Aide, Ecoute et Espoir

Parler, se défouler, soulager, mais sans juger...
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
La relance de l'activité économique en Zone Espoirienne se matérialise par une effervescence sur le marché de l'espoirine, qui titre à 110 €$poirs le litre. Par ailleurs la hausse de la natalité dans la Zone Espoirienne a donné confiance dans les actionnaires des principales entreprises telles que Pizza Hutt et Honda Motors pour ne citer qu'elles, qui ont donc investi à hauteur de 150 000 milliards d'€$poirs lourds dans les projets étatiques du Royaume d'Espoir, en forte demande de crédits intéressants. A noter que le Royaume d'Espoir a vu sa note augmentée par Finch' à AA+ ce matin en raison d'un pressentiment positif sur le rebond tant attendu de la Zone Espoirienne.
"Winter is Coming" est le titre de la nouvelle campagne de promotion de l'Angélique Bar d'Espoir : au programme des festivités sont prévus des arrivages de la série du Trône de Fer en Blu-Ray ainsi que la complétion de la bibliothèque par les quinze livres de la série fétiche de Georges R.R. Martin, des averses de neige encore plus abusives, encore plus drues, limite dictatoriales, tandis que le patron Thorongil concocte chaque soir un tonnelet de vin chaud aux épices pour tous les volontaires venus se réchauffer autour du feu. Enfin, la nouvelle version du Bar d'Espoir arrive avec l'adjonction d'un sous-sol disponible depuis l'escalier et l'ascenseur principaux, où seront prochainement installés une salle avec un immense bain bouillonnant de source volcanique chaude, une salle de jeu de rôle d'apparence du plus pur style gothique, et surtout l'accès aux salles inférieures, autrefois secrètement gardées par le Patron du Bar, où chacun pourra se servir en bière, cidre et denrées non périssables à loisir grâce à l'Automne fructueux qui s'est écoulé. Car rappelez-vous : l'Hiver vient !
N'oubliez jamais ceci : "Aide, Ecoute et Espoir : Parler, se défouler, soulager...Mais sans juger."
Gloire à Améthyste pour l'exceptionnel travail de planification de la refonte structurelle d'Espoir ! Gloire à Onda pour son aide précieuse lors de la réalisation des travaux ! Gloire à elles ! Gloire à Espoir !

Partagez | 
 

 La schizophrénie, une maladie qui fait peur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Sima




Féminin
Nombre de messages : 1285
Age : 26
Date d'inscription : 17/11/2010

MessageSujet: Re: La schizophrénie, une maladie qui fait peur   Sam 20 Nov 2010, 20:44

Pour ma part, je ne connaissais pas énormement de choses sur cette maladie. Je n'avais jamais contoyé de personnes schizophrénes IRL. Cette année j'ai pu discuté rapidement avec l'une d'entre elles dans une maison de retraite médicalisée dans le cadre de mon stage. J'avais du mal à comprendre ce qu'elle me disait mais je ne me suis pas sentie en danger ou autre. Elle me paraissait calme, je dirais "dans son monde".

Autours de moi je ne sais pas ce qu'on en pense. Il manque de l'information, ou bien les gens ne pensent pas à aller les chercher.
Je déplore les phrases telles que "mais t'es schizo toi", comme pour toutes les autres maladies qu'on utilise un peu n'importe comment.
Voilà mon avis^^
Revenir en haut Aller en bas
Booh




Féminin
Nombre de messages : 7499
Age : 38
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: La schizophrénie, une maladie qui fait peur   Sam 20 Nov 2010, 23:37

Un ami à moi est officiellement diagnostiqué schizo.

Mais pour autant, "témoigner", ca ne me parle pas, parce que ben pour moi, H. c'est H., et pas un "malade"... C'est un ami, avec qui je passe pas mal de temps, qui me saoule souvent, que j'adore tout aussi souvent.

Après, sincèrement, avec ou sans diagnostic funky, je dirais qu'aucun de mes amis n'est M. ou Mme Normalité & Santé Mentale...

Donc on a pris pour habitude, tous autant qu'on est, d'accorder une importance assez limitée aux blocages de l'un, aux crises d'angoisse de l'autre, aux rituels flippés de l'autre encore, tout ca...

Et bon, je pense qu'on s'en porte tous d'autant mieux que ouais, on est là les uns pour les autres, on est là quand un ne gère pas, mais sans faire du "olala, c'est à cause de sa maladie"...

Accessoirement, pour nuancer le "les médics c'est à vie" qui va souvent avec le diagnostic de schizophrénie : ca fait un an et des brouettes qu'il a arrêté les médics qu'il prenait (AD, neuroleptique et anxio), avec l'accord de son psy. Et il n'a pas pour autant "rechuté"... Alors oui, c'est un gros angoissé de la vie qui bloque des fois dans des situations qui paraitraient "normale" à un autre, il a beaucoup de mal à organiser ses pensées et ses actions de manière logique (si tu lui dis "va jeter ça" et qu'en même temps tu lui tends un truc qu'il doit tenir, tu le vois se figer parce que complètement incapable de traiter les deux informations en même temps... bien qu'il ait un QI largement au dessus de la norme), oui il a du mal à sentir les limites des gens (genre euh... il n'a aucune notion, naturellement, de "quand il est envahissant"... ce qui peut être des fois assez difficile à gérer pour ses potes...).

Mais bon, avant tout c'est H., meilleur MJ que je connaisse pour plein de jeux de rôles, H. et son échiquier, H. et son bordel.

Et franchement, c'est vachement mieux comme ca.

A noter que oui, y a genre le père d'une de ses amies qui a interdit à sa fille de le revoir. Parce que son diagnostic était revenu à ses oreilles. Et ca, franchement c'est juste à gerber,.
Revenir en haut Aller en bas
Thorongil



Masculin
Nombre de messages : 22632
Age : 27
Localisation : Ered Wethrin
Passion : Le PC
Surnom : Thor, Thothor, Tonton Gilles
Date d'inscription : 30/04/2006

MessageSujet: Re: La schizophrénie, une maladie qui fait peur   Dim 21 Nov 2010, 10:59

Puisque tu y es confrontée de près, Booh, pourrais-tu nous dire comment tu penses que les gens perçoivent cette maladie ? Pas seulement ceux autour de toi, mais plus généralement en Suisse ?
Quel est le climat de confiance face aux schizos ?
Revenir en haut Aller en bas
Booh




Féminin
Nombre de messages : 7499
Age : 38
Date d'inscription : 27/11/2007

MessageSujet: Re: La schizophrénie, une maladie qui fait peur   Dim 21 Nov 2010, 13:58

Franchement, c'est encore vachement perçu comme un truc allant entre "oualalalala" et "c'est des gens très dangereux".

Après, c'est pas mal le cas pour la "maladie mentale" en général, parce que je vois pas mal les même réaction autour du trouble borderline (ce qui me fait un poil grincer des dents au passage, parce que je suis théoriquement diagnostiquée borderline, hum).

Difficile, cela dit, de généraliser le "En Suisse".

Disons que j'ai deux expériences complètement différentes :

- Dans ma vie privée, je fuis pas mal comme la peste les gens normativo-normatifs. Les lieux où je passe mes moments libres sont pas mal des lieux alternatifs, peuplés de gens pas mal cabossés par la vie, dont certains ont vécus dans la rue, dont la majorité vivent ou ont vécu dans des squatts. Pour le coup, l'ouverture est vachement différente, et nos cicatrices de viandage, nos bizarreries, le diagnostic de H. , le fait que l'un ou l'autre se retrouve à angoisser dans un coin, ou autres trucs du genre, ça passe pas mal comme une lettre à la poste...

- Par contre, dans ma vie professionnelle, je me prends pas mal en pleine tête que cette ouverture, elle est assez loin d'être répandue... Même dans le milieu éducatif, où on a un minimum de formation sur les pathologies psy, et où on est un peu supposé avoir une certaine ouverture.
J'ai surpris des collègues en pleine "panique" parce qu'une mère d'un gamin, schizo et ayant décidé que prendre ses médics était optionnel, était en pleine crise et tenait des propos incohérents et plus ou moins agressifs à l'endroit des éducateurs du foyer... Tout de suite c'était du "Oh lalala, schizophrénie = fou dangereux" qui revenait dans les conversations.
Conversations que j'ai lachement - j'avoue - esquivées, parce que ça commence à devenir un peu trop flag à mon boulot que j'ai un parcours et un entourage assez funky sur ce plan... Et je sais clairement - ce qui démontre aussi l'ouverture d'esprit... - que je serais "mal vue" si ça se sait un peu trop...
Cela dit, j'ai entendu aussi des trucs assez infects sur les borderlines par les mêmes collègues. Ainsi que des critiques sur les gens qui se "shootent aux anxios" (alors que je sais que les personnes dont elles parlaient ne le font clairement pas à usage récréatif, mais ben.. ils prennent des anxios parce qu'ils en ont besoin, quoi)... Etc etc.

Clairement y a encore du chemin à faire sur l'acceptation de la maladie psy.

Y a d'ailleurs eu la semaine dernière un reportage sur les HP sur TF1 que j'ai regardé avec un mélange d'envie de rire, de pleurer et de vomir tellement c'était "regardez ces fous dangereux", avec des amalgames moisis entre schizo et psychopathes, etc etc...
Revenir en haut Aller en bas
kelkun_kelkepart




Féminin
Nombre de messages : 218
Age : 29
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: La schizophrénie, une maladie qui fait peur   Dim 21 Nov 2010, 19:42

ouai enfin booh ce reportage c'est pas une reference vu que c'était sur les UMD mais bon clairement on parle souvent des phases aigues parfois dangeureuses (pour le patien moins pour le reste du monde) de la maladie rarement pour ainsi dire jamais les personnes malades dans leur vie quotidienne....

ensuite c'est quand meme pas croyable : les gens " du métier psy" sont peu ouvert sur ce qu'il se passe autour d'eux comme ils font l'autruche sur tout ça...
si ça se trouve on explique tout ça a n'importe quel glandu au hasard dans la rue il aurait plus d'ouverture d'esprit!!!
Revenir en haut Aller en bas
Thorongil



Masculin
Nombre de messages : 22632
Age : 27
Localisation : Ered Wethrin
Passion : Le PC
Surnom : Thor, Thothor, Tonton Gilles
Date d'inscription : 30/04/2006

MessageSujet: Re: La schizophrénie, une maladie qui fait peur   Lun 07 Fév 2011, 15:13

La vision de la maladie mentale (et de la schizophrénie en particulier) par la société


Qui n'a jamais entendu parler à la télévision de "schizophrène dangereux", de "criminel aux antécédents psychiatriques" ? Personne sans doute.
Tous autant que nous sommes, nous avons des idées reçues, ce n'est pas nouveau, l'intégralité des philosophes depuis l'Antiquité sont tombés d'accord à ce sujet, c'est un travers que nous devons combattre.
Certains auront préférentiellement une dent contre les tziganes ou romanichels, d'autres contre les arabes, les noirs, les turcs, j'en passe et des meilleurs...
Mais il reste une catégorie de personnes qui est tout autant touchée par les préjugés à leur encontre et qui n'ont pour ainsi dire presque personne pour les défendre dans nos médias, à qui ce rôle incomberait pourtant...

Les malades mentaux. Ces derniers sont des victimes de la vie, pourtant ils ne cessent de faire peur. Régulièrement un reportage sur les UMD (comprenez "Asiles Arkham pour fous dangereux français" en langage médiatique) vient ponctuer l'actualité faite de morts, de violences et de chaos, si possible avec des malades mentaux pour bien faire. Plus récemment un jouet appelés "skyzos" avec une face "good" et une face "evil" a été retiré par son fabriquant grâce à l'action de personnes touchées par la schizophrénie, que ce soit via leur métier ou leur expérience personnelle.
Nous allons donc tenter d'expliquer ce phénomène de défiance (au vu de vos témoignages divers) envers les malades mentaux dans la société.


Qu'est-ce qu'une maladie mentale ?


Une maladie mentale c'est une maladie qui touche le psychisme d'un individu... Cela peut être aussi bien de la paranoïa qu'un trouble obsessionnel compulsif ou de l'hystérie.
Mais dans nos sociétés occidentales, ce qui est considéré à tort comme "maladie mentale" à l'exception de toutes autres catégories, c'est le groupe des "psychoses" comme dirait Tonton Freud, qui regroupe toutes les maladies mentales où l'individu perd contact, partiellement ou totalement, avec la réalité.


Pourquoi font-elles peur ?

La réponse diffère d'une personne à une autre... Nous avons chacun nos propres raisons de craindre tel ou tel archétype fantasmé. Mais la première raison à invoquer est le manque FLAGRANT d'informations auprès du grand public.

Mais tout d'abord faisons un aparté...

Toutes les psychoses font peur c'est indéniable... Que ce soit la paranoïa dans ses formes les plus spectaculaires ou la maniaco-dépression... Toutes ces personnes condamnées à prendre des neuroleptiques pour aller bien se voient stigmatisées...
Mais parmi toutes celles-ci, une famille de psychoses remporte la palme du musée des horreurs psychiques fantasmées : la schizophrénie. Ça tombe bien, ce sujet en parle.

Pourquoi celle-ci fait-elle si peur ? Parce qu'elle condense à elle seule tous les clichés sur ce que nos ancêtres appelaient la "folie" : le délire totalement désorganisé et incohérent, le langage incompréhensible, torturé et tordu, à la limite de la possession démoniaque, les hallucinations qui sont la cause de nombreux fantasmes sur "le monde invisible que les Elus voient", le comportement décalé au plus haut point avec la norme, où l'on constate parfois des accoutrements pour le moins étrange comme s'enrouler une feuille d'aluminium autour de sa tête pour éviter le contrôle à distance par les chinois illuminatis du FBI sioniste... Et en prime l'agitation majeure de ces personnes, qui dans un temps pas si lointain, étaient condamnées à la camisole de force entre quatre murs. Et surtout, surtout l'impression que le schizophrène a deux personnalités...Celle-ci coûte cher encore aujourd'hui à tous ceux qui sont frappés de ce mal.

Voici résumé en quelques lignes ce que, dans l'imaginaire populaire, représente la folie.

Et si la folie fait peur dans nos sociétés occidentales, ce n'est pas par hasard mais c'est le fruit d'une longue évolution de la façon de considérer la folie à travers les âges.
Autant avant le christianisme ceux qu'on pourrait qualifier de "fous" étaient vus comme des sorciers, des magiciens ou des prophètes même, autant après l'arrivée du christianisme, l'âge du prophétisme s'éteint tout doucement...Et les anciens prophètes de nos ancêtres se voient peu à peu relégués au rang d'indésirables...La Renaissance et son cortège d'Inquisitions mettant un point final à la relative considération envers les "fous". Dorénavant, ils ne sont plus que chair à bûcher, bons à embastiller et à enchaîner.

Oui, sans nul doute la religion chrétienne a beaucoup joué dans la déconsidération des fous, en les regardant comme des possédés...Ce qui n'est pas loin du concept de "fou dangereux".

Mais à notre époque, depuis disons la seconde moitié du XXe siècle, un phénomène récent fait que les fous sont pointés du doigt : les neuroleptiques. Ceux-ci, apparus vers la fin des années 50, permettent aux fous de se libérer de leurs chaînes et de réinvestir la Cité. Seulement la Cité se retrouve confrontée au regard d'étrangers complets jusque dans leur raisonnement, elle qui jusque là se contentait de jeter un voile pudique sur la déchéance de ces êtres, ne peut décemment plus les laisser croupir comme des prisonniers dans leurs cellules capitonnées. Vient un mouvement désaliéniste assez hétéroclite de psychiatres, de psychanalystes et de philosophes combattant le système asilaire mis en place au XIXe siècle (les asiles d'aliénés, pour en savoir plus voyez Vol au-dessus d'un nid de coucous, cela vous donnera une idée de la chose).
Comme il n'y eut aucune préparation de la Cité au retour des fous, il y eut forcément une réaction face à ce dit retour.
Et c'est là que nous arrivons au coeur du problème :



Le rôle des médias

Qu'est-ce qu'un média ? Simplement un moyen de communication entre des auteurs et un public. Souvent il est à sens unique : la télévision, l'imprimerie, la radio... Plus récemment on voit apparaître un média particulier où auteurs et public peuvent se confondre : Internet.

Eh bien ces médias à sens unique que sont les chaînes de télévision, les stations de radio ou les journaux et magazines papier n'ont pas été plus préparés au retour des fous que le reste de la Cité. Les rédacteurs de ces médias sont des gens tout aussi ordinaires que les autres, ils ne sont pas des dieux vivants de la connaissance et de plus n'ont pas toujours la bosse de l'exactitude.

Lorsqu'un fou défraye la chronique, que constate-t-on comme réaction dans ces médias ? Prenons pour exemple celui de ce jeune ex-prof irlandais, échappé d'un hôpital psychiatrique où il était pour tentative d'homicide.

Réactions : "Comment se fait-il qu'on ait laissé un schizophrène enseigner à des enfants ?" ; "Pourquoi n'a-t-on pas vérifié son casier judiciaire avant de l'embaucher comme prof ?" ; "Et s'il avait tué un jeune de son établissement ?" ; "A qui revient la faute d'avoir accepté ce prof ?"
Que du négatif entendu autour de cette "affaire" nous en conviendrons.

Pourtant un peu de sens critique aurait pu dissiper certains malentendus :
Il n'était pas logique de vérifier le casier judiciaire d'une personne avant de l'embaucher dans un établissement scolaire. On peut être prof et avoir un casier pour vol à l'âge de 18 ans, comme erreur de jeunesse...
En quoi un schizophrène stabilisé ne pourrait-il pas donner cours à des enfants ? Tout dépend, après tout, de sa stabilité et de sa solidité psychique.
Il n'y a guère plus de chance que ce jeune prof tue un élève dans son cours, que le CPE de violer une collègue prof. Tant que rien n'a été tenté, il ne sert à rien d'épiloguer sur la possibilité hypothétique d'un éventuel meurtre. Les affaires de meurtre commencent quand on trouve un cadavre.
Et de quelle faute parle-t-on ? En quoi serait-ce une faute d'engager un prof schizophrène ? S'il ne pose aucun soucis, où est le problème ?

Cette "affaire" commence par la révélation de son histoire, à ce prof, suite à des propos incohérents qu'il tenait...Propos qui ont mis la puce à l'oreille de l'administration.
C'aurait pu en rester là. Mais les médias s'en sont mêlés. Pourquoi ?

Tout d'abord parce qu'une histoire sordide ça fait vendre, encore plus quand ça touche les profs (fainéants notoires et incapables), les schizophrènes, les tentatives de meurtre et les évasions d'HP (comme le ferait un prisonnier dangereux. Ahah !).
Ensuite parce que l'effet boule de neige exige que si votre voisin en parle, vous en parliez aussi. Si TF1 parle d'un schizophrène dangereux qui aurait découpé en morceaux un policier, il est inévitable que France2 et France3, M6, Canal+ et tous les autres en parlent pour garder leurs parts de marché.
Enfin parce qu'il est logique de parler de folie dans un contexte de défiance profonde envers les fous ; si les médias parlent des schizophrènes dangereux, ce n'est pas tant parce que ce sont des gros pervers de "normopathes" qui adorent se moquer de ceux qu'ils haïssent...que parce que ces médias sont le reflet de notre société et de la façon dont nous réfléchissons. C'est parce qu'il existe un marché de l'audimat autour du schizophrène dangereux que les médias en parlent.

Une des membres d'Espoir qui m'avait donné par Message Privé son avis sur la vision de la maladie mentale par les médias avait fait la remarque suivante : les journalistes et hommes politiques n'hésitent pas à se traiter de schizos et d'autistes devant les caméras. Ils sont censé représenter un modèle de probité mais restent des hommes de notre siècle. S'insulter de schizo, parano, autiste, maniaque, psychopathe... Ce sont des mots devenus courants dans nos sociétés occidentales.

Alors qui nourrit la peur des fous ?

Un peu tout le monde : l'Histoire nourrit inconsciemment notre imaginaire collectif d'images d'Epinal sur la folie. Notre imaginaire collectif s'appliquant à chacun de nous, nourrit les fantasmes sur la folie, qui provoque l'ouverture d'un marché de l'archétype méchant du fou dangereux, qui provoque de nombreux articles, reportages, émissions et même des films...sur les fous dangereux, ce qui renforce notre imaginaire collectif à ce sujet dans le mauvais sens.


Oui, mais on ne peut pas nier la dangerosité de certains fous ?

Certes pas. Toutefois maintenant que vous savez tout des origines de la défiance envers les "fous dangereux" (autres façons de dénommer cela : "les schizophrènes dangereux" ou "les psychopathes", "les psychotiques"... Il est grand temps de mettre au point certains préjugés sur les malades mentaux :

Ils ne sont pas plus dangereux (sinon moins) que la moyenne des gens. Au contraire les statistiques montrent qu'il il y a un peu plus de chances d'être tué par quelqu'un de sain d'esprit que par un malade mental. Les malades mentaux dangereux représentent 1% du total de personnes atteintes de troubles mentaux.

Les schizophrènes ne sont pas Dr Jekyll et Mister Hyde. Il est rare qu'un schizophrène ait une double personnalité. Encore moins un double maléfique.

Inutile d'être effrayé quand vous voyez quelqu'un qui est malade mental, il a sûrement plus peur que vous. Les malades mentaux sont souvent très sensibles et moins agressifs que vous (surtout maintenant vu les traitements de cheval qu'ils se tapent). Et ils souffrent de l'ostracisme envers eux, comme tout un chacun.

Avant tout un malade mental c'est pas un diagnostic. Le malade mental a toujours un nom de famille et un prénom. Souvenez-vous qu'il n'est guère différent de vous : il y a beaucoup plus de personnes ayant une structure psychique prédisposant à la psychose qu'il n'y paraît.


Si vous voyez une personne en plein délire manifeste, surtout n'ayez pas peur. Il faut être calme. Essayez plutôt de l'emmener aux urgences psychiatriques du coin pour qu'elle passe une nuit un peu paisible... Si si, ça peut être un refuge utile. Mais n'utilisez jamais l'HP comme une menace. C'est anti-productif.

Les médias sont souvent possédés par le démon de la Norme. Fuyez-les comme la peste dès que ça parle d'UMD ou de fou dangereux. Préférez les sources reconnues par les professionnels et par votre sens critique.

Une personne atteinte de troubles mentaux n'est POTENTIELLEMENT dangereuse que si elle ne prend pas son traitement et consomme de l'alcool, des drogues et si elle n'est plus insérée dans la société. C'est le cas de la plupart des personnes ayant défrayé la chronique pour avoir tué ou tenté de tuer durant un épisode psychotique.

La psychose n'est pas permanente. Dans la majorité des cas, la psychose (c'est à dire l'épisode de décrochage d'avec la réalité) ne dure pas indéfiniment, mais par épisodes de crises limitées dans le temps.Pour autant les "psychotiques" ont d'autres symptômes qui eux, restent sur la durée.

L'hôpital psychiatrique ce n'est plus un asile d'aliénés. Il est excessivement rare d'y voir utilisées des camisoles de force, la camisole chimique l'ayant remplacée avec succès partout. Les électrochocs sont une thérapie (très discutable j'en conviens sans soucis) utilisée avec parcimonie et avec un protocole strict. Et la contention physique des patients reste exceptionnelle... L'HP n'est plus une prison !

Ceux qui entrent en hôpital psychiatrique ne sont pas des cas irrécupérables de la société. Au contraire si ils y entrent c'est dans l'espoir de les stabiliser pour qu'ils puissent reprendre une vie aussi normale que possible.

UMD ne signifie pas "Unité pour Malades Dangereux" mais "Unité pour Malades Difficiles" ! Autrement dit n'y entrent pas que les personnes ayant eu un non-lieu psychiatrique mais aussi les patients qui posent problème dans leur hôpital local. Que ce soit pour des questions de gérer les crises que de résistance à tous les traitements mis en place.



Pour autant en France, de nombreuses associations existent pour aider les familles et amis de personnes malades psychiques comme l'UNAFAM ou Schizo'sent dire pour les malades mentaux eux-même (sponsorisée comme par hasard par le créateur d'un célèbre antipsychotique)...Celles-ci sont finalement très peu connues du public, pourtant bien plus touché par la question de la maladie mentale que l'on ne veut le croire.
Enfin sur Internet il existe de nombreux forums, plus ou moins grands, où les personnes touchées par la maladie mentale peuvent se retrouver. Ceux-ci sont trop peu mis en avant.
L'action militante contre les préjugés sur la maladie mentale existe et porte même ses fruits, mais à une échelle trop modeste pour influencer les médias qui eux, sont au coeur de cette machine de défiance envers ces cabossés de la vie.

Dorénavant vous saurez quoi faire quand vous verrez une émission sur les UMD à la télévision ou quand vous entendrez un reportage d'actualité sur un crime fait par un schizophrène dangereux (peu importe le crime, une simple prune est un crime quand c'est un fou qui doit la payer. ) : éteignez le poste et allez plutôt sur Espoir pour aider un membre en souffrance.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La schizophrénie, une maladie qui fait peur   

Revenir en haut Aller en bas
 
La schizophrénie, une maladie qui fait peur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» UNE CAMERA CACHEE ( Fille qui fait peur dans un ascenseur)
» Un Visiteur sur la Plage qui fait Peur
» La spiritualité ça fait peur ?
» la piscine ...
» Bonne Jeudi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aide, Ecoute et Espoir :: Aide, Ecoute et Espoir :: Santé et Handicap :: Santé psychique-
Sauter vers: