'instabilité mentale ou de la démence. Tu le sais sans doute. C'est simplement un accompagnement le temps de digérer.

Je te dirais volontiers de voir un psy, parce qu'il ressort de ton texte une grande tristesse... Et tu le dis toi-même, tu es écorchée vive, alors t'as besoin de pansements sur tes plaies pour guérir. Des pansements, du désinfectant et de la tranquillité, du temps, de la stabilité.
Si tu cherchais cela pour commencer...La stabilité... A tout prix. Quitte à vivre sans confort.
La stabilité est un bien plus précieux que le plus délicieux bonbon au monde.
Peux-tu, as-tu la possibilité d'entreprendre ta quête de la stabilité affective, sociale etc... ? Parce que tu me sembles vraiment à côté de tes pompes, sans repères vraiment fiables...

Si tu ne commences pas par chercher un point d'ancrage, quoi que tu fasses, tu n'arriveras pas à inscrire ton changement sur la durée.
Donc ouais... Voir un psy oui. En guise d'accompagnement. En guise de premier point de repère.
Après cela, tu verras le reste. Il n'avait pas tort même si tel que ça avait l'air d'être dit c'était porteur d'un message dépréciatif. Essaie de te trouver un coin où te poser.
C'est le premier et meilleur conseil que je puisse te donner au vu de ce que tu nous dis.
Revenir en haut Aller en bas
Chauve-souris
Sans rang fixe


Féminin
Nombre de messages : 51
Age : 105
Date d'inscription : 24/03/2011

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Mer 18 Avr 2012, 22:39

Thorongil, mon cher, tu me fais pleurer. Tu sais bien que je déteste pleurer ainsi.

Ce n'est pas une histoire de coeur. Ce n'est pas ce qui me broie, pas son souvenir, pas son absence. Mon mal m'est propre. C'est presque rassurant.

Stabilité, c'est un peu ça, après tout : cette pause. Sans confort puisque je vis entre deux valises et le double de mon poids en cartons. Loin du monde. Et cet éloignement me pèse tu n'as pas idée non plus.
Une stabilité sociale ? Je bosse, et je n'ai vu personne depuis un mois. Ca compte ? Le néant est stable quelque part.
Affective. Tu sais mes émois et les froissements de mon âme ces derniers mois. Je le sais, je le sens, il n'y a rien à attendre des chemins qui se dessinent que ce soit d'un côté ou de l'autres. Et le lointain me blesse autant qu'il a pu soigner mes plaies. On m'a proposé il y a quelques jours un idéal : Des bras serrés, une épaule compréhensive, des baisers chauds et des projets simples. L'amour sans mouvement aucun, et une vie stable, pour "que j'aille un peu mieux" parce que ça lui semblait bien. Une moi. Drôle d'idée, tu t'en doutes j'ai poliment refusé. Et quelque part ça me rassure d'avoir refuser : je n'ai pas besoin d'être en couple pour me rassurer ? Ou alors c'est juste inquiétant et je fuis tout ce qui pourrait être positif en courant à toutes jambes vers ce qui s'annonce une catastrophe ( au hasard, mon dépressif tendre sans le sous et bientôt sans abris, ou l'autre double au fin fond du monde qui ne reviendra jamais et qui ne se privera pas de me perdre ? )

Quant aux repères, non effectivement je n'en ai pas/plus. Il est parti avec. Ils sont partis avec, parce que j'ai eu le deuxième pillier fort qui s'est barré aussi un peu avant cette histoire. Peut être que c'était juste mérité. Enfin qu'importe. Est ce qu'on a besoin de repère pour être dans ses pompes ?
Je suis revenue au pied du seul repère immuable, c'est un peu case départ, mais sans le fun d'avoir fait un tour complet.
Savoir d'où on part certes, ça je n'en ai jamais douté. Savoir où revenir si on est perdu, aussi. Moi j'ai besoin de savoir où je vais. Où je peux aller, vers quoi.

Du coup le coin où me poser, tu le sais, il est illusoire. Pour le moment.

Revenir en haut Aller en bas
Booh




Féminin
Nombre de messages : 7499
Age : 38
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Jeu 19 Avr 2012, 00:48

Bon avant de courir chez un psy, le coin où te poser, en attendant, ca peut dja être par ici.

Ca vaut ce que ca vaut, toujours les mêmes tête de con et quelques nouvelles têtes aussi, m'enfin ca reste un endroit où c'est possible de vider son sac sans se faire regarder en Alien.

Après, je ne pense pas qu'on a forcément besoin de repères extérieurs pour être bien dans ses pompes, mais faut au moins en avoir quelques un dans sa tête alors. Donc là à toi de voir si tes repères entre toi et toi même sont suffisant, ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Chauve-souris
Sans rang fixe


Féminin
Nombre de messages : 51
Age : 105
Date d'inscription : 24/03/2011

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Jeu 19 Avr 2012, 07:27

"avant de courir chez le psy" .. si j'ai commencé par ca, ce n'était pas pour autant dans mes projets immédiats. C'est une chose qui est d'ailleurs peu envisageable pour les prochains mois. Situation géographique et professionnelle un peu encombrante.

Dans ma tête .. on est plusieurs et la plupart du temps on s'entend bien, une bonne dose d'ironie et d'humour noir aidant a ne pas trop chuter. C'est toujours un doux chaos. Entre les envies pressées, les peurs qui broient le ventre, les désillusions. C'est humain. C'est variable. Ce matin je n'ai aucune idée de ce que je veux. Pour moi j'entends. J'avance les yeux mal ouverts vacillante, un zombie qui se rappelle vaguement où elle bosse et comment y aller. Et je sais que ce soir où demain cela passera, j'aurais ce gonflement de .. courage face a ma vie. Je viendrais vous dire que c'est le rejoindre, voyager, apprendre autre chose, voir des ailleurs. Là tout de suite tout ça me semble bien vain.

Il reste mes valeurs et principes. Qui sont vaguement stables. Je crois.

Vous excuserez ma non clarté, c'est un matin pluvieux et mal réveillé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Jeu 19 Avr 2012, 08:29

Tu mets beaucoup de formes à ce que tu écris quand même :'O !
On dirait presque un gâteau gonflé à l'hélium.


Enfin de compte ce qui te tue réellement qu'est ce ?


Le départ sale et sans respect du Mr dont tu parlais, ses paroles un peu pompeuse et sans réel intérêt ( si c'est pour dire ça et ensuite se barrer voilà le Mr quoi.. . ), l'absence de ta maman ? Qui il me semble n'est pas nouveau.

Peut-être bien que je me suis trompé, que je n'ai rien compris, c'est le matin pour moi aussi hein.

Dans la mesure du possible c'est quoi ton souhait à toi par rapport à tout ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Chauve-souris
Sans rang fixe


Féminin
Nombre de messages : 51
Age : 105
Date d'inscription : 24/03/2011

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Sam 21 Avr 2012, 23:59


Pour les formes, j'espère bien que c'est un gâteau. Avec des étoiles en sucre dessus. Ca pique moins, mais si tu préfères je peux dépecer la délicatesse et me contenter d'un cru.

Ce qui me tue réellement ? De me rendre compte des ratés que je traine. Me retrouver coincer ici, alors que ces trois dernières années avaient été salvatrices.
Le monsieur non, il a bien tabassé ce qu'il avait sous la main, ce n'est pas lui qui me tue maintenant. Son manque de respect peut être pique encore un peu, puisque certains de ses mots arrivent tout de même à mes oreilles (je n'ai pas à écouter vous me direz). Ce n'est pas le monsieur, c'est le con auquel j'aurais lié mon âme sans réfléchir, c'est celui qui avait ma confiance. Juste ça, mais c'est tellement.
Et d'autres chagrins d'amour, si cons qu'on ne voudrait pas les évoquer.

Ce n'est pas vraiment "l'absence de ma mère" c'est tout ce que ça a pu entrainer. L'absence en soit bah ouai c'est comme ça hein. C'est l'environnement dans lequel j'ai du grandir (et dans lequel je suis revenue du coup après ces quelques aventures). C'est de ne plus pouvoir faire de projets parce que là où je devrais avoir du soutien, c'est le contraire on m'enfonce. Alors ouai effectivement ya le "bah tout ce que tu as fait tu ne le dois qu'à toi" qui sonne un peu comme un "bah t'iras pas plus loiiiiin alors poses toi là et arrête de penser". C'est ça qui me bouffe c'est que le retour ici sonne forcément comme un abandon. De vie. Parce que la vie ici elle n'existe pas. Et le poids du jugement de mon père est plus lourd que tout.

Quant à mes souhaits ..
Je veux voyager, je veux me noyer dans les rencontres, et ne plus avoir de comptes à rendre. C'est mignon comme envie hein. Je trouve aussi.
J'ai besoin de me barrer d'ici c'est clair, mais pour aller où ? Je vais me perdre où ? C'est géographique là comme problème. C'est directement lié au taff aussi.


Revenir en haut Aller en bas
Chauve-souris
Sans rang fixe


Féminin
Nombre de messages : 51
Age : 105
Date d'inscription : 24/03/2011

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Mer 02 Mai 2012, 04:13

"Je me fabrique un coeur de pierre pour devenir un grand garçoooon"

Citation :
Il y a ce suspend d'âme. Pour autre chose. Pour une autre histoire. Qui serre ma gorge. Qui est intimement liée à tout ce que je viens de raconter. Et je ne le veux pas. Je sais que ce sera la chute, dès que le temps aura décidé de refiler, je l'appréhende un peu. Les deux yeux grands ouverts.

C'était un peu naïf. "Les deux yeux grands ouverts"
Finalement on a tendance à toujours savoir les choses, mais à refuser celles qui piquent trop. Je ne suis pas du genre à trop nier les choses, ça m'a pas mal coûté par le passé ("mais qu'est ce que ça a pu lui coûter ? Mon enfance, vas y tu peux pas test' ..")

Je ne sais même pas quoi lui dire. Je viens de fumer ma colère en six clopes. Il est tôt. J'ai un trou béant dans le coeur mais ça ne change pas de d'habitude. L'avantage c'est que d'ici dimanche j'aurais fait le tour de toutes les épines que j'ai pu y planter, et qu'au moins je ne viendrais plus chialer à cause de mes sentiments.
Revenir en haut Aller en bas
Booh




Féminin
Nombre de messages : 7499
Age : 38
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Mer 02 Mai 2012, 09:21

En quoi le fait de nier les choses t'a couté ton enfance ?
Revenir en haut Aller en bas
Chauve-souris
Sans rang fixe


Féminin
Nombre de messages : 51
Age : 105
Date d'inscription : 24/03/2011

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Lun 11 Juin 2012, 23:43

C'est dégueulasse mais c'est comme ça.

Et j'ai toujours aussi peur de l'inertie.
Et je ne sais pas plus où je vais. Je repousse mon brouillard au fur et à mesure des dates fixées.

- 18 juin : médecin/psy. Pour refaire le point, pleurer dans le papier qui protège la table de consultation. ( Note à moi même : lui offrir une boite de mouchoir )
- 19 juin : ostéopathe. Deuxième combat. Parce que mes douleurs, blessures, sont encrées dans ma chaire, et que mon corps joue contre moi.
- 22 juin : Code. Examen.
- 30 juin : Poisson. J'ai dit encrer ? Dans le bras gauche, par un pêcheur. Je n'ai toujours pas reçu le dessin.
- 7 juillet : Paris. Elles. Eux.
- 21 juillet : Mariage d'Emilie.

Je ne vois pas plus loin.
J'ai un peu peur d'y être.
Un peu.

J'ai ressigné mon contrat. Pour le fun, jusqu'au 31 août. Partout on me souffle que je pourrais rester plus longtemps. "Longtemps" ça à le goût de "toujours". Comme "plus tard" avait celui de "jamais".
Et ça n'a l'air d'enmerder personne à part moi.

"Le soucis c'est que quand tu parles, on a l'impression que le facteur temps n'existe pas."
Je n'ai pas ouvert mon agenda depuis début mars. Depuis que je suis ici. Je n'y arrive pas. Ca voudrait dire reprendre la vie, reprendre le temps. Accepter que. C'est une vie, et la mienne puisque personne d'autre n'a l'air de la vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Booh




Féminin
Nombre de messages : 7499
Age : 38
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Mar 12 Juin 2012, 00:00

Et pourquoi "toujours" t'emmerde ?
Revenir en haut Aller en bas
Mandarine




Féminin
Nombre de messages : 618
Date d'inscription : 27/12/2011

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Mar 12 Juin 2012, 14:27

Tu fais les choses parce que tu dois les faire ? De quoi as-tu envie réellement ?
Revenir en haut Aller en bas
Chauve-souris
Sans rang fixe


Féminin
Nombre de messages : 51
Age : 105
Date d'inscription : 24/03/2011

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Mer 25 Juil 2012, 13:53

Toujours. Parce qu'il limite les horizons, et que je ne me contenterai pas du bonheur fade de ma naissance : je veux autre chose. Je veux vivre. Pour moi, entière.
Quant à mes envies, je n'en ai pas. Et c'est aussi bien.

Le mariage est passé. Il a demandé ce que je faisais le week end prochain, avec un sourire a faire disparaitre le ciel et les étoiles. Et moi je souris.

22 août le médecin. C'est important de s'y tenir.

Je vais finir par réouvrir cet agenda. Raccrocher mes griffes au temps et au monde. Il faut vivre non ?

Il y a de nouvelles questions. D'autres que j'ai réglé à coup de rencontres, de hasards.
Revenir en haut Aller en bas
Chauve-souris
Sans rang fixe


Féminin
Nombre de messages : 51
Age : 105
Date d'inscription : 24/03/2011

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Ven 07 Sep 2012, 15:19

Tiens je viens de louper le permis.

YOUHOU.

Sinon ça va.
Revenir en haut Aller en bas
vpc




Féminin
Nombre de messages : 3209
Date d'inscription : 21/09/2008

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Sam 08 Sep 2012, 00:11

Eh merde.

Tu le savais ou tu as eu " la surprise " ?
Revenir en haut Aller en bas
Chauve-souris
Sans rang fixe


Féminin
Nombre de messages : 51
Age : 105
Date d'inscription : 24/03/2011

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Jeu 13 Sep 2012, 12:01

Ah bah vendredi dernier je sortais de l'épreuve .. AHAH. Entre temps ça a bien été confirmé.
Revenir en haut Aller en bas
vpc




Féminin
Nombre de messages : 3209
Date d'inscription : 21/09/2008

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Jeu 13 Sep 2012, 12:02

C'était ton premier passage ?
Revenir en haut Aller en bas
Chauve-souris
Sans rang fixe


Féminin
Nombre de messages : 51
Age : 105
Date d'inscription : 24/03/2011

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Jeu 13 Sep 2012, 13:18

Yeap.

Deuxième essai le 24. Il faut que je pense à faire des cupcakes à la nana de l'auto école. En même temps là j'ai besoin de l'avoir faudrait que je me remette à chercher du boulot. Et comme on commence à fantasmer sur la Réunion, il faut ce gneuh de permis. Lalala.

Revenir en haut Aller en bas
vpc




Féminin
Nombre de messages : 3209
Date d'inscription : 21/09/2008

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Jeu 13 Sep 2012, 23:19

Bon courage.

Tu sais en quoi tu avais merdé ?
Revenir en haut Aller en bas
Deicide




Masculin
Nombre de messages : 292
Date d'inscription : 25/12/2007

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Mar 18 Sep 2012, 23:23

Le permis c'est vraiment un calvaire! Pour ma part mon directeur d'auto-école ne veut même pas me le faire passer alors... ^^

Bonne chance pour l'avoir le 24.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Mer 19 Sep 2012, 14:50

Au moins tu as déjà une deuxième date. Tu vas reprendre des leçons entre temps ?

Je compatis, j'en suis à trois fois moi ...
Revenir en haut Aller en bas
Chauve-souris
Sans rang fixe


Féminin
Nombre de messages : 51
Age : 105
Date d'inscription : 24/03/2011

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Jeu 22 Nov 2012, 13:40

C'est un océan.
De l'encre à perte de vue, des vagues et l'insondable.

C'est un putin d'océan, et nous naviguons parmi les pirates depuis des siècles déjà.

J'ai un nouveau chapeau, un gavroche violet énorme qui ferait sourire n'importe qui.

Il y a des mots inconnus qui sonnent mieux que tout.
Il y a la fin, qui arrive à grands pas. Si simple et si certaine. Nous la regarderons, assis loin de tout ça. Sans un sanglot. Bien sûr je viens de trahir mon titre. Bien sûr je suis toujours la seule putin de crétine à sangloter pour la mort des feuilles mortes. Pour l'hiver qui prend la gorge dehors. Pour les fins. J'ai toujours détesté les fins et voilà que mon sommeil s'est échappé. De nouveau.

J'ai repris le train. Pour nul part parce que ça reste la destination la plus certaine. L'errance c'est un peu le mauvais sort des fous.

Et la folie ..

Oui bien sûr, je devais affronter les médecins pour comprendre le cas. Non je ne l'ai pas fait, pas plus que le reste. Je l'ai tout de même pris à bras le corps, dans mes mains, dans mon sang, un dossier poussiéreux. Et comprendre.

Est ce que l'on meurt des cancers ? il faut bien mourir de quelque chose. Son sourire me manquerait une éternité ou deux. Des fois je souffre de ces conneries, des histoires d'âmes soeurs. Que l'on ne connait plus assez. Que l'on aimerait choyer.

"N'est ce pas le plus rouge que porte ces joues ?" ... "Je suis comme l'Homme-Joie quand tu viens me voir Bouton"




Revenir en haut Aller en bas
Chauve-souris
Sans rang fixe


Féminin
Nombre de messages : 51
Age : 105
Date d'inscription : 24/03/2011

MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Jeu 22 Nov 2012, 21:16

Il meurt autant que moi. FUCK.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.    Aujourd'hui à 19:20

Revenir en haut Aller en bas
 
Je ne tiens pas à vous parler d'espoir.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Voulez-vous parler Limousin Occitan ?
» LOGAN + RUBY + AVA - J'aimerais vous parler ...
» je vous tiens au courant.....
» réunion "parler pour..." le jeudi 13 décembre à Veyrins
» Kinshasa 16 février 1992, la marche pacifique des chrétiens se termine dans le sang.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aide, Ecoute et Espoir :: Aide, Ecoute et Espoir :: Déprime, Dépression, Suicide :: Déprime, Dépression-
Sauter vers: